Rechercher
Rechercher

Liban

Affaire "Mission de vie" : la commission épiscopale pour les médias salue le rôle de la communauté

Les membres de la Commission épiscopale pour les médias. Photo Ani

La commission épiscopale pour les médias, relevant de l'Eglise maronite, a condamné lundi les attaques contre les institutions ecclésiastiques, saluant le rôle de la communauté "Mission de vie", soupçonnée de maltraitance et agressions sexuelles sur mineurs.

"La commission condamne les attaques systématiques contre les institutions ecclésiastiques et leur crédibilité, et salue le rôle humanitaire de la communauté 'Mission de vie' dans les domaines spirituel et social", indique un communiqué publié à l'issue d'une réunion, appelant les médias à ne pas "hâter leur jugement" sur cette affaire.

L’affaire avait éclaté vendredi soir quand, en vertu d’une démarche d’exception qui permet au juge d’exécuter un jugement sans en notifier l’accusé, une patrouille des FSI avait été envoyée au couvent de Mission de vie à Antélias, accompagnée de deux assistantes sociales. Maltraitance d’enfant, agression sexuelle sur mineur, nourriture avariée, rasage de crâne étaient mis en avant par la juge pour prononcer son jugement. En vertu de celui-ci, les forces de sécurité avaient ordre de transférer 12 jeunes pensionnaires de Mission de vie vers d’autres associations. Dix d’entre eux avaient été remis à la patrouille, mais la supérieure du couvent avait refusé de remettre aux assistantes sociales deux nourrissons, invoquant une décision du tribunal religieux maronite qui en confiait la garde à sa communauté.

Indifférentes à ce conflit de compétence et sur ordre de Nazek Khatib, avocate générale auprès de la cour d’appel du Mont-Liban, les FSI avaient alors fait usage de la force et arrêté la supérieure du couvent et une autre religieuse qui avaient été emmenées manu militari dans une jeep et conduites menottées au poste de gendarmerie d’Antélias. Les deux religieuses n’en étaient sorties que vers 4 heures du matin, sur ordre de la juge Ghada Aoun, procureure générale du Mont-Liban, réveillée en pleine nuit sur insistance d’un groupe de manifestants qui s’étaient attroupés devant le poste, indignés par la manière dont les deux religieuses avaient été traitées.

La communauté Mission de vie et l’Église maronite ont répondu hier, au cours d'une conférence de presse, aux accusations dont la congrégation, qui a vingt ans d’existence, fait l’objet dans un jugement prononcé par Joëlle Abou Haïdar, juge d’enfants de Baabda.


La commission épiscopale pour les médias, relevant de l'Eglise maronite, a condamné lundi les attaques contre les institutions ecclésiastiques, saluant le rôle de la communauté "Mission de vie", soupçonnée de maltraitance et agressions sexuelles sur mineurs.

"La commission condamne les attaques systématiques contre les institutions ecclésiastiques et leur crédibilité, et...