X

Économie

Le Liban a remboursé hier les eurobonds arrivant à échéance et en a émis de nouveaux

Dette publique
OLJ
29/11/2019

Le Liban a remboursé hier une échéance d’eurobonds – titres de dette libanaise en dollars – d’un montant principal de 1,5 milliard de dollars, plus environ 40 millions de dollars d’intérêts comme il s’était engagé à le faire, a rapporté Reuters citant des sources bancaires. L’Orient-Le Jour a également pu confirmer l’information. Il s’agit de la troisième échéance remboursée par le pays en 2019, après celles d’avril et de mai dont les montants respectifs étaient de 500 et 650 millions de dollars.

La Banque du Liban a assuré les devises nécessaires pour le remboursement de cette échéance, comme elle l’avait fait pour les deux précédentes, en puisant dans ses réserves. « Le pays n’est pas actuellement en mesure d’accéder aux marchés de capitaux. La BDL recevra, en échange, des eurobonds couvrant le montant payé », avait expliqué mercredi à L’Orient-Le Jour le ministre sortant du Travail, Camille Abousleiman.

Le pays a en effet émis deux nouvelles séries d’obligations en devises de 1,5 milliard de dollars chacune et datées toutes les deux du 27 novembre avec des taux d’intérêt à 1 % seulement. La première arrive à échéance dans 10 ans, contre 16 ans pour la seconde.

Il y a deux semaines, le gouverneur de la BDL, Riad Salamé, a affirmé que la banque centrale disposait de près de 38 milliards de dollars de réserves en devises, en comptant notamment les eurobonds et les investissements de la BDL, et environ 30 milliards de dollars pour les réserves mobilisables. L’agence de notation Moody’s estime néanmoins ces dernières à pas plus de 5 à 10 milliards de dollars.

Cette opération survient alors que le pays, très endetté, traverse une importante crise économique et financière, et alors que les manifestations populaires contre une classe politique jugée corrompue se poursuivent depuis le 17 octobre dernier. Une situation qui a alimenté les spéculations ces dernières semaines sur la capacité du pays à rembourser les 1,5 milliard dus ainsi que sur l’évolution de sa situation financière d’ici à mars, date à laquelle le Liban devra rembourser une émission de 1,2 milliard de dollars (principal hors coupons).

« Pour les échéances futures, bien que la BDL soit en mesure de couvrir les échéances de l’année 2020, le Liban fait actuellement face à une pénurie de dollars. On se doit donc de développer un plan global pour répondre aux différents aspects de la crise, dont l’allocation de ses devises. Le remboursement ou le non-remboursement des eurobonds devra être décidé en fonction des priorités que déterminera le (nouveau) gouvernement. À mon avis, la priorité devrait plutôt être donnée à l’importation des produits de première nécessité : les médicaments, le blé, le carburant et les matières premières nécessaires », avait également indiqué M. Abousleiman.

Sur le marché secondaire, le cours des eurobonds atteint des niveaux record. « La baisse des prix sur le marché secondaire des eurobonds indique que les investisseurs anticipent une restructuration. Les investisseurs sont plus avertis des finances de l’État et de ses capacités de remboursement que les responsables politiques. Il est de l’intérêt du Liban d’avoir un plan global en place avant le début des négociations avec les détenteurs d’eurobonds pour leur donner confiance dans la capacité de l’État d’honorer ses engagements après une restructuration », avait commenté M. Abousleiman, qui n’écarte pas la possibilité d’une restructuration de la dette du pays.

Cette année, les principales agences de notation financière américaines (Moody’s, Fitch et Standard & Poor’s) ont toutes revu à la baisse leur évaluation souveraine du pays, déclassant ses obligations des notations de la catégorie « B » à « C ». Une décision qui sanctionne la dégradation notable de la situation financière du pays dont le ratio dette/PIB gravite autour de 150 %, selon les estimations. La dette libanaise, qui a atteint 86 milliards de dollars cette année, est principalement détenue par le secteur bancaire du pays et sa Banque du Liban.


Lire aussi

La semaine noire des eurobonds libanais

Quel est l’impact des manifestations sur l’économie ?

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

VIRAGE CONTRÔLÉ

Ça doit faire grincer des dents alarmistes .

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants