Liban

Les protestataires arrêtés mardi soir à Riad Solh après les échauffourées avec la police relâchés

Des manifestants rassemblés le 19 octobre 2019 devant la caserne Hélou, dans le secteur Mar Elias à Beyrouth. Photo Acil Tabbara

La dizaine de manifestants arrêtés mardi soir après les échauffourées entre protestataires et policiers anti-émeute place Riad el-Solh, dans le centre-ville de Beyrouth ont finalement été relâchés mercredi à l'aube.

Dans la nuit, le nouveau bâtonnier de l'Ordre des avocats de Beyrouth, Melhem Khalaf, s'était rendu à la caserne Hélou pour suivre les dossiers avec deux membres de l'Ordre et d'autres avocats.

Ces échauffourées avaient également fait six blessés.

Des contestataires avaient tenté hier soir de franchir le barbelé en direction de la place de l’Étoile, où se trouve le siège du Parlement libanais. D'autres ont jeté des bouteilles d'eau sur les forces de l'ordre, rapporte l'agence.

Sous la pression d'une rue décidée à ne rien lâcher, la séance législative qui était prévue mardi avait été reportée sine die, faute de quorum. Les députés étaient censés élire les membres des commissions parlementaires puis examiner plusieurs lois anti-corruption, ainsi qu'une loi d'amnistie générale controversée.



La dizaine de manifestants arrêtés mardi soir après les échauffourées entre protestataires et policiers anti-émeute place Riad el-Solh, dans le centre-ville de Beyrouth ont finalement été relâchés mercredi à l'aube.

Dans la nuit, le nouveau bâtonnier de l'Ordre des avocats de Beyrouth, Melhem Khalaf, s'était rendu à la caserne Hélou pour suivre les dossiers avec deux...