X

La Dernière

La nouvelle chanson arabe, émancipée et ouverte à d’autres langages

Musique

Oum, Natacha Atlas, Souad Massi, Dina el-Wedidi, Yasmine Hamdan, Kamylia Joubran et Maryam Saleh sont les représentantes de cette mouvance.

OLJ
19/11/2019

La Marocaine Oum, la Franco-Algérienne Souad Massi, l’Anglo-Égyptienne Natacha Atlas : ces femmes, qui viennent chacune de publier leur nouveau disque, dessinent dans des styles très personnels les contours d’une nouvelle chanson arabe émancipée et ouverte à d’autres langages, jazz, folk ou électro. « Il y a une vitalité, un renouvellement, une volonté d’actualiser le répertoire, un souffle nouveau, et nous assumons de plus en plus, les femmes que nous sommes, une prise de conscience », déclare Oum, qui cite l’Égyptienne Dina el-Wedidi et les Libanaises Yasmine Hamdan, Kamylia Joubran – productrice de son dernier disque et dénicheuse de talents – et Maryam Saleh comme faisant partie de cette mouvance.

Originaire de Marrakech, vivant à Casablanca et mariée à un Français, Oum, représentante d’une scène qu’elle qualifie d’ « alternative », a défendu fin octobre en concert à Paris (Café de la danse), puis en tournée en France courant novembre les compositions de Daba (Maintenant). « Alternative, pour moi, ça veut dire une nouvelle façon de faire, de concevoir, de percevoir », estime cette artiste qui marie la tradition et les rythmes de diverses régions du Maroc à des sonorités électroniques, ou une contrebasse avec un oud. « Sur mon nouveau disque, il y a la mémoire d’un patrimoine local. Toutes les chansons, même celles où il y a des sons électro, partent d’une rythmique que vous allez forcément retrouver dans le répertoire traditionnel chez nous, au Maroc », dit-elle. Mais j’ai voulu leur mettre un manteau d’électronique, avoir des choses un peu “ambiantes” pour porter les gens. »

Souad Massi, elle, poursuit dans Oumnya (Souhaits) la quête d’un folk qui a l’accent du châabi (populaire). « Quand j’étais jeune, j’ai été très influencée par la musique des films western. Kenny Rodgers (chanteur de country) est le premier qui m’a marquée » , se souvient la chanteuse, séduite ensuite par Tracy Chapman et Joan Baez. « Je faisais alors un rejet de la musique arabe et africaine, confie-t-elle. Maintenant, j’ai mûri, et cette musique fait partie de ma culture. » Natacha Atlas a décomplexé dans les années 1990 la chanson arabo-orientale avec ses versions électrochoc, toutes en arabesques, de Au nom de la rose à I Put a Spell on You. « Elle chantait à l’orientale, mais comme la production était anglaise, ça a donné une autre dimension, la fusion entre la musique orientale et l’électro-pop », note Souad Massi. Dans Strange Days, son nouvel opus, Natacha Atlas s’oriente de plus en plus vers un jazz oriental, avec des alliages subtils violon oriental/trombone/trompette.

Porteuses de revendications

Ce qui unit aussi toutes ces chanteuses, c’est la langue. Oum chante en darija –dialecte marocain répandu –, Souad Massi en algérois, Natacha Atlas en égyptien vernaculaire quand elle ne choisit pas l’anglais. Au-delà de ces subtilités de langage, toutes se comprennent. « Chaque pays a son dialecte, et même ses dialectes, mais l’arabe classique en est le socle et on se comprend », explique Souad Massi.

Ces chanteuses sont aussi porteuses de revendications, abordant les thèmes des libertés individuelles, des réfugiés, du droit des femmes et des homosexuels, de façon directe ou métaphorique. Si elles élargissent le champ des possibles et apportent une nouvelle vitalité à la chanson arabophone, ces femmes ne sont pourtant pas prophètes en leur pays. « J’aimerais bien qu’on puisse aussi nous produire chez nous », se désole Oum, la seule des trois à vivre dans son pays de naissance. « Dans mon pays, je ne suis pas beaucoup diffusée, je ne corresponds pas du tout à ce qui passe à la radio, du rap un peu facile, de la chanson d’amour de 2 min 50 sec avec deux phrases et demie », dit-elle.

Toutes ont enregistré leur dernier album hors de leurs pays, Oum à Berlin, Souad Massi à Pantin, Natacha Atlas entre Londres, la Gascogne, le Brésil et Paris. Pour ciseler leurs textes, trouver le bel arrangement, elles ont aussi besoin de temps dans le monde du règne de l’immédiateté. « On m’a raconté que pour une chanson qui durait deux heures, Oum Kalsoum répétait pendant six mois avec un grand orchestre, du matin au soir », note Souad Massi. Autres temps, autres mœurs…

Christophe CHEYNIER/AFP

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Stes David

Je suis alle une fois a un concert de Saoud Massi et je me souviens qu'il y avait des jeunes avec des brochures du tamazight (langue berbère). Cela ne veut pas dire qu'elle est berbère mais en tous cas l'organisation du concert sympathisait avec le tamazight. Je ne suis pas dans la position pour juger quel langue Saoud Massi utilise, ici dans cet article on ecrit : 'Souad Massi en algérois' mais je pense que certains de ces chansons sont en berbère ?? Je n'en suis pas sur. En tous cas il me semble qu'elle chante surtout en francais et aussi en arabe 'artificiel' comme elle dit 'l’arabe classique en est le socle et on se comprend ' quoique ce n'est pas certain que ce qu'elle dit est correcte, aussi c'est une chanteuse qui a eu un parcours de jeune fille chantant en berbère vers chanteuse adulte qui a aussi des oeuvres en 'arabe classique'. C'est debatable s'il s'agit d'une emancipation ou exactement l'inverse que l'arabe supprime le dialect local et le tamazight par exemple, c.a.d. que l'arabe n'est pas tollerant pour les langues romaines et numides etc. de l'Afrique du Nord.

Dernières infos

Les signatures du jour

Rencontre de Scarlett HADDAD

Zasypkine : Il faut donner une chance au nouveau gouvernement

Commentaire de Anthony SAMRANI

La paix sans les Palestiniens

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants