Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde

Le pouvoir paralysé face à une contestation qui entre dans son 2e mois

L’Irak, en proie à des manifestations et des violences qui ont déjà fait plus de 250 morts, en majorité des manifestants, est depuis quelques jours en pleine paralysie. Les dirigeants proposent réformes sociales et élections anticipées alors que les manifestants à Bagdad et dans les villes du sud du pays campent, lors de leur mouvement qui entre dans son deuxième mois, sur une unique revendication : la chute de tout le système politique, divisé selon les allégeances aux deux grands alliés de l’Irak, eux-mêmes ennemis jurés, l’Iran et les États-Unis.

« Personne ne représente le peuple, ni l’Iran ni les partis ni les religieux. On veut (récupérer) notre pays », martèle Ali Ghazi, manifestant de 55 ans sur la place Tahrir de Bagdad. Hier, plusieurs dizaines de milliers de manifestants continuaient d’occuper cette place emblématique de la capitale, martelant des slogans contre l’élite politique. La contestation, qui a commencé par réclamer des emplois, des services et la fin de la corruption avant de promettre d’« arracher par la racine » tous les politiciens, est « le défi le plus important pour le système post-2003 », année de la chute de Saddam Hussein, estime auprès de l’AFP le spécialiste de l’Irak Fanar Haddad. Mais « les politiciens ne semblent pas l’avoir réalisé et tentent encore d’utiliser la situation pour marquer des points les uns contre les autres », affirme l’expert. Jeudi soir, peu après la proposition du président Barham Saleh d’élections anticipées sans convaincre dans la rue, la pression était montée d’un cran avec un défilé de voitures klaxonnant sous les drapeaux blancs du Hachd à Bagdad. Cette démonstration de force avait fait redouter aux manifestants le début d’un mouvement qui s’opposerait au leur.

L’Irak, en proie à des manifestations et des violences qui ont déjà fait plus de 250 morts, en majorité des manifestants, est depuis quelques jours en pleine paralysie. Les dirigeants proposent réformes sociales et élections anticipées alors que les manifestants à Bagdad et dans les villes du sud du pays campent, lors de leur mouvement qui entre dans son deuxième mois, sur une unique...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut