Tri à la source

Fady Jreissati répond à ses détracteurs

Le ministre de l’Environnement critique ceux qui « instrumentalisent le dossier des déchets pour s’en prendre au président et au chef de la diplomatie ».

Selon le ministre Jreissati, les usines de traitement des déchets sont en nombre suffisant. Photo Dalati et Nohra

Les usines de traitement des déchets sont en nombre suffisant sur le territoire libanais, a assuré hier le ministre de l’Environnement Fady Jreissati, au cours d’une conférence de presse qu’il a tenue pour clarifier un certain nombre de questions en rapport avec le tri à la source auquel il avait récemment appelé. Pour clarifier, surtout, les propos qu’il avait tenus au sujet des foyers qui ne trient pas leurs déchets ménagers.

Il y a quelques jours, lors d’une conférence de presse, M. Jreissati avait en effet demandé aux Libanais qui critiquent la gestion du dossier des ordures mais qui ne trient pas leurs ordures de « ne pas lui faire entendre leur voix », provoquant un tollé sur les réseaux sociaux.

Un brin ironique, le ministre a « remercié » tous ceux qui ont commenté « positivement ou négativement ses propos parce qu’ils ont créé une dynamique sur les réseaux sociaux ». « Sauf que si ceux qui ont décidé d’élever la voix aujourd’hui l’avaient fait il y a 25 ans, nous (l’État) n’aurions pas été volés, nous n’aurions pas payé un coût historiquement élevé à Sukleen 25 ans durant, et nous n’aurions pas été aujourd’hui dans cette situation, avec plus d’un millier de dépotoirs sauvages », a-t-il asséné.

Devant les journalistes présents, M. Jreissati a repassé une séquence vidéo de sa dernière conférence de presse, pour montrer que ses propos avaient été tronqués et que son « ne me faites pas entendre votre voix » avait été sorti de son contexte à un moment où il parlait de sa propre responsabilité.

Rappelant que le tri à la source a aujourd’hui un cadre juridique légal, le ministre a expliqué que s’il ne fait pas l’unanimité, c’est parce qu’il « nuit aux intérêts de nombreux individus, notamment ceux qui tirent profit des décharges ». C’est dans ce contexte qu’il a placé « la campagne » qu’il affirme menée contre lui, ainsi que « celle qui, pour d’autres objectifs, vise le régime et le ministre des Affaires étrangères Gebran Bassil ». « À ceux qui instrumentalisent le dossier des déchets pour s’en prendre aux deux, je dis : vous vous trompez de camp », a-t-il poursuivi, en insistant sur le fait qu’il ne se mêle pas de politique et que son souci premier est de « rester au service du peuple ».

M. Jreissati à ensuite répondu à ceux qui s’interrogeaient sur le sort des déchets une fois triés. Il a expliqué que des sacs de trois couleurs différentes, rouge, vert et gris, devraient être mis en vente dans les supermarchés et que les centres de tri de Aamroussié, de la Quarantaine et de Costa Brava sont opérationnels et peuvent traiter tous les déchets de Beyrouth et du Mont-Liban.

Le ministre a enfin rendu un « vibrant hommage à Oum Nasser, qui avec un groupe de femmes de son village, Arabsalim, y avait instauré le tri des déchets il y a 25 ans, sans attendre une initiative de l’État ».


Les usines de traitement des déchets sont en nombre suffisant sur le territoire libanais, a assuré hier le ministre de l’Environnement Fady Jreissati, au cours d’une conférence de presse qu’il a tenue pour clarifier un certain nombre de questions en rapport avec le tri à la source auquel il avait récemment appelé. Pour clarifier, surtout, les propos qu’il avait tenus au sujet...

commentaires (2)

D'autres comme Oum Nasser, sont en train de faire le tri à la source depuis 1985 grâce à Terre Liban, puis Arcenciel a pris la relève en ramassant tous genres d'objets recyclables sauf le verre, pour la modeste somme de 15000 livrees chaque 2 semaines!!! Le reste, c.à.d. le reste de déchets nous les déposons dans les bennes où toutes sortes de déchets y sont déposés!!!... Telle est la situation jusqu'à présent M. Le Ministre!!

Zaarour Beatriz

16 h 50, le 11 octobre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • D'autres comme Oum Nasser, sont en train de faire le tri à la source depuis 1985 grâce à Terre Liban, puis Arcenciel a pris la relève en ramassant tous genres d'objets recyclables sauf le verre, pour la modeste somme de 15000 livrees chaque 2 semaines!!! Le reste, c.à.d. le reste de déchets nous les déposons dans les bennes où toutes sortes de déchets y sont déposés!!!... Telle est la situation jusqu'à présent M. Le Ministre!!

    Zaarour Beatriz

    16 h 50, le 11 octobre 2019

  • Et au niveau des bennes à ordures, quelles sont les démarches entreprises? Une fois les déchets triés à domicile, le citoyen en fait quoi? OK pour les sacs de trois couleurs mais quelle couleur est destinée pour les déchets de quelle nature? Et la campagne médiatique de sensibilisation supposée accompagner cela?

    Zerbé Zeina

    08 h 27, le 11 octobre 2019