X

Liban

Les passages illégaux hier au menu d’une réunion au Grand Sérail et aujourd’hui en Conseil des ministres

Contrebande
OLJ
12/09/2019

La contrebande et les passages illégaux à la frontière libano-syrienne ont fait l’objet hier d’une réunion tenue au Grand Sérail par le chef du gouvernement, Saad Hariri, à laquelle ont participé les ministres de l’Intérieur Raya el-Hassan, des Finances Ali Hassan Khalil, de la Défense Élias Bou Saab, le commandant en chef de l’armée Joseph Aoun, le directeur général de la Sûreté générale Abbas Ibrahim, le directeur général des Forces de sécurité intérieure Imad Osman, le président du Conseil supérieur des douanes Assaad Toufayli et le directeur général des douanes Badri Daher.Le sujet figure à l’ordre du jour de la séance du Conseil des ministres qui se tiendra aujourd’hui à Baabda au cours de laquelle M. Bou Saab présentera une stratégie de gestion globale des frontières au Liban.

À l’issue de la réunion, le ministre de la Défense a affirmé que les discussions ont porté sur « l’action que les appareils de sécurité et les ministères concernés doivent entreprendre à l’égard des passages illégaux qui, selon les affirmations de tous les services de sécurité, ne sont plus qu’au nombre de 8, 10 ou 12 ». « Nous avons décidé de mettre en place une cellule pour rassembler les informations sur les passages illégaux et sur la marchandise illégale », a ajouté M. Bou Saab, précisant que « l’armée libanaise est chargée de contrôler les frontières et non pas de pourchasser les contrebandiers, mission qui est du ressort des douanes ». Le ministre de la Défense a par ailleurs précisé que « les participants à la réunion ont convenu à l’unanimité que la grande majorité de la contrebande s’effectue à travers les passages légaux », avant d’évoquer également la contrebande maritime, relevant que « 35 % du tabac au Liban est acheminé clandestinement par la mer ».

Plus tôt dans la journée, M. Bou Saab avait reçu le représentant spécial des Nations unies au Liban, Jan Kubis, avec qui il a notamment évoqué la question de la stratégie à mettre en place pour la gestion de la frontière entre le Liban et la Syrie.

Lundi, il avait affirmé que l’armée libanaise a fermé au cours des deux dernières années plus de 140 points de passage illégaux à la frontière avec la Syrie et qu’il n’en restait plus qu’une dizaine, utilisés notamment pour la contrebande.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants