X

Liban

La tournée de Schenker auprès des responsables

OLJ
12/09/2019

Au cours de sa visite de trois jours au Liban axée sur le litige frontalier avec Israël et la tension régionale, le secrétaire d’État adjoint américain aux Affaires du Proche-Orient, David Schenker, s’est notamment entretenu mardi avec le chef de l’État, Michel Aoun, qui, selon un communiqué du palais présidentiel, a exprimé « l’espoir du Liban de voir les États-Unis reprendre la médiation là où elle s’est arrêtée avec l’ambassadeur Satterfield, pour arriver à une démarcation des frontières maritime et terrestre ». « Plusieurs sujets ont déjà été arrêtés, il ne reste plus qu’à négocier quelques points de contentieux », ajoute le texte.

M. Schenker a remplacé David Satterfield, qui a fait la navette entre le Liban et Israël ces derniers mois pour aider les deux voisins – toujours techniquement en état de guerre – à trouver un accord sur une démarcation de leurs frontières terrestre et maritime.

Accompagné de son adjoint, Joël Rayburn, et de l’ambassadrice américaine, Elizabeth Richard, M. Schenker a en outre été reçu à Aïn el-Tiné par le chef du Parlement, Nabih Berry, avec lequel il s’est également penché sur la question des frontières. À cette occasion, M. Berry a accusé Israël d’« ébranler la stabilité instaurée depuis 2006 et (de) violer la résolution 1701 des Nations unies », soulignant « l’attachement du Liban aux résolutions internationales, notamment la 1701, et sa volonté de se stabiliser et de ne pas être entraîné dans la guerre ».

Avec sa délégation, l’émissaire américain s’est rendu hier auprès du chef des Forces libanaises (FL), Samir Geagea. « À ce jour, les choses en sont aux préparatifs en vue de parvenir à dessiner un cadre précis de négociations », a indiqué M. Geagea au sujet du litige frontalier, soulignant que « les efforts en cours tendent à trouver des solutions aux divergences sur le contenu » de ces négociations.

Au sujet de la tension sécuritaire entre le Hezbollah et Israël, le chef des FL a estimé que « la série des incidents ces derniers temps n’est guère rassurante », évoquant « l’inquiétude également ressentie par M. Schenker à l’égard de la situation sécuritaire dans son ensemble ».

En début de soirée, c’était au tour du ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, de recevoir M. Schenker.

Le diplomate américain avait réservé lundi sa première visite au chef du gouvernement, Saad Hariri, et s’était également entretenu mardi avec le chef du Parti socialiste progressiste, Walid Joumblatt, le chef des Kataëb, Samy Gemayel, le député et ancien Premier ministre Nagib Mikati, ainsi que le député Fouad Makhzoumi, comme il s’était rendu au Liban-Sud.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants