X

À La Une

Trois Palestiniens tués à Gaza après une nouvelle salve de roquettes sur Israël

Proche-Orient

Le Hamas prévient que "la poursuite des crimes et du blocus injuste de Gaza (par Israël)" mènera à une "escalade" et fera "exploser la situation".

OLJ/AFP
18/08/2019

Trois Palestiniens ont été tués par des soldats israéliens dans le nord de la bande de Gaza, après une première série de tirs de roquettes en plus d'un mois en provenance de l'enclave, selon le ministère de la Santé à Gaza.

Dans la nuit de samedi à dimanche, trois roquettes ont été tirées à partir de la bande de Gaza, contrôlée par le mouvement armé palestinien Hamas, en direction d'Israël, a rapporté l'armée israélienne. Deux des trois roquettes ont été interceptées par le dispositif antimissile israélien "Dôme de fer" et des fragments de roquettes se sont abattues sur une résidence de Sdérot, ville située à quelques kilomètres à l'est de la bande de Gaza, selon l'armée et la police israéliennes. Personne n'a été directement blessé par ces fragments de roquettes, mais quatre civils ont été traités pour des "crises de panique", dont une dame de 76 ans évacuée à l'hôpital, d'après les secours israéliens.

En représailles à ces frappes, l'armée israélienne a annoncé avoir tiré à partir d'un hélicoptère et d'un char en direction de "suspects armés de Gaza s'approchant de la barrière" séparant Israël de l'enclave palestinienne. Le ministère de la Santé à Gaza a dénombré dimanche matin trois morts dans ces frappes israéliennes: Mahmoud Adel al-Walaydeh, 24 ans, Mohamed Farid Abou Namous, 27 ans, et Mohamed Samir al-Taramsi, 26 ans. Les trois corps, ainsi qu'un blessé, ont été transportés à l'hôpital indonésien de Gaza, selon le ministère. 
Ni le Hamas, ni son allié, le Jihad islamique, n'ont revendiqué l'opération. Le porte-parole du mouvement islamiste à la tête de Gaza a toutefois prévenu dans un communiqué que "la poursuite des crimes et du blocus injuste de Gaza (par Israël)" mènerait à une "escalade" et ferait "exploser la situation".

Première depuis juillet
Dans la nuit de vendredi à samedi, une première roquette avait été interceptée par le bouclier antimissile israélien. Ce tir était le premier du genre depuis le 12 juillet en provenance de Gaza, où vivent environ deux millions de Palestiniens.
En représailles, un avion de combat israélien avait frappé samedi au moins trois cibles dans la bande de Gaza, selon une source de sécurité palestinienne. L'armée israélienne a pour sa part fait état de deux frappes contre des "cibles souterraines" du Hamas dans le nord et dans le centre de l'enclave.
Si ces tirs de roquettes sont les premiers depuis mi-juillet, ils surviennent toutefois au terme d'une dizaine de journées de tensions dans l'enclave contrôlée depuis 2007 par le Hamas, ennemi d'Israël.
La semaine dernière, Israël avait annoncé avoir déjoué une attaque "importante" à sa frontière avec Gaza en tuant quatre Palestiniens en "uniformes", munis de fusils d'assaut, de lance-roquettes et de grenades et qui tentaient de s'infiltrer côté israélien.
Le Hamas n'avait pas revendiqué cette tentative d'infiltration et les autorités israéliennes n'ont pas précisé l'allégeance de ce commando présumé. Mais ils ont imputé, comme de coutume, la responsabilité au mouvement islamiste qui contrôle Gaza.
Le Hamas et Israël se sont livré trois guerres depuis 2008.

Depuis mars 2018, la bande de Gaza est le théâtre le long de la barrière frontalière avec Israël de protestations hebdomadaires généralement accompagnées de violences, pour réclamer notamment la levée du strict blocus israélien imposé depuis plus de dix ans à l'enclave. Au moins 305 Palestiniens ont été tués depuis mars par des tirs israéliens, pour la grande majorité lors des heurts qui accompagnent ces rassemblements. D'autres sont morts dans des frappes israéliennes, en représailles à des actes hostiles en provenance de l'enclave. Sept Israéliens ont été tués dans le cadre de ces violences.


Pour mémoire

Quatre Palestiniens "armés" tués à la frontière entre Gaza et Israël

Un Palestinien tué par des tirs israéliens à la frontière de Gaza

Indignation après l'appel d'un responsable du Hamas à "tuer les juifs"


Lire aussi

Heurts sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem, des dizaines de blessés

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

libanais étranger au liban

bah faut pas s'étonner action entraine réaction qui va entrainer une ré-réaction...

Etc..

PAUL TRONC

J'espère que l'olj couvrira la libération du tanker iranien des prisons de Gibraltar, c'est dans 24 à 48 h .

Soyez prêt si vous avez encore envie d'être au fait de l'actualité.

PAUL TRONC

Faut avoir expliqué qu'avant cela un commando de résistant palestinien avait réussi à s'infiltrer parmi les rangs des poltrons et avait pu exécuter un poltron, malgré la surveillance de la frontière du pays usurpateur.

En plus on les tue avec char, avions et hélicoptères.. visez un peu où en sont rendus ces poltrons qui n'oseront JAMAIS AFFRONTER LES RESISTANTS DU HEZB LIBANAIS DE LA RÉSISTANCE.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre les États-Unis et le Liban, des relations qui se compliquent

Commentaire de Anthony SAMRANI

MBS et le retour de flammes

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants