X

Moyen Orient et Monde

Kushner exhorte les Palestiniens à saisir « l’occasion du siècle »

Conférence de Manama

Concernant le volet politique de son plan, le gendre de Trump évoque un potentiel accord qui se situerait « entre l’initiative de paix arabe et la position israélienne ».

OLJ/Agences
26/06/2019

Jared Kushner, conseiller du président Donald Trump, a exhorté hier les Palestiniens à saisir « l’occasion du siècle », à l’ouverture à Bahreïn d’une conférence sur le volet économique d’un plan américain de règlement au Proche-Orient, un préalable selon lui à un accord de paix.

Les Palestiniens boycottent la conférence de Manama. Ils jugent la démarche inopportune sans une solution des questions politiques, pourtant au cœur du conflit au Proche-Orient. Ils réclament notamment la fin de l’occupation israélienne afin de constituer un État indépendant.

La politique suivra, assure l’administration Trump. Pour l’instant, son plan va se concentrer sur des propositions économiques, présentées pendant deux jours « d’atelier » dans un palace surplombant les eaux du Golfe, à Bahreïn.

Intitulé « De la paix à la prospérité », le volet économique du plan dévoilé samedi fait miroiter 50 milliards de dollars d’investissements internationaux dans les territoires palestiniens et les pays arabes voisins sur dix ans.

« Accepter une voie de développement économique est une condition préalable pour parvenir à régler ce problème politique auparavant insoluble », a affirmé dans son discours d’ouverture Jared Kushner, également gendre du président Trump. Bien que les questions politiques ne doivent pas être abordées au cours des deux jours de travaux à Manama, il a reconnu qu’elles devraient être traitées ultérieurement. « Il faut être clair », a-t-il déclaré : « La croissance économique et la prospérité pour le peuple palestinien ne pourront être atteintes sans une solution politique juste et durable, qui garantisse la sécurité d’Israël et respecte la dignité du peuple palestinien. »S’exprimant dans un entretien à la chaîne al-Jazeera diffusé hier, M. Kushner a livré un rare aperçu de ce que pourrait être le volet politique du projet. Il a confié qu’un accord sortirait du cadre de l’initiative de paix arabe de 2002. Un potentiel accord se situerait « entre l’initiative de paix arabe et la position israélienne », a-t-il dit.


(Lire aussi : La paix à crédit, l'édito de Issa GORAIEB)


Rejet a priori

« Mon message direct au peuple palestinien est que (...) le président Trump et l’Amérique ne vous ont pas abandonnés », a encore dit M. Kushner à l’ouverture de la conférence. Ce plan de développement économique pourrait être « l’occasion du siècle, si la direction (palestinienne) a le courage de la saisir », a-t-il insisté.

Selon Washington, le plan pourrait permettre, grâce à de grands travaux et au développement du tourisme, la création d’un million d’emplois pour des Palestiniens englués dans une crise économique. Mais les Palestiniens ont dès le départ rejeté cette initiative, estimant qu’il s’agissait, de la part d’un Trump ouvertement pro-israélien, de tenter de les acheter.

Saëb Erakat, le secrétaire général de l’OLP, a indiqué que l’administration Trump « insinue qu’elle sait ce qui est le mieux pour le peuple palestinien ». « Ce genre de campagne vise à faire accepter au peuple et aux dirigeants palestiniens les dictats, les menaces et la tyrannie à la fois des États-Unis et d’Israël : elle est vouée à l’échec », a-t-il assuré. Des manifestations ont eu lieu lundi en Cisjordanie occupée pour protester contre la tenue de cette conférence, brûlant des portraits du président Trump et du roi de Bahreïn.

Fait sans précédent, Manama a accueilli pour cette conférence des dizaines d’Israéliens, dont des chercheurs et des journalistes, en dépit de l’absence de relations diplomatiques entre les deux pays. Les États-Unis se félicitent de la tenue de cette conférence, qui réunit leurs alliés du Golfe et Israël, unis dans leur hostilité envers l’Iran. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui a aussi critiqué le boycott palestinien, a évoqué au cours des derniers mois la possibilité d’annexer une partie des territoires occupés, ce qui mettrait fin aux espoirs des Palestiniens de parvenir à fonder leur propre État. L’administration américaine a laissé entendre qu’elle pourrait accepter cette annexion et que le volet politique de son plan pourrait ne pas faire référence à un État palestinien, contrairement à la position américaine depuis des décennies.


Quels résultats ?

Le président Trump a déjà reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël et Jared Kushner est un ami de la famille Netanyahu. L’Arabie saoudite, qui a envoyé à Manama son ministre des Finances, a dit soutenir « tous les efforts internationaux destinés à parvenir à la prospérité dans la région ». Mais elle s’est également prononcée en faveur d’une paix « totale et juste » et a réitéré son soutien à l’établissement d’un État palestinien.

La Jordanie et l’Égypte, les deux seules nations arabes ayant signé un accord de paix avec Israël, ont envoyé à Manama des fonctionnaires, de même que le Maroc.

En l’absence des principaux intéressés, la conférence ne devrait pas parvenir à des résultats tangibles, estiment les experts. Selon Richard LeBaron, ancien diplomate américain au Moyen-Orient, l’absence des dirigeants palestiniens va permettre à Jared Kushner de les décrire comme des personnes faisant fi du bien-être économique de leur peuple. « L’échec de l’atelier de Manama sera en fait un succès pour la stratégie de Trump, juge M. LeBaron, du groupe de réflexion Atlantic Council. Cela permettra à Kushner et son équipe de prétendre qu’ils ont tout fait pour parvenir à une solution et de reprocher à d’autres leur manque de coopération. »

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

C- F- Contributions et Interprétations

Si l’on observe de près la valse des milliards proposés, (La part du Liban se monte à un peu plus de six milliards), c’est une grande erreur de ne pas proposer la gestion de ce patrimoine à notre cher daron économique et financier, M. Carlos Ghosn. Je l’écris avec tout le sérieux dont je suis toujours capable, car notre chevalier d’industrie a fait ses preuves dans ce domaine. Et là je ne prends pas le risque de me contredire. C’est inexplicable, mais j’ai une affection particulière pour Carlos Ghosn.
Allons, allons, toute cette réunion à Manama, ville cosmopolite dans tous les sens du terme, n’est que pour rapprocher les protagonistes. Encore un effort messieurs les émirs pour une meilleure normalisation…
C.F.

C- F- Contributions et Interprétations

Je cite le dernier paragraphe :
….. …,"" juge M. LeBaron, du groupe de réflexion Atlantic Council. Cela permettra à Kushner et son équipe de prétendre qu’ils ont tout fait pour parvenir à une solution et de reprocher à d’autres leur manque de coopération. »""

Tout est là. Nous sommes, mes amis, au début de la campagne de Trump en Floride pour un nouveau mandat, et drôôôôôle de coïncidence avec le sommet à Manama. Il n’hésitera pas d’user de tous les arguments pour assurer sa réélection. Il nous dira j’en suis sûr, sur ce ton : ""voyez ces pauvres Palestiniens, je leur ai proposé un deal qu’ils ont refusé… Je vous ai promis une solution selon mon expertise, (M. Trump a fait fortune dans l’immobilier), et on verra lors du prochain mandat quand je mettrai les bouchée doubles"". Et cette fois, non pas la paix avec l’argent des Arabes, mais avec l’argent de nos ""alliés"" européens. Et ça ne nous coûtera le moindre dollar. Si non, un bon tweet, et on recommence… Make America Great Again.
Quand une cause devient un argument électoral, à la limite de l’indécence…
Et les Palestiniens ? Quand on a tout perdu, on défend la dignité !!!
C.F.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL LES EXHORTE AU SUICIDE TOTAL !

C- F- Contributions et Interprétations

Je cite : ""« Il faut être clair », a-t-il déclaré : « La croissance économique et la prospérité pour le peuple palestinien ne pourront être atteintes sans une solution politique juste et durable, qui garantisse la sécurité d’Israël et respecte la dignité du peuple palestinien. »""

Quand Mahmoud Abbas rappelle par ailleurs à la presse, que la solution est politique et : ""Nous ne pouvons accepter que l’Amérique transforme cette cause qui est politique en une cause économique"".

Solution politique, vraiment ? Je ne vois pas où est la solution politique, quand tous les faits accomplis sont imposés par la force ! Tous les Accords, si j’ai bien compris, ont été au désavantage des Palestiniens. En quoi les Accords d’Oslo ont amélioré les conditions de vie des Palestiniens ? Quand l’heure de vérité sonne, on nous dira qu’on a manqué de réalisme, et qu’il a fallu accepter l’inacceptable. Mais quel cynisme !
C.F.

C- F- Contributions et Interprétations

Le titre : ""Kushner exhorte les Palestiniens à saisir « l’occasion du siècle »""


Ce n’est ni l’occasion, ni le deal du siècle, mais plutôt ""Casse du siècle"".


Selon Wikipedia, ""Casse du siècle"" :...... L'expression est aussi régulièrement utilisée par des opposants à une politique économique d'un État ou d'une grande entreprise…

A suivre,
C.F.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants