Rechercher
Rechercher

Culture - Célébration

Grandes et petites musiques de nuit

La fête de la Musique, hier soir, dans les thermes romains au centre-ville de Beyrouth. Photo Michel Sayegh

Pour la fête de la Musique, l’Institut français de Beyrouth organisait hier soir une série de miniconcerts dans les thermes romains du centre-ville. Toute la soirée, les groupes se sont succédé, proposant une diversité de genres musicaux. Au milieu des ruines antiques, la musique a résonné pour le plus grand plaisir des spectateurs, charmés notamment par la voix de la chanteuse syrienne Lynn Adib. Avec ses musiciens, elle a évoqué, en chanson, son pays natal avec des musiques traditionnelles mais aussi plus contemporaines. Face à elle, un public captivé par son timbre envoûtant et les percussions aux sonorités jazz. Un public qui a particulièrement apprécié sa version de « Je me suis fait tout petit » de Brassens.

Après le jazz, place au rock indépendant avec le groupe Wondergraap. Les quatre musiciens libanais ont facilement fait se lever le public avec leurs sonorités mélangeant rock, pop et électro. Ce fut ensuite au tour de Yeti Pop, un groupe de pop rock. Sur les marches traversant les bains romains, le public est debout. Hier soir, la tête d’affiche était le groupe français Deluxe. Son nouvel album, Boys & Girl, est déjà un succès en France avec les deux premiers titres : « Egoraphobia » et « Boys and Girl ». Hier, c’est dans la nuit beyrouthine que se sont élevées les sonorités électro-pop. Une nuit qui s’est achevée sous le signe de l’électro alternatif du groupe Gizzmo.


Pour la fête de la Musique, l’Institut français de Beyrouth organisait hier soir une série de miniconcerts dans les thermes romains du centre-ville. Toute la soirée, les groupes se sont succédé, proposant une diversité de genres musicaux. Au milieu des ruines antiques, la musique a résonné pour le plus grand plaisir des spectateurs, charmés notamment par la voix de la chanteuse...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut