Sécurité

Retour au calme à Baalbeck où des dizaines de commerces, domiciles et véhicules ont été touchés

Une vue des dégâts provoqués par les affrontements de la nuit de lundi, dans le quartier de Charawné, à Baalbeck. Photo ANI

Un calme tendu est revenu dans le quartier de Charawné, à Baalbeck, après les affrontements à l’arme automatique qui ont opposé dans la nuit de lundi à mardi l’armée à des éléments armés du clan des Jaafar. Ces échanges de tirs avaient fait un blessé léger dans les rangs de la troupe, et deux blessés, deux enfants, dans un camp de réfugiés syriens. Atteint assez sérieusement à la jambe, le jeune Mahmoud Ezzo Nabouch (12 ans) a dû être hospitalisé.

Des maisons, des commerces et des voitures par dizaines ont été endommagés au cours de ces échanges de tirs assez intenses, en particulier dans les quartiers de Charawné et Bassatine, à Aïn Bourday et en lisière de Douris. Leurs propriétaires en étaient hier à réclamer du Haut Comité des secours d’être indemnisés. Les tirs ont provoqué des feux à Douris, ainsi que dans la décharge de Kayyal, qui a brûlé toute la nuit, avant que la Défense civile ne puisse intervenir au matin.

Les incidents de la nuit avaient éclaté à la suite d’une descente à Kneissé, dans la Békaa, contre des membres des cartels du trafic de drogue et des voitures volées, au cours de laquelle l’armée avait essuyé, une première fois, des tirs.

La descente de l’armée avait fait deux tués dans les rangs de la tribu des Zeaïter et un blessé syrien. Des armes, des munitions, des voitures volées et une importante quantité de drogue avaient été saisies, ce qui avait déclenché les manifestations d’hostilité à l’égard de la troupe.

Relevons pour finir que des échanges de tirs d’arme automatique et de RPG ont opposé hier, dans un quartier de Hermel, des têtes brûlées des clans Mortada et Aouad. L’armée est intervenue pour rétablir le calme, arrêter les fauteurs de troubles et recenser les dégâts.


Un calme tendu est revenu dans le quartier de Charawné, à Baalbeck, après les affrontements à l’arme automatique qui ont opposé dans la nuit de lundi à mardi l’armée à des éléments armés du clan des Jaafar. Ces échanges de tirs avaient fait un blessé léger dans les rangs de la troupe, et deux blessés, deux enfants, dans un camp de réfugiés syriens. Atteint assez...

commentaires (1)

Tous des suppôts du Hezbollah qui pensent être au dessus des lois et donc peuvent se permettent toutes sortes de trafics. Les temps ont changé et il est clair que même le Hezbollah n'y peut plus rien. Sa base dérape faute d'argent alors tous les commerces illégaux deviennent pratiques courantes. J’espère que l’état, ou ce qu'il en reste, continuera d'agir pour mettre fin a ce genre de magouilles.

Pierre Hadjigeorgiou

09 h 12, le 12 juin 2019

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Tous des suppôts du Hezbollah qui pensent être au dessus des lois et donc peuvent se permettent toutes sortes de trafics. Les temps ont changé et il est clair que même le Hezbollah n'y peut plus rien. Sa base dérape faute d'argent alors tous les commerces illégaux deviennent pratiques courantes. J’espère que l’état, ou ce qu'il en reste, continuera d'agir pour mettre fin a ce genre de magouilles.

    Pierre Hadjigeorgiou

    09 h 12, le 12 juin 2019