Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

L'armée israélienne disperse des Libanais manifestant à la frontière

Des militants Amal et des habitants de Kfar Kila s'étaient rassemblés pour protester contre l'arrachage d'une affiche à l'effigie de l'imam Moussa Sadr et de victimes de la formation chiite, lors de l'installation par des soldats israéliens d'un pylône en acier sur le mur en béton frontalier.

Le pylône en acier installé par l'armée israélienne qui a arraché une affiche à l'effigie de l'imam Moussa Sadr et des victimes du mouvement Amal. Photo Ani

L'armée israélienne a lancé lundi soir des fumigènes et des grenades assourdissantes et lacrymogènes contre des manifestants qui protestaient dans le secteur de la porte de Fatima à Kfar Kila, à la frontière entre le Liban et Israël, contre l'arrachage partiel d'une affiche à l'effigie du fondateur du mouvement Amal, l'imam Moussa Sadr, et de victimes de la formation chiite tombées au combat.

Ces incidents ont eu lieu lors de l'installation par des soldats israéliens d'un pylône en acier sur le mur en béton frontalier, rapporte l'Agence nationale d'information (Ani, officielle). L'armée israélienne a agi après que des jeunes Libanais ont coupé un câble relié à ce pylône en présence de militants Amal et d'habitants de la localité qui se sont rassemblés sur les lieux.

Deux protestataires souffrant de suffocation ont été transportés à l'hôpital gouvernemental de Marjeyoun, au Liban-Sud.

Plus tôt dans la journée, l'armée israélienne avait installé des tours d'observations en métal, équipées de capteurs et surplombant le mur frontalier devant la route principale de Kfar Kila. Selon un décompte de l'agence, il y a désormais neuf miradors entre Adaïssé et la porte de Fatima, dans ce secteur.

Ces derniers mois, Israël a considérablement renforcé sa frontière avec le Liban en construisant un mur de béton dans divers secteurs, des postes d'observations ainsi que des caméras de surveillance.

Certaines zones de la frontière terrestre entre le Liban et Israël, techniquement en guerre, sont encore disputées même après le retrait d'Israël du sud du Liban.



Pour mémoire

Tracé des frontières : Aoun propose ses « idées » à Richard, Berry les endosse



L'armée israélienne a lancé lundi soir des fumigènes et des grenades assourdissantes et lacrymogènes contre des manifestants qui protestaient dans le secteur de la porte de Fatima à Kfar Kila, à la frontière entre le Liban et Israël, contre l'arrachage partiel d'une affiche à l'effigie du fondateur du mouvement Amal, l'imam Moussa Sadr, et de victimes de la formation chiite tombées...

commentaires (2)

Etonnant ! Qu’une armée intervienne sur un territoire ennemi pour disperser des manifestants ! Mais comme elle a ""l’habitude"" d’intervenir dans les territoires occupés, où quand elle viole l’espace aérien pour mener des frappes au Liban ou en Syrie voisine, cela relève de la routine ! Notre ennemi, selon l’abjecte raison du plus fort : "" Qui peut le plus peut le moins""… C. F.

L'ARCHIPEL LIBANAIS

15 h 28, le 28 mai 2019

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Etonnant ! Qu’une armée intervienne sur un territoire ennemi pour disperser des manifestants ! Mais comme elle a ""l’habitude"" d’intervenir dans les territoires occupés, où quand elle viole l’espace aérien pour mener des frappes au Liban ou en Syrie voisine, cela relève de la routine ! Notre ennemi, selon l’abjecte raison du plus fort : "" Qui peut le plus peut le moins""… C. F.

    L'ARCHIPEL LIBANAIS

    15 h 28, le 28 mai 2019

  • ONT-ILS LE DROIT DE LANCER DES BOMBES LACRYMOGENES CONTRE DES MANIFESTANTS DE L,AUTRE COTE DE LA FRONTIERE CAD EN TERRE LIBANAISE ?

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 00, le 28 mai 2019

Retour en haut