Rechercher
Rechercher

Loisirs

Jbeil accueillera début juin le premier festival grec

De nombreux artistes grecs sont attendus dans le cadre du premier festival grec qui vise à renforcer les liens entre les deux pays et avec la communauté grecque du Liban.

Franciscos Verros entouré de gauche à droite de Stergios et de Georges Eid. Photo DR

Du 7 au 8 juin prochains, le Liban est au rendez-vous avec la première édition du festival grec placé sous le thème de « Zeus rencontre Hiram ». Cet événement, qui promet d’être haut en couleur et en saveur, est une initiative de l’association Stin Viryto, fondée par le journaliste Georges Eid. Il est placé sous le parrainage du ministère libanais du Tourisme et l’Association grecque du tourisme, et organisé en collaboration avec le ministère grec du Tourisme, l’ambassade de Grèce au Liban et de nombreux partenaires au nombre desquels L’Orient-Le Jour.

Deux ans après avoir lancé le documentaire Kalimera de Beyrouth (« Bonjour de Beyrouth ») racontant l’histoire de la communauté grecque du Liban, Georges Eid, qui a des origines grecques, a décidé d’organiser ce festival avec pour objectif de « faire la promotion du Liban, dont la culture est proche de la culture grecque, et de renforcer les liens entre les deux pays méditerranéens, ainsi qu’avec la communauté grecque du Liban ».

À juste titre, puisque les relations entre les deux pays sont ancestrales. « Au début du siècle dernier, plus de 30 000 Grecs sont arrivés au Liban et se sont rapidement intégrés dans la société beyrouthine », a expliqué M. Eid, au cours d’une conférence de presse organisée hier au siège de la communauté grecque de Beyrouth, à Dékouané, pour dévoiler le programme de cet événement. Étaient notamment présents l’ambassadeur de Grèce, Franciscos Verros, et le chanteur et acteur grec Stergio Liberis, alias Stergios.

« Ce festival n’a pas un aspect commercial », insiste M. Eid, précisant que le ticket d’entrée sera vendu à un prix symbolique. De plus, « sur les vingt-sept stands qui seront érigés sur la voie romaine à Jbeil, seuls quatre vendront des produits, poursuit-il. Les autres distribueront aux visiteurs du festival des échantillons des produits qu’ils proposent (vin, huile, pita, etc.) ».

Un programme riche

Le festival ouvrira ses portes à 19h et les activités se poursuivront jusqu’à minuit. Au programme, une multitude de films grecs qui seront diffusés en plein air en partenariat avec l’Open Film Festival. De plus, des spectacles de danse folklorique seront donnés par une troupe grecque de la ville de Kassandra et des concerts seront animés par divers artistes grecs, sachant que Stergios inaugurera le festival. Parmi les artistes attendus, figurent notamment Giorgio Pachis, joueur de bouzouki, Marina Abou Rjeily, artiste libano-grecque, et Kassiani Kaplanis, chanteuse gréco-libanaise qui sera accompagnée de sa troupe. De plus, les visiteurs qui le désirent pourront apprendre des danses grecques. Il suffit de s’inscrire au stand de la communauté grecque de Beyrouth pour prendre des leçons qui seront données gratuitement par la prof de danse Marilena Caponis. Par ailleurs, deux pièces antiques du musée de l’Acropole seront exposées aux côtés d’autres pièces de l’ère hellénique prêtées pour l’occasion par le Musée national libanais.

Pourquoi Jbeil ? « Parce que c’est une ville dont nous sommes fiers, mais surtout qui est devenue internationale grâce aux efforts qui ont été déployés par son ancien président du conseil municipal, le député Ziyad Hawat, et qui sont poursuivis par l’actuel président du conseil municipal Wissam Zaarour », affirme M. Eid.

De son côté, l’ambassadeur de Grèce, M. Verros, a souligné que la ville de Jbeil a été choisie parce qu’elle « constituait l’ancien centre de communication entre la Grèce et les Phéniciens ». « Nous l’avons également choisie pour ce qu’elle représente aujourd’hui, à savoir une belle ville respectueuse de l’environnement, caractérisée par un riche patrimoine », a ajouté l’ambassadeur grec. Et d’affirmer que ce festival ne vise pas uniquement à mieux faire connaître la culture et l’alimentation grecques aux Libanais, « mais aussi à mieux faire connaître le Liban aux Grecs ». C’est la raison pour laquelle, a-t-il noté, la télévision grecque nationale dépêchera une équipe pour couvrir l’événement. « Zeus veut rencontrer Hiram pour mieux se connaître et prospérer ensemble », a conclu l’ambassadeur Verros.

Quant à Stergios, il a confié être heureux d’avoir été invité à prendre part à ce festival, d’autant qu’il connaît le Liban et qu’il est tombé amoureux de la ville de Jbeil.

Pour plus d’informations, visiter les pages de l’événement sur Facebook : Greek Festival of Lebanon ; Instagram : Greekfestivallebanon; et YouTube : StinViryto Organization.


Du 7 au 8 juin prochains, le Liban est au rendez-vous avec la première édition du festival grec placé sous le thème de « Zeus rencontre Hiram ». Cet événement, qui promet d’être haut en couleur et en saveur, est une initiative de l’association Stin Viryto, fondée par le journaliste Georges Eid. Il est placé sous le parrainage du ministère libanais du Tourisme et...

commentaires (2)

A NOTER QUE LES GRECS LIBANAIS SONT AUSSI FANATIQUES LIBANAIS QUE LES LIBANAIS DE SOUCHE !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

14 h 53, le 21 mai 2019

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • A NOTER QUE LES GRECS LIBANAIS SONT AUSSI FANATIQUES LIBANAIS QUE LES LIBANAIS DE SOUCHE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    14 h 53, le 21 mai 2019

  • Pourquoi Djbeil pour un festival grec? Parce que Byblos!pas cité!

    Beauchard Jacques

    11 h 09, le 21 mai 2019