Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde

L’ONU « horrifiée » par l’exécution de deux adolescents en Iran

La haut-commissaire aux Droits de l’homme de l’ONU s’est dit « horrifiée » hier par l’exécution de deux adolescents de 17 ans, à l’issue d’un procès « entaché d’irrégularités ». Mehdi Sohrabifar et Amin Sedaghat n’avaient que 15 ans quand ils ont été arrêtés et accusés de viol et de cambriolage en 2017. Michelle Bachelet a rappelé que Téhéran avait signé la Convention internationale sur les droits civils et politiques et la Convention sur les droits de l’enfant qui interdisent formellement l’exécution de mineurs. « Ces deux affaires sont particulièrement révoltantes car il apparaît que les deux garçons ont été apparemment soumis à de mauvais traitements et ont eu un procès entaché d’irrégularités », a-t-elle affirmé dans un communiqué. Selon les informations recueillies par le bureau des droits de l’homme de l’ONU, les deux adolescents avaient été incarcérés pendant deux mois dans un centre de détention de la police sans accès à un avocat, frappés et contraints apparemment à faire de faux aveux. Les deux adolescents ont été exécutés le 25 avril à Shiraz (Sud) après avoir été apparemment soumis à des coups de fouet.

De son côté, le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) s’est dit alarmé par les informations faisant état d’exécutions de cinq mineurs ces deux dernières semaines en Iran et en Arabie saoudite. « En République islamique d’Iran, d’après des informations obtenues, deux garçons de 17 ans ont été exécutés dans une prison – où ils étaient apparemment détenus – à Chiraz, dans le sud du pays », a indiqué l’Unicef dans un communiqué. « Dans le royaume d’Arabie saoudite, des informations obtenues ont indiqué que trois garçons condamnés à mort auraient été exécutés le 23 avril », a ajouté l’Unicef, sans préciser leur âge. « L’Unicef est alarmée par les informations faisant régulièrement état d’exécutions d’enfants dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord », a affirmé l’organisation, dénonçant une « claire violation des droits des enfants ».

La haut-commissaire aux Droits de l’homme de l’ONU s’est dit « horrifiée » hier par l’exécution de deux adolescents de 17 ans, à l’issue d’un procès « entaché d’irrégularités ». Mehdi Sohrabifar et Amin Sedaghat n’avaient que 15 ans quand ils ont été arrêtés et accusés de viol et de cambriolage en 2017. Michelle Bachelet a rappelé que Téhéran...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut