X

À La Une

L'ONU met en garde contre une "détérioration" de la situation humanitaire en Libye

Conflit

Depuis le 4 avril, au moins 278 personnes ont été tuées et 1.332 ont été blessées, selon l'OMS. Au moins 40.100 civils ont fui les combats, selon l'adjointe à l'émissaire de l'ONU en Libye, et d'autres sont toujours bloqués dans les zones de combats.

OLJ/AFP/Simon VALMARY
29/04/2019

Après plus de trois semaines de combats meurtriers entre camps rivaux dans la région de Tripoli, la situation humanitaire est "grave" et risque encore de se "détériorer", prévient Maria do Valle Ribeiro, l'adjointe à l'émissaire de l'ONU en Libye dans un entretien à l'AFP.

Des combats se déroulent au sud de Tripoli entre les forces loyales au Gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par la communauté internationale, et celles du maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'est du pays qui a lancé le 4 avril une offensive pour conquérir la capitale.

"Tant que cette situation (militaire) continue, (...) il faut s'attendre à une détérioration" de la situation humanitaire, a déclaré Maria do Valle Ribeiro dans un entretien dimanche soir avec l'AFP. "Quand on voit l'utilisation de moyens aériens, les bombardements sans discernement de zones densément peuplées comme on l'a vu la semaine passée, il est difficile d'être optimiste", estime la responsable adjointe de la mission d'appui de l'ONU en Libye (Unsmil), chargée notamment de l'aide humanitaire. La situation humanitaire est déjà "grave" selon elle, alors que le conflit est entré dans sa quatrième semaine.

Depuis le 4 avril, au moins 278 personnes ont été tuées et 1.332 ont été blessées, selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Au moins 40.100 civils ont fui les combats, selon Mme do Valle Ribeiro, et d'autres sont toujours bloqués dans les zones de combats, notamment dans la périphérie sud de Tripoli, difficiles d'accès pour les services de secours et les humanitaires.



Par ailleurs, "3.500 migrants et réfugiés sont en danger dans des centres de détention situés près de zones d'affrontements", souligne-t-elle, en précisant que 800 ont déjà été évacués des centres d'Ain Zara, Abou Slim et Gasr ben Ghachir. "C'est pourquoi nous continuons d'appeler au respect des civils, à des pauses humanitaires (dans les combats, ndlr) et surtout nous continuons d'espérer une solution pacifique de la crise", ajoute-t-elle.



(Lire aussi : En Libye, la situation des migrants, pris au milieu des combats, inquiète les humanitaires)



Effets à long terme
Les conséquences des combats se répercutent bien au-delà des zones d'affrontement, et suscitent des "inquiétudes" sur "les services de bases" dans la capitale, les "approvisionnements en eau et électricité" et les services médicaux, ou "la disponibilité des produits de base et leurs prix".

Remédier à cette situation d'urgence humanitaire nécessite 10,2 millions de dollars (9,1 M EUR), qui "ne couvrent pas l'ensemble des besoins que nous anticipons mais au moins la réponse essentielle pour les trois, quatre premières semaines", explique-t-elle. Deux millions de dollars ont été donnés par le fonds d'urgence de l'ONU, "et nous avons reçu des assurances de beaucoup d'états-membres qu'ils contribueraient", affirme-t-elle. "Ils comprennent que la situation est grave ici, dans la région la plus peuplée du pays, et qu'il est crucial d'y répondre", affirme-t-elle, en refusant toutefois de commenter l'impasse diplomatique entre grandes puissances au Conseil de sécurité de l'ONU.

En proie à l'instabilité depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est à nouveau plongée dans la violence depuis le 4 avril et l'offensive lancée par Khalifa Haftar sur Tripoli, siège du GNA dirigé par Fayez al-Sarraj. Après une rapide progression, les troupes de son autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL) ont été repoussées par les forces loyales au GNA et les combats se concentrent au sud de la ville.

Cet énième conflit en Libye aura aussi des effets à long terme, estime Maria do Valle Ribeiro, citant l'exemple "symbolique" du bombardement d'un entrepôt du ministère de l'Education qui a détruit "plus d'un million de manuels scolaires". "Ça en dit long sur l'impact de ces combats, non seulement sur la survie immédiate des gens, mais aussi sur l'avenir des enfants de Tripoli".



Lire aussi

Conforté par ses soutiens extérieurs, Haftar pense avoir les mains libres pour prendre Tripoli

Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"

Soutien américain à Haftar, le jeu international se clarifie en Libye

Près de Tripoli, le désarroi des déplacés du conflit en Libye

Haftar est-il soutenu dans son offensive par ses alliés ?

Libye, Algérie, Soudan : les trois crises qui inquiètent Le Caire

La Russie mise sur Haftar, mais ménage ses intérêts


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

OU : L,(O)IGNON (N)ON (U)TILE !

Irene Said

L'ONU, cette organisations qui est devenue la spécialiste des "mises en garde" et autres avertissements...mais des actions énergiques...jamais !
Un "machin" inutile selon De Gaulle...
Irène Saïd

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Notre vie avant et depuis la révolution

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants