X

Économie

Guidanian veut fermer les deux derniers offices du tourisme libanais à l’étranger

Liban

« Si l’office du Caire est inactif depuis plusieurs années, celui de Paris continuait de promouvoir l’image du pays à l’étranger avec une certaine efficacité », indique à L’Orient-Le Jour un responsable local, sous couvert d’anonymat.

16/04/2019

Le ministre libanais du Tourisme, Avedis Guidanian, a annoncé lundi qu’il souhaitait fermer les deux derniers offices du tourisme libanais à l’étranger, situés à Paris et au Caire pour des raisons d'économie.

Lors d'une conférence de presse organisée à l’hôtel Phœnicia au cours de la laquelle il a présenté sa stratégie pour développer le tourisme, le ministre a justifié cette décision en invoquant la nécessité de réduire les dépenses publiques, alors que le gouvernement doit en principe commencer à examiner jeudi le projet de budget pour 2019. Il a également affirmé que les deux offices visés ne remplissaient pas leur mission et ne généraient aucun bénéfice pour le Liban, malgré « 15 millions de dollars dépensés ces 10 dernières années. »

Les premiers offices libanais du tourisme ont été créés dans les années 1960 en pleine période d’explosion du tourisme international. D’abord rattachés au Conseil National du Tourisme (C.N.T), une association privée reconnue d'utilité publique à qui l’Etat va confier par décret, de 1967 à 1992, « certaines missions notamment en matière de propagande à l'étranger et d'exécution de projets touristiques », selon les informations disponibles sur le site du ministère du Tourisme. Après plusieurs années de flottement, ces offices vont être placés sous l’autorité du Conseil des ministres, qui est depuis seul compétent pour en ouvrir de nouveaux, fermer les existants ou nommer leurs directeurs. Le fait que le ministre évoque sa décision de fermer les offices du Caire et de Paris signifie donc qu’un dossier a déjà été monté afin que ce sujet soit inscrit à l’ordre du jour du Conseil des ministres.




(Lire aussi : Hassan Khalil : L’examen du projet de budget devrait commencer cette semaine)



Visit Lebanon
Le Liban a ouvert plusieurs offices du tourisme depuis les années 1960, notamment à Francfort, à Londres ou encore à Djeddah, mais tous à l’exception de ceux de Paris et du Caire ont été fermés pendant ou après la guerre civile de 1975-1990. « Si l’office du Caire est bien inactif depuis plusieurs années, son directeur n’ayant pas été remplacé après son départ à la retraite, celui de Paris continuait de promouvoir l’image du pays à l’étranger avec une certaine efficacité, et malgré des moyens humains et financiers limités », indique à L’Orient-Le Jour un responsable local, sous couvert d’anonymat. « La décision de fermer cet office ne cadre pas vraiment avec l’objectif affiché du ministère d’attirer davantage de touristes européens, et de ne pas uniquement dépendre de ceux du Golfe », souligne-t-elle.

« L’annonce du ministre survient enfin environ une semaine après la polémique concernant les conditions dans lesquelles le gouvernement a renouvelé le contrat de la société de représentation touristique Visit Lebanon, de gré à gré, sans passer par un appel d’offres et avec une clause de reconduction tacite », ajoute le responsable précité. Une information confirmée dans la presse (le montant de 2,2 millions d'euros (soit 2.5 millions de dollars) l’année, TVA incluse, a été avancé), tandis que le PDG de la société, Nadim G. Freiha, a indiqué dans une interview publiée la semaine dernière sur le site Beiruting que le gouvernement lui-même avait décidé de passer ce marché de gré à gré.

Enfin, l’ancien ministre du Tourisme, Michel Pharaon s’est dit « surpris » de la position de son successeur vis-à-vis de l’office libanais de Paris. « Autant j’approuve la décision du ministre de fermer l’office du tourisme du Caire, autant je reste réservé concernant celui de Paris, qui a été très actif, notamment pendant mon mandat (NDLR : de février 2014 à décembre 2016), aussi bien dans le domaine touristique que culturel », a-t-il déclaré à L’Orient-Le Jour. Il rappelle en outre qu’il envisageait de faire de l’office de Paris une plateforme de promotion de l’image du Liban en Europe.

Le Liban s’est engagé lors de la CEDRE, le 6 avril 2019 à Paris, à baisser de cinq points de pourcentage le ratio déficit public/PIB sur une durée de cinq années consécutives. Un objectif qu’il n’a pas réussi à atteindre en 2018. Le déficit devait dépasser les 6 milliards de dollars sur cet exercice, selon les estimations qui circulent en attendant les chiffres définitifs du ministère des Finances, soit plus d’un milliard de dollars que celui inscrit dans le budget prévisionnel pour cette même année.


Le ministre du Tourisme a par ailleurs présenté les principaux axes de sa stratégie pour développer le secteur. Traditionnellement habitué à compter sur les visiteurs du Golfe, le Liban doit, selon lui, s’employer à attirer des touristes chinois, russes et indiens, une stratégie qui mobilisera « 20 % des activités » du ministère. Ce dernier réservera toutefois l’essentiel de ses efforts aux opérations promotionnelles à destination des touristes du Golfe et d’Europe (France, Allemagne, Grèce, etc).

Le ministre a en outre appelé à créer une Autorité de promotion du tourisme, un organisme doté de prérogatives qui ne soient pas simplement consultatives ; la modernisation de la législation régissant le secteur ou encore la promotion du tourisme local. Il a en outre annoncé l’organisation du Forum Visit Lebanon les 30 et 31 mai prochains, avec la participation de 150 entreprises arabes.



Lire aussi
Réformer le secteur public pour relancer l’économie libanaise ?

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Mehanna Tania

Ce qui est pathétique dans cette histoire est que la vérité est travestie au profit de contrats juteux et sans aucune transparence. L’Office du Tourisme à Paris avec un budget plus que limitée et grâce au formidable travail de Serge Akl, a drainé des centaines de journalistes au Liban, a donné une plateforme au cinéma libanais, aux activités culturelles de toutes sortes, et permis à des centaines d’artistes et écrivains de profiter de ce formidable lieu toujours disponible pour les accueillir. Si on ferme l’office pour des raisons budgétaires, on le remplace par un contrat à une société privée ? Je ne vois aucune logique dans cette décision.

Le Faucon Pèlerin

Fermer les Offices du tourisme du Caire et de Paris est une excellente décision. Pour une fois, un ministre sert à quelque chose !

Sarkis Serge Tateossian

DE quoi parle-t-on ?
Il faut savoir que le monde bouge, et bouge très très vite ....
Les achats se font de plus en plus sur le net, les annuaires ne se font plus sur du papier mais sur le net...
La presse ne se lit plus sur du papier mais sur le net ...
Les offices de tourismes à l'étranger se font désormais sur le net, par les opérateurs et les consulats et ambassades...etc etc .

je vous donne quelques exemples concrets :
Savez-vous qu'en France le Cap Vert (tout petit pays), a connu une hausse de touristes français de 230%, le Sri Lanka de 436 %, la Jamaïque de 136% et la Birmanie de 265 %. (progression des visiteurs Français entre 2008 et 2012 *) ? Sans avoir aucun office de tourisme en France ?
(Source officielle TOUR MAG 1er Média des pros du tourisme)

Commenter c'est agréable mais se renseigner en toute sérénité avant tout commentaire, parfois limite.... empêche de dire des contre vérités.

Reste toutefois le côté sentimental ....Paris, la francophonie, notre attachement à la ville des lumières ...

C'est un choix important que le ministre Avedis Guédanian a du prendre en son âme et conscience ...dans un contexte difficile où des économies sont nécessaires dans tous les ministères.

Marionet

Pour dire vrai, je ne vois pas trop à quoi servait l'office du tourisme de Paris où l'essentiel des activités semblait être consacré à promouvoir des copains... De plus, le local, malgré son adresse prestigieuse, a très mal vieilli.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

REDUIRE LES FRAIS OU REDUIRE LE TOURISME ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

REDUIRE LES FRAIS... NULLISIMES DANS CES DEUX CAS... OU REDUIRE LE TOURISME DONT LE PAYS A TANT BESOIN ? SAAD HARIRI, NOUS VOULONS DES MINISTRES COMPETENTS ET NON IGNORANTS !

Kelotamam

Et je reviens tellement c'est surprenant : combien de fois vous olj avez vous encensé leur travail de promotion du Liban que tel ou tel soirée ou voyage et découverte du Liban n auraient pu avoir lieu sans leur concours et participation. À vous olj vous devez aussi vous faire entendre . Plus de journeaux , plus d échanges et quoi la prochaine étape pas besoin d ambassade non plus . Aller je m arrête là.

rizk bahjat

Juste pour appuyer vivement le précieux témoignage du ministre Pharaon. En effet depuis presque vingt ans (année 2000 ), l'office du tourisme ,sous la direction dynamique et engagée de Serge akl,a joué un rôle prépondérant et prestigieux dans la promotion de l'image du Liban, tant au niveau culturel que touristique et cela autant auprès des Libanais que des Français. Bahjat Rizk

Kelotamam

Bravo excellente initiative !!!!! Fermer les dernières antennes qui pourrait améliorer l image du Liban a l étranger. (Vous allez me dire nous n avons pas besoin d eux, tt le monde nous connaît deja). De plus est ce leurs frais qui grèvent la trésorerie de l'état ? D ou l émission d un nouvel Eurobond ? Oui tt le monde se plaint que Paris est devenu beaucoup trop cher. Les loyers inabordables et tout le toutim.
A bientot ?

Tina Chamoun

C'est bien ce même ministre qui avait affirmé une fois qu'entre le Liban et l'Arménie il préférait cette dernière? Une bien jolie manière de promouvoir le tourisme libanais pour un soi-disant représentant officiel d'un pays! Euh lequel déjà?

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

L’odeur de l’argent

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants