X

Diaspora

Albert Moukheiber et ce cerveau « qui nous joue des tours »...

Rencontre

Le chercheur et psychologue clinicien libano-français lance demain à Paris son premier ouvrage, publié à Allary Éditions.

15/04/2019

Une bouille d’adolescent rêveur. Un parcours atypique. Un calme olympien. Un intérêt marqué pour l’étude des comportements humains. Et son premier livre qu’il signe demain mardi 16 avril 2019 à Paris, intitulé Votre cerveau vous joue des tours, à la librairie des Arpenteurs, avec Allary Éditions. À 36 ans, Albert Moukheiber trace son chemin « en naviguant au gré du hasard ». C’est donc le hasard qui a conduit cet enfant de Beit Méry (dans le Metn) naturalisé français, petit-neveu et filleul de l’ancien homme politique dont il a hérité du nom, à se lancer dans la recherche en France, au terme d’un doctorat en neurosciences cognitives à l’Université Paris 6 et d’un master en psychologie clinique, à Paris 5 et Paris 8. « Mon parcours n’est pas le fruit d’une réflexion et presque aucune partie de ma vie n’est réfléchie », révèle le jeune homme, qui s’est également spécialisé dans les troubles anxieux et la phobie sociale pour avoir travaillé en psychiatrie adulte. « Lorsque j’ai obtenu ma licence en psychologie de l’Université américaine de Beyrouth (AUB), j’avoue que je ne savais pas trop quoi faire », se souvient-il. Sauf que l’initiative d’un de ses proches lui permet de recevoir une offre de stage dans la capitale française dans le domaine des neurosciences. Il en profite pour y poursuivre ses études et finit par poser ses valises en France parce que « la recherche est collaborative et que la science ne se fait jamais individuellement ». C’était il y a 14 ans.

Nos croyances...

Sa carrière est alors lancée. « Je ne suis pas carriériste », avoue pourtant celui qui « aime bien ne rien faire, parfois », mais « juste jouer de la guitare, passer du bon temps avec mes copains, jouer aux jeux vidéo ». Le reste du temps, Albert Moukheiber bosse bien sûr, à Paris principalement, mais aussi au Liban de temps à autre, où il se rend pour des vacances auprès de sa famille. Après quelques années au sein de l’Assistance publique, le voilà qui ouvre son cabinet libéral dans la capitale française, tout en continuant à enseigner « les entretiens cliniques et les échelles psychométriques » à l’Université Paris 8, en master 2.

Parallèlement, le chercheur fonde avec des collègues un collectif baptisé Chiasma, qui s’intéresse à la flexibilité mentale des gens, à leur programmation au changement. « Nous cherchons à comprendre pourquoi les gens ne changent pas d’avis, pourquoi ils ne réfléchissent pas, pourquoi ils s’accrochent à leurs croyances jusqu’au point de s’en croire propriétaires, de s’entre-tuer même pour les défendre, indique M. Moukheiber. Nous expliquons de plus comment notre cerveau reconstruit le réel à partir de nos a priori, réduisant ainsi l’ambiguïté du monde. » Le chercheur s’intéresse aussi à des réalités sociales telles les fake news (fausses informations), l’illusion de connaissance ou le stress. Cette dernière réalité sera l’objet de sa thèse de doctorat. « Le quart des salariés de l’Union européenne sont touchés par le stress », dit-il à ce propos.

Et comme « l’apprentissage du raisonnement critique » est essentiel, le clinicien n’hésite pas à organiser des rencontres avec des écoliers et des enseignants français, histoire de « populariser la science ». Mais la « popularisation de la science est à distinguer de la vulgarisation », fait remarquer Albert Moukheiber qui « refuse de faire des compromis sur la complexité du cerveau », « car on ne peut tout expliquer en quelques minutes ». « Mon but, en écrivant ce livre, est de faire simple sans être simpliste, de faire complexe sans être compliqué », souligne-t-il. Il faut dire que Votre cerveau vous joue des tours est le résultat de plusieurs années de recherche, de réflexion et d’expérience dans les domaines du cerveau humain, avec ses facteurs, ses mécanismes et ses biais. Des années durant lesquelles le spécialiste a multiplié les conférences et les événements, ce qui lui a valu d’être sollicité par ses auditeurs « pour en faire un livre à lire au calme ». Et qui plus est, « la littérature en langue française sur la popularisation de la science est peu fournie », constate-t-il. C’est aujourd’hui chose faite.

Engagement à fond

Celui dont la conférence intitulée À la découverte de notre cerveau a été visionnée 150 000 fois sur YouTube ne s’endort pas pour autant sur ses lauriers. Non seulement cet « adepte de moins de travail » va bientôt lancer des tests avec des entreprises privées sur « la semaine de quatre jours » et « créer un laboratoire sur l’étude des freins face à l’urgence écologique ». Mais celui qui reste très proche de la société libanaise utilise ses connaissances, ses compétences et son expérience pour étudier et soutenir cette société dont il est issu. « Je suis engagé à fond dans les mouvements sociaux indépendants, comme les collectifs Li Baladi, Killon Ya3ni Killon, ou You Stink Lebanon (Tol3et Ri7etkom, Vous puez !), affirme Albert Moukheiber. J’essaie de plus, à chaque visite au Liban, de donner une conférence à titre gracieux pour y promouvoir mes idées. » Des idées qui expliquent, bien entendu, certains comportements de la société libanaise. « Le concept de l’impuissance acquise, bien visible au Liban, se caractérise par la ferme conviction qu’on ne peut changer les choses, alors qu’on n’essaie pas de le faire », explique le psychologue. De même, peut-on constater la prévalence au Liban de « l’illusion de connaissance, qui entraîne tout un chacun à débattre d’un sujet qui ne relève pas de son expertise, des déchets ou des barrages notamment ». Le chercheur est intarissable dans son invitation à la réflexion lorsqu’il parle du cerveau humain. Il entreprend de faire traduire son ouvrage en arabe et multiplie les contacts pour que son livre soit mis en vente incessamment au Liban.

La signature aura lieu demain mardi 16 avril à 19h, à la librairie Les Arpenteurs, 9 rue Choron, IXe arrondissement.

Cette page est réalisée en collaboration avec l’Association RJLiban. E-mail : monde@rjliban.com – www.rjliban.com

À la une

Retour au dossier "Diaspora"

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

L’odeur de l’argent

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants