X

Moyen Orient et Monde

Les combats s’intensifient au sud de Tripoli

Libye

L’ONU réclame une pause humanitaire.

OLJ
13/04/2019

Des combats violents opposaient hier les forces du Gouvernement d’union nationale (GNA), reconnu par la communauté internationale, aux hommes du maréchal Khalifa Haftar dans la banlieue sud de Tripoli, où les affrontements ont fait des dizaines de morts et des milliers de déplacés.

L’Armée nationale libyenne (ANL) du maréchal Haftar, l’homme fort de l’Est libyen, mène depuis le 4 avril une offensive en vue de s’emparer de la capitale libyenne, siège du GNA. Soutenu par une autorité basée dans l’est du pays mais non reconnue internationalement, le maréchal Haftar espère, avec l’ANL, étendre son emprise sur l’ouest de ce pays pétrolier, alors qu’il contrôle déjà l’Est et une grande partie du Sud.

En face, les forces loyales au GNA résistent et se disent déterminées à mener une contre-offensive généralisée.

Après de longues tractations, l’Union européenne et ses États membres ont approuvé jeudi une déclaration appelant au « retrait » de l’ANL de la capitale, ainsi que des autres forces venues d’autres régions pour la combattre. Malgré cet appel, les combats se sont intensifiés sur plusieurs fronts dans la banlieue sud de la capitale, en particulier à Aïn Zara, Wadi Rabi et al-Swani.

Des journalistes de l’AFP présents derrière la ligne de front du côté des forces pro-GNA ont été témoins d’un raid aérien à Wadi Rabi. D’autres témoins ont fait état d’une autre frappe aérienne à Tajoura, dans la banlieue est de la capitale, qui aurait visé une académie militaire. « Une colonne de fumée s’élevait dans le ciel depuis ce site », selon les mêmes sources. Des tirs de canons antiaériens ont été entendus dans cette région où est situé l’aéroport de Mitiga, le seul fonctionnel de la capitale Libyenne, visé il y a quelques jours par une frappe aérienne revendiquée par l’ANL. Une autre frappe aérienne a par ailleurs été menée contre une caserne « vide et inutilisée » au sud de Zouara, près de la frontière tunisienne, à une centaine de kilomètres à l’ouest de Tripoli, sans faire de victimes, selon une source de sécurité sur place qui a attribué l’attaque au maréchal Haftar.

8 000 déplacés

« Nous ne comprenons pas les raisons de ce raid », a ajouté cette source sous le couvert de l’anonymat, rappelant que les forces de la ville ne participent pas aux combats. Au sol, les combats ont gagné d’intensité dans la banlieue d’al-Swani, à une vingtaine de kilomètres au sud de Tripoli, poussant des dizaines de familles à quitter les zones de combats, selon une source de sécurité.

Plus de 8 000 personnes ont été déplacées par les combats dans les environs de Tripoli, dont la moitié au cours des deux derniers jours, a indiqué l’ONU hier. « Les déplacements en provenance des zones touchées par les affrontements dans les environs de Tripoli continuent de se multiplier », a déclaré aux médias un porte-parole des Nations unies à Genève, Rhéal Leblanc. En outre, « de nombreuses familles restent bloquées à l’intérieur des zones touchées par le conflit », a-t-il dit.

L’ONU réclame une « pause humanitaire » dans les combats aux abords de Tripoli afin de faciliter le départ des civils et apporter une aide à ceux qui restent, a déclaré hier son porte-parole, Stéphane Dujarric. « Les combats continuent » et « il y a en fait une augmentation du recours à de l’artillerie lourde qui peut avoir un impact dévastateur, spécialement dans des zones urbaines », a déclaré le porte-parole de l’organisation lors de son point-presse quotidien. Selon des diplomates, l’émissaire de l’ONU pour la Libye, Ghassan Salamé, a récemment indiqué au Conseil de sécurité qu’il comptait rester en Libye jusqu’au dernier moment.

Source : AFP

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les messages internes de Nasrallah et leurs différentes interprétations

Pause verte de Suzanne BAAKLINI

Déchets : de l’urgence de sortir de l’improvisation et d’instaurer un vrai débat

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants