X

Culture

Escale libanaise pour Picasso au musée Sursock

Événement

Entre le 26 septembre 2019 et le 6 janvier 2020, le public libanais pourra découvrir une vingtaine d’œuvres de la collection du Musée Picasso de Paris autour du thème de la famille. Un projet artistique d’envergure pour la capitale libanaise, porté avec rigueur et enthousiasme par les équipes des deux institutions, et la générosité de Danielle de Picciotto.

13/04/2019

Jeudi 11 avril, plus d’une centaine de personnes étaient conviées à la résidence de l’ambassadeur du Liban en France, Rami Adwan, pour annoncer une exposition événement au musée Sursock de Beyrouth. Dans les salons de réception, une foule nombreuse se pressait devant deux œuvres de Pablo Picasso, prêtées spécialement pour la soirée, par MM. Fahd Hariri et David Nahmad : une nature morte (sans titre, 1921) et Portrait de femme (1943). Parmi les invités, des collaborateurs des deux musées Sursock et Picasso et des amateurs d’art et de culture, curieux de découvrir les ressorts d’une exposition porteuse et innovante à Beyrouth, dans une atmosphère conviviale et distinguée. Sur le mur en pierre de taille de la montée d’escalier, était projeté le film Le mystère Picasso (Henri-Georges Clouzot, 1956). « Entre donc au Liban, cher Pablo Picasso, tu trouveras des voyageurs comme toi », c’est en ces termes que Rami Adwan a accueilli ses convives, pour accompagner les œuvres du grand maître cubiste pour leur escale libanaise. « Ce soir, l’art est à notre porte, avec les deux œuvres qui nous ont été prêtées, en avant-goût de l’exposition de Beyrouth. Qu’elles réveillent notre instinct artistique ! Vu d’ici, Le Liban est en pleine nouvelle vague, en cinéma, en musique, en design, et il a besoin de création et d’imagination », a-t-il ajouté avec conviction.

Zeina Arida, directrice du musée Sursock, a évoqué pour sa part « une belle collaboration qui va rendre accessible Picasso pendant plus de trois mois, dans notre musée gratuit ». La jeune femme a ensuite souligné son souhait d’intégrer les écoles libanaises, privées et publiques, dans ce projet. « Nous voulons développer nos outils pédagogiques et permettre aux enfants de découvrir les peintures et les sculptures originales du peintre. C’est une grande responsabilité pour nous, car organiser une exposition sur Picasso est très complexe, tant au niveau de la sécurité que du transport ou de la scénographie. Nous n’avons pas reçu l’exposition d’un grand musée, nous l’avons conçue ensemble, et avons été à la hauteur. » Mme Arida évoque avec émotion l’unique mécène de ce projet, Danielle de Picciotto, veuve d’Edgard de Picciotto, lui-même d’origine libanaise, qui a beaucoup œuvré pour son pays. « Nous avons été très touchés par sa confiance et soutien, puisqu’elle s’est engagée de manière exceptionnelle à financer entièrement notre projet, pour honorer la mémoire de son mari. Notre musée est actuellement en pleine campagne de levée de fonds, nous souhaitons rester indépendants et avons besoin de nous entourer d’amoureux de l’art qui pourront nous soutenir. »

« C’est le début d’une histoire marquée par la générosité et l’amitié »
Laurent Le Bon, directeur du Musée national Picasso de Paris, à l’initiative de l’exposition, a rappelé que ce qui réunissait les hôtes de la soirée, c’était « la générosité et la passion » et « une cristallisation chimique entre des gens exceptionnels pour montrer les œuvres de Picasso à Beyrouth, et entamer une collaboration entre les deux musées ». Depuis 2017, plus de soixante manifestations ont été organisées dans le cadre du projet Picasso Méditerranée. « Nous avons organisé plus de 60 manifestations, en Espagne, en Italie, en Grèce, à Chypre, au Maroc… Nous souhaitons que la plus grande collection nationale du monde des œuvres de Picasso, installée à l’hôtel Salé, soit montrée là où elle n’a jamais pu être vue. »

La vingtaine d’œuvres qui vont voyager vers le Liban sont très variées : tableaux, sculptures, dessins et films ; et elles balayent la longue période de création de l’artiste. « Les visiteurs libanais pourront par exemple voir une peinture de Picasso qu’il a peinte à quatorze ans, La Fillette aux pieds nus (1895), ou à quatre-vingt-onze ans, Enfant et mousquetaire (1972). Notre travail interroge la notion de famille dans l’œuvre de l’artiste, mais aussi la représentation du couple, de la parentalité, de la maternité, de l’enfant... L’exposition de Beyrouth va clôturer la saison de Picasso Méditerranée, avec d’autres villes comme Izmir, Faenza ou Toulon. Le thème de la famille a été très peu exploré au cours du programme, l’exposition libanaise est en ce sens très innovante », précise Camille Frasca, commissaire de l’exposition avec Yasmine Chemali, la directrice des collections au musée Sursock.

Une perspective motivante pour les amateurs de peinture cubiste et surréaliste au Liban. C’est en mars 1975 qu’avaient été exposées quelques œuvres de Pablo Picasso à Beyrouth pour la dernière fois, dans la galerie L’Antiquaire.


Pour mémoire

Picasso à Nice pour revisiter son dialogue avec Matisse

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CE TABLEAU DE PICASSO SUR LA PHOTO JE NE L,ACHETERAIS PAS POUR UN FRANC !

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Élie FAYAD

La soixante-treizième heure

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le gouvernement se réunit aujourd’hui, mais la crise de confiance est trop profonde

Commentaire de Anthony SAMRANI

Le réveil d’une nation

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants