Sécurité routière

Les automobilistes craignent pour leur vie à Dahr el-Baïdar

Le ministère des Travaux publics a entamé les réparations, mais la pluie ne favorise pas l’avancée des travaux.

Les fissures mettent en péril la séruité des passants. Photo LBCI

La série des infrastructures qui se détériorent à cause du mauvais temps continue de plus belle. Depuis quelques jours, les automobilistes qui empruntent la route de Dahr el-Baïdar tirent la sonnette d’alarme. Cette route très fréquentée et qui constitue l’artère vitale reliant Beyrouth à la Békaa, est victime de fissures importantes qui menacent la sécurité des véhicules. Un appel a été lancé par les automobilistes le week-end dernier sur les réseaux sociaux avec photos à l’appui, ce qui a poussé le ministère des Travaux publics à dépêcher ses équipes sur place dès dimanche pour tenter de réparer les dégâts.

« Il y avait déjà des fissures sur cette route. Elles ont été amplifiées dernièrement par les intempéries et les précipitations qui sont tombées dans la Békaa », a expliqué le député de Zahlé Assem Araji à L’Orient-Le Jour. « La route de Dahr el-Baïdar est impropre à la circulation, et les travaux de l’autoroute arabe (qui devrait relier la Békaa à Beyrouth) sont malheureusement en suspens », a-t-il déploré. Outre les fissures observées à Dahr el-Baïdar, M. Araji a révélé l’existence de fissures au niveau de l’autoroute arabe à Jdita qui seraient à l’origine de la suspension des travaux, ainsi qu’une pénurie au niveau du financement de certains pans de cette autoroute. « Les aides de la CEDRE prévoient 300 à 400 millions de dollars pour la mise sur pied de l’autoroute arabe, notamment au niveau des parcelles reliant Jisr el-Namliyé à Mdeirej, et Mdeirej à Bsous », a révélé M. Araji. « La route de Dahr el-Baïdar a atteint sa date d’expiration ; elle est étroite, mal éclairée, et maintenant elle menace de s’effondrer. Le ministère des Travaux publics a commencé à y remédier, mais la pluie n’aide pas à l’avancée des travaux », a indiqué M. Araji, tout en déplorant « un manque d’entretien » de la route en question. « La route est très fréquentée. Il y a beaucoup de poids lourds de 50 à 60 tonnes qui la traversent chaque jour. Ce sera encore pire si la circulation vers la Syrie retourne à la normale… Il faut remettre cette route en état le plus vite possible », a-t-il dit.

Les députés du Futur mobilisés

M. Araji ainsi que les députés de la Békaa-Ouest Mohammad Karaaoui et de Baalbeck-Hermel Bakr Hojeiry, ont par ailleurs tenu hier une conférence de presse à Taanayel, au cours de laquelle ils ont fait part de la volonté du courant du Futur de suivre de près la réhabilitation de la route de Dahr el-Baïdar.

« Non seulement nous faisons face aux embouteillages, aux travaux qui menacent nos voitures et mettent nos vies en péril, et à un embargo économique en hiver (la route de Dahr el-Baïdar étant souvent bloquée par la neige), nous nous retrouvons aujourd’hui face à une route qui risque de s’effondrer et qui met en péril la sécurité des passants », ont dit les députés dans une déclaration.

Les députés du Futur ont demandé que la route en question soit élargie et dotée de plus de bulldozers pour les jours de neige. Ils ont également appelé à créer une cellule d’urgence, à mettre une ambulance à la disposition des automobilistes et à doter la route d’un meilleur système d’éclairage. Les députés ont demandé la création d’une route reliant Dahr el-Baïdar aux villages de la Békaa-centre, en attendant la reprise des travaux de l’autoroute arabe. Ils ont en outre appelé à l’utilisation des parcelles de l’autoroute déjà exécutées à Mreijate et Bawarej, et au réaménagement de la route reliant Mdeirej à Masnaa.


La série des infrastructures qui se détériorent à cause du mauvais temps continue de plus belle. Depuis quelques jours, les automobilistes qui empruntent la route de Dahr el-Baïdar tirent la sonnette d’alarme. Cette route très fréquentée et qui constitue l’artère vitale reliant Beyrouth à la Békaa, est victime de fissures importantes qui menacent la sécurité des véhicules....

commentaires (0)

Commentaires (0)