Cérémonie des Oscars

Même sans prix, Nadine Labaki aura marqué l’histoire du cinéma libanais

Nadine Labaki et son époux Khaled Mouzannar entourés de l’équipe du film « Capharnaüm », lors de la cérémonie des oscars. Mark Ralston/AFP

Capharnaüm, de Nadine Labaki, devra se contenter d’une belle nomination aux oscars. Le prix du meilleur film en langue étrangère a en effet été attribué à Roma. Il n’en demeure pas moins que Nadine Labaki aura tout de même marqué l’histoire du cinéma libanais, voire de la région, puisqu’elle est la première réalisatrice du Moyen-Orient à avoir été nominée aux oscars. Capharnaüm était en compétition avec Roma d’Alfonso Cuarón (Mexique), Shoplifters de Hirokazu Kore-eda (Japon), Never Look Away de Florian Henckel von Donnersmarck (Allemagne) et Cold War de Paweł Pawlikowski (Pologne). Coécrit par Nadine Labaki, Jihad Hojeily et Michèle Keserwani, avec la collaboration de Georges Khabbaz et la participation de Khaled Mouzannar, Capharnaüm est l’histoire de Zaïn, un enfant de 12 ans qui attaque ses parents en justice pour lui avoir « donné la vie » dans un monde injuste. Le long-métrage qui a fait couler beaucoup d’encre, pour avoir touché des sujets sociaux sensibles et tabous, a été le lauréat en mai dernier du prix du jury au Festival de Cannes, et récompensé par le prix du public lors du Festival international du film de Melbourne, en Australie. Capharnaüm a réussi à glaner des nominations aux Golden Globes, aux Bafta, aux Critics Choice Awards et aux Césars, sans toutefois remporter de prix. Vendredi dernier, le César du meilleur film en langue étrangère avait été attribué à Shoplifters. Enfin, rappelons que l’année dernière, L’Insulte, long-métrage du réalisateur libanais Ziad Doueiri, avait été sélectionné lui aussi pour l’Oscar du meilleur film en langue étrangère, marquant une première pour le cinéma libanais. Il n’avait toutefois pas obtenu le prix non plus.


Capharnaüm, de Nadine Labaki, devra se contenter d’une belle nomination aux oscars. Le prix du meilleur film en langue étrangère a en effet été attribué à Roma. Il n’en demeure pas moins que Nadine Labaki aura tout de même marqué l’histoire du cinéma libanais, voire de la région, puisqu’elle est la première réalisatrice du Moyen-Orient à avoir été nominée aux oscars....

commentaires (1)

""Capharnaüm, de Nadine Labaki, devra se contenter d’une belle nomination aux oscars. Le prix du meilleur film en langue étrangère a en effet été attribué à Roma."" Alors que les prix sont distribués, Ours, César, et Oscars, le film ""Roma"" (en noir et blanc) que je viens de voir sur Netflix mérite tous les Oscars ! L’histoire de la gouvernante Clio, de condition modeste venue travailler au sein d’une famille, nous prend à la gorge. Parfaite maîtrise du récit, du montage, etc … ce film a beaucoup de qualités, avec une saisissante scène d’anthologie vers la fin, quand la gouvernante sauve les enfants de la noyade… Quant à Capharnaün, et le plaisir de le revoir et le revoir, je regardais un documentaire, comme on a l’habitude de voir à la télévision, en forçant le trait, moralisateur,en ""donnant la leçon"":(faire des enfants dans une société multiconfessionnelle). J'ai préféré et de loin ""Roma""…

C. F.

04 h 06, le 26 février 2019

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • ""Capharnaüm, de Nadine Labaki, devra se contenter d’une belle nomination aux oscars. Le prix du meilleur film en langue étrangère a en effet été attribué à Roma."" Alors que les prix sont distribués, Ours, César, et Oscars, le film ""Roma"" (en noir et blanc) que je viens de voir sur Netflix mérite tous les Oscars ! L’histoire de la gouvernante Clio, de condition modeste venue travailler au sein d’une famille, nous prend à la gorge. Parfaite maîtrise du récit, du montage, etc … ce film a beaucoup de qualités, avec une saisissante scène d’anthologie vers la fin, quand la gouvernante sauve les enfants de la noyade… Quant à Capharnaün, et le plaisir de le revoir et le revoir, je regardais un documentaire, comme on a l’habitude de voir à la télévision, en forçant le trait, moralisateur,en ""donnant la leçon"":(faire des enfants dans une société multiconfessionnelle). J'ai préféré et de loin ""Roma""…

    C. F.

    04 h 06, le 26 février 2019