Dernières Infos

L'UE dénonce le "climat de peur" crée en Turquie contre l'opposition

AFP
21/02/2019

L'Union européenne a dénoncé jeudi le "climat de peur" créé par le pouvoir en Turquie avec les peine de prison à vie requises contre le mécène Osman Kavala et des journalistes pour leur soutien aux manifestations du "mouvement de Gezi" en 2013.

"Les mises en examen annoncées contre 16 détenus, dont Osman Kavala, soulèvent des questions quant à l'adhésion de la justice turque aux normes internationales et européennes", a déclaré la porte-parole de la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini.

"L'utilisation des manifestations du parc Gezi en 2013 pour réclamer des peines d'emprisonnement à perpétuité manque de crédibilité, crée un climat de peur et décourage la tenue d'assemblées pacifiques", a-t-elle accusé.

Un procureur turc a requis mercredi la prison à perpétuité contre l'homme d'affaires et mécène Osman Kavala, figure majeure de la société civile, l'accusant de "tentative de renversement du gouvernement" pour son soutien à des manifestations anti-Erdogan.

Détenu depuis plus d'un an dans la prison de Silivri, près d'Istanbul, M. Kavala est accusé par le président Recep Tayyip Erdogan d'avoir financé des manifestations antigouvernementales en 2013, connues sous le nom de "mouvement de Gezi".

"Les délais systématiques, les détentions sans preuves suffisantes et les poursuites pénales à l'encontre des personnes exerçant leur droit fondamental à la liberté d'expression et de réunion jettent de sérieux doutes quant au respect du principe de la présomption d'innocence et du droit à un procès équitable dans le processus judiciaire en Turquie", a soutenu la porte-parole de Mme Mogherini.

"En outre, les condamnations prononcées le 18 février contre des journalistes du journal Cumhuriyet vont à l'encontre des principes de la liberté d'expression et de la liberté des médias, pierres angulaires de toute société démocratique", a-t-elle ajouté.

"La détention de journalistes, de parlementaires, de défenseurs des droits de l'homme et d'universitaires, souvent sans inculpation, pour avoir exercé un droit personnel et professionnel à la liberté d'expression, n'est pas conforme aux obligations de la Turquie", a-t-elle affirmé. La Turquie est signataire de la Convention européenne des droits de l'homme et membre du Conseil de l'Europe.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué