Nos Lecteurs ont la Parole

Places représentatives

Joe ACOURY
OLJ
21/02/2019

« Parler de crise de la démocratie et de la nécessité d’une refonte des institutions pour placer le citoyen en position de sujet politique, capable de peser sur la décision, est devenu un poncif pour les observateurs du fonctionnement de nos démocraties. Le climat de défiance actuel se traduit à la fois par le rejet des institutions classiques, par une abstention de plus en plus massive et, dans le même temps, par une multiplication des expérimentations, des “innovations” démocratiques qui tentent de renouveler l’imaginaire des citoyens afin de proposer de nouvelles méthodes pour gérer les affaires collectives. »

Réf. Le pouvoir citoyen change-t-il la démocratie ? Guillaume Gourgues et Clément Mabi, 2018.

Le Libanais bouge aujourd’hui dans une direction inespérément attendue. La perception de la citoyenneté s’inscrit davantage parmi des rituels culturels, des convictions religieuses ou autrement définies. De plus en plus d’individus participent de par leurs dispositions humaines à faire une différence interactive positive au quotidien. Le changement à la base est certes constamment revendiqué par le pouvoir actuel. Néanmoins, pour se construire, il a besoin de convaincre sans devoir être assujetti à des modèles ou à des contours. La plate-forme humaine peut secourir le pays du Cèdre et convertir l’absentéisme de nombreux Libanais en des potentiels d’actions propices pour secourir des gens en grande précarité au sein de nos composantes. C’est la subsistance de la validité individuelle qui est désormais en jeu aujourd’hui. Les gens ont enfin pris conscience qu’un élu compétent au poste fait ses preuves indépendamment du recours aux façades politiques diverses ou adverses, cloisonnées ou cloisonnantes. On constate ici que même à bout de souffle et les poches vides, des personnes se démarquent fièrement sans aucun intermédiaire par des avis et des initiatives citoyens déterminés.

Le sens de la liberté et celui de la dignité ont été longtemps bafoués au gré de désolantes désinvoltures, et ce par un abandon du privilège de la citoyenneté. Les cohérences, mentales et émotionnelles, prennent désormais un nouveau cours sans devoir dépendre ou suivre des tuteurs qui ont longtemps durant permis de salir un air vital, d’exploiter des besoins élémentaires, de contaminer des terres et de vider la poche et la santé du contribuable. Comment considérer une place comme représentative si elle continue de signifier des rapports de verticalité par de prétendus savoirs, par de faux dialogues, par de fausses promesses et par de gros mensonges ?

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour.

À la une

Retour à la page "Nos Lecteurs ont la Parole"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Le califat est mort, vive le califat

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pompeo et les nuances entre le fond et la forme

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué