X

Économie

Pourquoi il faut payer pour utiliser un portable acheté à l’étranger

Repère

L’obligation s’applique aux particuliers qui ont une carte SIM libanaise dans un portable acquis en dehors du territoire.

16/02/2019

Depuis quelques mois, les particuliers qui ont souscrit un abonnement auprès des opérateurs de téléphonie mobile Alfa et Touch et qui ont installé leur carte SIM sur un appareil acheté à l’étranger sont tenus de régler les droits de douane grevant leur appareil sous peine d’être déconnectés du réseau libanais.

Le débat sur cette obligation a refait surface cette semaine après que certains internautes libanais ont rapporté sur les réseaux sociaux avoir récemment reçu un SMS émanant du ministère des Télécoms leur demandant de payer les droits dus auprès de n’importe quelle agence de LibanPost. Mercredi, le site Blogbaladi a en outre relayé les témoignages de deux personnes qui affirment avoir dû s’acquitter de près de 28 et 150 dollars de droits sur deux modèles de smartphone se négociant respectivement à partir de 500 et 700 dollars sur le marché local.

L’Orient-Le Jour a consulté le ministère des Télécoms ainsi que les deux opérateurs mobile pour connaître les grandes lignes de cette décision qui vise, selon le ministère, à limiter les importations illégales et les contrefaçons de mobiles.


(Pour mémoire : Des centaines de téléphones portables en provenance de Dubaï saisis par les douanes libanaises)


Expatriés et étrangers ménagés

L’obligation de payer des droits de douane pour pouvoir connecter un smartphone acheté à l’étranger sur le réseau libanais a été mise en place par l’ancien ministre des Télécoms Jamal Jarrah. Datée du 1er décembre 2017, sa décision (534/1) n’est toutefois effectivement entrée en vigueur qu’en septembre dernier, suite à un retard des douanes pour fixer les tarifs appliqués pour chaque modèle de téléphone.

S’appliquant aussi bien aux détenteurs de smartphones que de mobiles classiques, l’obligation est assortie d’un délai de grâce de trois mois, renouvelable au bout d’un an. « Les expatriés et les étrangers qui souhaitent installer une carte SIM locale sur leur téléphone acheté à l’étranger mais qui ne séjournent que brièvement dans le pays sont ainsi épargnés », explique une source au sein de l’un des opérateurs. Les abonnés auprès d’opérateurs étrangers n’ont rien à payer tant qu’ils n’installent pas une SIM locale sur leur portable acheté à l’extérieur du Liban.



(Pour mémoire : Saisie par les douanes libanaises d'une vingtaine d'iPhones en provenance de Dubai)


Le montant à payer à l’administration des douanes varie en fonction du type et du modèle du téléphone. Pour le connaître, les utilisateurs concernés doivent communiquer à l’agence LibanPost de leur choix le numéro IMEI (International Mobile Equipment Identity) de leur téléphone, une combinaison de 15 chiffres qui retranscrit plusieurs informations sur l’appareil en question. Ce numéro peut notamment être obtenu en composant et appelant le code *#06# depuis le téléphone concerné. Ni le ministère des Télécoms, ni les services clients des opérateurs mobiles, ni LibanPost n’ont en revanche été en mesure de communiquer une grille tarifaire indicative. Les responsables du dossier au sein des douanes n’étaient pas disponibles.

Les mobiles qui n’ont pas été dédouanés dans les délais impartis seront enfin déconnectés du réseau jusqu’à ce que les montants dus soient réglés. « L’accès de l’appareil au réseau libanais sera rétabli dans les 24 heures suivant la régularisation de la situation », assure une source au ministère, qui précise que le montant n’est exigible qu’une seule fois par appareil.

Le durcissement des contrôles sur la circulation des téléphones portables au Liban a été amorcé en 2013 avec le décret n° 9474 initié par l’ancien ministre des Télécoms Nicolas Sehnaoui et qui a imposé l’enregistrement du numéro IMEI des appareils en service dans le pays au sein d’une base de données tenue par le ministère et les deux opérateurs. À défaut d’être enregistrés, les appareils ne pouvaient fonctionner sur le territoire, expliquait ainsi Le Commerce du Levant dans son édition d’octobre 2015. La mesure a ensuite été suspendue par le successeur de M. Sehnaoui, Boutros Harb, ce qui a provoqué au passage un effondrement des importations de téléphones portables par les importateurs agréés au profit de la contrebande. En septembre 2018, Jamal Jarrah a enfin annoncé de nouvelles mesures renforçant à nouveau le contrôle, dont notamment la mise en service d’un numéro (1014) sur lequel un abonné d’Alfa ou Touch peut envoyer par SMS le numéro IMEI de son appareil pour vérifier s’il est authentique.

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

LIBAN D'ABORD

ENCORE UNE TAXE APPLIQUEE AU LIBAN UNIQUEMENT SUR LE PEUPLE QUI NE SAIT PLUS COMMENT FAIRE

LES AGENTS DES MARQUES DE TELEPHONE SONT VRAIMENT TRES FORT POUR INSISTER AUPRES DE TOUS LES MINISTRES QUI CE SONT SUCCEDER POUR QU'ILS TAXENT LES GENS QUI N'ACHETENT PAS A UN PRIX PROHIBITIFS LEURS IMPORTATIONS

JE PENSAIS QU'IL N'Y AURAIT PLUS DE NOUVELLES TAXES DANS CE NOUVEAU GOUVERNEMEMNT

AH PARDON CECI N'EST PAS UNE NOUVELLE TAXE MAIS UNE ANCIENNE JAMAIS APPLIQUEE

A LA PROCHAINE!!!!!!

DC

Merci beaucoup pour la précision.

Rene Chebli

J'ai reçu le message sur mon telephone dès que je l'ai ouvert. Mais jusqu'aujourd'hui libanpost ne sait toujours pas combien je dois payer.
Pour info, j'ai un iPhone XR, acheté à londres.
J'ai appelé les bureaux de la douane et on m'a dit tout simplement de patienter.
Comme tout au Liban, Il faut patienter et espérer.

L'Orient-Le Jour

Bonjour,

Vous devez envoyer votre numéro IMEI par SMS au 1014 et non en appelant ce numéro-là.

Daniel Alam

J’avais un iPhone 7, acheté à Beirut d’un revendeur se prétendant accrédité. Après un an il est tombé en panne et personne ne savait le réparer.

J’ai contacté le site Apple, qui m’a informé que mon téléphone (basé sur le numéro de série) était défectif et qu’il doit être remplacé GRATUITEMENT par l’agence qui me l’a vendu (factory recall).

Évidemment, le revendeur nie tout et prétend qu’après un an, la guarantie est périmée et que je ne peux plus rien exiger de lui... Contactant Apple à nouveau, ils me suggèrent de visiter n’importe quel agence à Dubai et remplacer mon appareil, ce que j’ai fait. Trois mois plus tard, mon appareil ne marchait plus sauf si je payais les frais d’importation...

je suis pour protéger les revendeurs légaux, et combattre la contrebande, mais il faut alors forcer ces revendeurs de respecter les « recalls » des usines et les honorer.

J’ai été roulé deux fois: la première par le revendeur prétendant être accrédité; la seconde par mon gouvernement qui ne veut rien entendre que le son de ma monnaie....

Bien sûr je vais payer les droits d’entrée... c’est moins cher qu’un nouveau téléphone...

DC

Bonjour. Apparemment, quand on compose le numéro 1014 que vous avez indiqué (dans le but d’envoyer le code IMEI) , un enregistrement signale que ledit numéro n’est pas valable

C.K

Ils ne savent plus où racketer.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ABERRATION QUAND TU NOUS TIENS !

Nadine Naccache

Du jamais vu sur la planète terre. Brillante idée de racketter les libanais. Bravo!

Kamal Yazbek

Les taxes prévues sur les appareils téléphoniques doivent tenir compte de l’anciennete Du dit appareil et de sa valeur réelle au moment où il est taxé

c...

Les propriétaires de ces « smartmophes » achetés à l’étranger subissent un véritable préjudice.. au motif de payer des droits de douane .... déjà acquittés notamment pour un appareil acheté sur le site d’un fabriquant bien connu ... Je pensais profiter de la journée du black friday et maintenant je suis taxé pour un montant de 174000 LL. La question est de savoir s’il est légal d’avoir à payer 2 fois les droits de douane pour un même produit

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La lutte d’influence américano-russo-iranienne bat son plein

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué