Liban

Liban : un soupir de soulagement

Les échos de l’agora
04/02/2019

Il faut être de mauvaise foi pour ne pas pousser un soupir de soulagement à la vue du gouvernement dont le Liban vient de se doter avec, en prime, quatre femmes au sein de cette équipe. C’est déjà un grand pas, bien qu’on ait aimé voir un plus grand nombre de figures féminines. La femme libanaise a prouvé dans plus d’un domaine sa compétence et ses capacités à assumer de lourdes responsabilités dans la recherche du bien commun.

On notera que le Premier ministre Saad Hariri a eu la délicatesse de présenter ses excuses au peuple libanais pour les près de neuf mois d’inutile et pénible crise gouvernementale après qu’un scrutin législatif, selon une loi électorale scélérate, eut enfoncé encore plus le système libanais dans l’enfer du sectarisme confessionnel et de son corollaire, le clanisme tribal.

Mais, enfin, le Liban a un gouvernement et c’est tant mieux. On peut se féliciter de revoir certaines figures comme Mme Raya Haffar el-Hassan à l’Intérieur ou d’accueillir, avec joie, l’entrée de Mme May Chidiac, symbole vivant du martyre que le peuple libanais subit depuis des décennies pour sa liberté, son indépendance et sa souveraineté.

Mais un gouvernement est l’expression politique d’un certain équilibre dans le rapport des forces qui, actuellement, penche nettement en faveur du Hezbollah et reflète l’hégémonie milicienne armée de la République islamique d’Iran, qui célèbre son 40e anniversaire, pour le plus grand malheur des peuples du Levant arabe. Se réjouir de l’existence d’un gouvernement à Beyrouth ne signifie pas accepter le fait accompli de l’hégémonie étrangère.

Quoi qu’il en soit, on se doit de demeurer vigilant et de surveiller étroitement la nouvelle équipe ministérielle qui se trouve devant une mission quasi insurmontable, ne serait-ce que sur le plan économique et financier ; sans parler de la corruption endémique voire institutionnelle ; de l’état lamentable des services publics et des infrastructures. Et, last but not least, ne pas oublier l’épineuse question de la souveraineté et de la soumission à la seule règle du droit et non au consensus politique qui en fait fi. De plus, l’opinion publique doit demander des comptes aux responsables du blocage des institutions qui a empêché la naissance du gouvernement de Saad Hariri pendant 9 mois. Aucune amnésie ne doit être tolérée en la matière.

L’existence de cette équipe rassure apparemment le marché des obligations libanaises et fait reculer, à court terme, l’épouvantable spectre d’une restructuration possible de la dette publique dont 80 % consiste en emprunts auprès des banques privées du Liban. En d’autres termes, l’argent des épargnants privés a alimenté durant des années les caisses d’un État miné par la corruption. Cet État pourrait-il rembourser ses créances ? Pourrait-il épargner aux Libanais le sort peu enviable qu’ont connu les Grecs ? Saad Hariri a-t-il une marge de manœuvre suffisante pour faire ce que le grec Tsipras a fait ? Le scandale d’EDL et de bien d’autres organismes du secteur public seront-ils résolus ? Le pouvoir politique est-il en mesure de lutter contre la corruption généralisée ? Il est permis de ne pas répondre à cette dernière question.

Refaire l’État libanais après une entreprise de morcellement et de destruction systématique par les forces de facto, depuis 2005 ? Est-ce encore possible et comment ? Peut-on demander à cette équipe ministérielle et aux forces contradictoires qui la composent de mettre en chantier l’application stricte des accords de Taëf et le respect scrupuleux de la déclaration de Baabda ?

Peut-on exiger de cette équipe la restauration de la souveraineté nationale par l’application des résolutions 1559 et 1701 du Conseil de sécurité, ainsi que par le biais d’une politique de distanciation à l’égard des positionnements stratégiques régionaux ? En bref, peut-on attendre d’une telle équipe que la politique de défense et la politique étrangère soient strictement libanaises ? À l’heure actuelle, de tels souhaits sont de l’ordre du mirage sauf si, par miracle, l’équipe de Monsieur Hariri parvient à susciter un éveil national qui demanderait à la communauté internationale que le Liban bénéficie d’un régime de neutralité. Seule cette dernière permettrait de rassurer les communautés libanaises rivales, et leur faciliterait de surmonter la peur de l’autre et de renoncer à leur volonté de puissance qui prend en otage l’État pour le compte d’intérêts étrangers.


Dans la même rubrique

Liban : rien ne va plus

L’université et le corps politique

Crise ouverte de régime !

D’une réconciliation à l’autre

Vers une crise de régime et de système ?

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

TROLL & PSEUDONYMES

Je reviens sur cette publication, et comme internaute, je ne comprends pas pourquoi nos politiciens donnent des réponses politiques à toutes sortes de questions, culturelles, économiques etc… comme je ne comprends pas les raisons du retard pour la formation de ce gouvernement. C’est une histoire de nœuds, et d’interventions étrangères, et de partage de pizza gouvernementale, qui ne tient pas debout. Qui peut se vanter d’avoir accompli un léger mieux dans la marche des affaires ? Qui peut prétendre d’avoir amélioré les conditions de favoriser les investissements étrangers, et la création d’emploi, et dissiper le malaise quant à la menace de la dévaluation de la livre… C.F.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UN SOUPIR DE SOULAGEMENT... OUI ! MAIS PRIONS QU,IL NE SOIT PAS LE DERNIER CAR LES ALLEGEANCES NE SONT TOUJOURS PAS NATIONALES !
IL FAUT PENSER ET AGIR LIBANAIS POUR RAMENER LE PAQUEBOT LIBAN A BON PORT... OPERATION ARDUE ET TRES DIFFICLE ET QUI DEMANDE LA COOPERATION SERIEUSE DE TOUTE L,EQUIPE DU NOUVEAU GOUVERNEMENT.

TROLL & PSEUDONYMES

Excellent ! Et qu’il faut relire pour savoir, et de quoi on parle, et les obstacles ou les marches contre lesquelles peut trébucher… ce gouvernement. Bien sûr un soupir de soulagement !

Mais vous écrivez : ""De plus, l’opinion publique doit demander des comptes aux responsables du blocage des institutions qui a empêché la naissance du gouvernement de Saad Hariri pendant 9 mois. Aucune amnésie ne doit être tolérée en la matière.""

L’opinion ne ""DOIT"" rien demander et l’amnésie ne ""DOIT"" pas être tolérée, car depuis la fin du mandat du Michel Sleimane et l’élection de Michel Aoun, combien de 9 mois se sont passés ? L'entrave à la formation d'un gouvernement, ou à l'élection d'un nouveau président n'est plus dans les mémoires. Au Liban, c'est du passé ! Amnésie, opinion publique…
C.F.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants