Rechercher
Rechercher

Dernières Infos

Syrie : 11 morts dans des bombardements du régime contre la province d'Idleb

Au moins 11 personnes, dont neuf civils, ont été tués mardi dans des bombardements du régime syrien sur une ville de la province d'Idleb (nord-ouest) malgré l'accord russo-turc sur une "zone démilitarisée" dans la région, a indiqué une ONG.

La province d'Idleb échappe toujours dans son ensemble au pouvoir de Bachar el-Assad. En dépit de l'accord sur la création d'une "zone démilitarisée" qui doit séparer les territoires insurgés des zones gouvernementales attenantes, elle fait depuis des semaines l'objet de frappes sporadiques de la part du régime.

Les bombardements de mardi sur Maaret al-Noomane coïncident avec le passage de la ville sous le contrôle total des jihadistes de Hayat Tahrir al-Cham (HTS), qui ont récemment étendu leur emprise dans la province, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Onze personnes, dont neuf civils, y compris deux enfants, ont été tués par des tirs d'artillerie et des tirs de missiles" des forces gouvernementales, a précisé le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane. "Il s'agit des premiers bombardements du régime contre Maaret al-Noomane, la deuxième plus grande ville de la région, depuis l'accord russo-turc" du 17 septembre, a-t-il ajouté.

Cet accord a permis d'empêcher une offensive d'envergure de Damas et de son allié russe contre la dernière enclave échappant au contrôle du régime, qui englobe également des parties des provinces adjacentes de Hama et d'Alep.

Cette région, qui accueille des groupes rebelles et jihadistes, est passée en début d'année sous la tutelle de HTS, à l'issue d'une offensive meurtrière contre les rebelles. Cette offensive a été suivie par un accord faisant passer toute la région sous le contrôle administratif des jihadistes, le "Gouvernement du Salut".

La mise en œuvre lundi de cet accord à Maaret al-Noomane a provoqué des tensions entre HTS et des groupes rebelles, selon l'OSDH. Les rebelles ont fini par quitter la ville, a précisé M. Abdel Rahmane.

Déclenché en 2011 avec la répression de manifestations par le pouvoir d'Assad, le conflit en Syrie s'est complexifié au fil des ans avec l'implication de pays étrangers et de groupes jihadistes. Il a fait plus de 360.000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.


Au moins 11 personnes, dont neuf civils, ont été tués mardi dans des bombardements du régime syrien sur une ville de la province d'Idleb (nord-ouest) malgré l'accord russo-turc sur une "zone démilitarisée" dans la région, a indiqué une ONG.La province d'Idleb échappe toujours dans son ensemble au pouvoir de Bachar el-Assad. En dépit de l'accord sur la création d'une "zone...