X

À La Une

En France, une hausse des frais pour les étudiants étrangers qui ne passe pas

Education

Depuis quelques jours, huit universités sur un total de 72 ont fait savoir qu'elles utiliseraient toutes les possibilités réglementaires existantes pour permettre aux étudiants extra-communautaires concernés de bénéficier du maintien du régime tarifaire actuellement appliqué.

OLJ/AFP/Isabelle TOURNÉ
22/01/2019

La hausse des frais d'inscription pour les étudiants étrangers non-européens, prévue pour la rentrée prochaine en France, mobilise plus que jamais ses opposants et plusieurs universités ont fait savoir qu'elles ne l'appliqueraient pas, jugeant avoir été "prises de court" par cette annonce précipitée.

Le gouvernement français a annoncé en novembre qu'il allait augmenter les frais de scolarité dans les universités pour les jeunes venant de pays hors Union européenne, tout en affirmant vouloir attirer davantage d'étudiants internationaux grâce à une politique de visas améliorée et davantage de bourses.

À partir de la rentrée 2019, ces étudiants devront s'acquitter de 2.770 euros en licence et 3.770 euros en master et doctorat, contre 170 euros pour une année de formation en licence, 243 euros en master et 380 euros en doctorat pour les jeunes Européens.

Mais cette hausse ne passe pas: avant les vacances de Noël, elle a relancé la contestation étudiante dans plusieurs facs.

En décembre, la conférence des présidents d'université (CPU) a aussi demandé au gouvernement de suspendre la hausse prévue et de lancer une "concertation". Une requête entendue: la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a nommé 5 personnalités qualifiées pour animer cette consultation, qui doit s'achever fin février. Elle a toutefois réaffirmé que le principe et le calendrier de la hausse des frais ne seraient pas remis en cause.

En présentant mardi soir ses voeux à la communauté de l'enseignement supérieur et de la recherche, la ministre a indiqué que serait lancée la semaine prochaine une campagne de labellisation, qui rendra "visible" l'engagement français d'améliorer les conditions d'accueil des étudiants étrangers. Elle a aussi laissé entendre que le gouvernement pourrait aller "plus loin" dans sa politique de bourses et d'exonérations : "Je suis prête à y travailler avec vous".

"Avant de vouloir appliquer une telle mesure, il faudrait pouvoir évaluer son impact", estime Christine Gangloff-Ziegler, vice-présidente de la CPU. Selon elle, les universités ont en outre été "prises de court" par les annonces du gouvernement. Et l'échéance de la prochaine rentrée est "impossible à tenir". "Il faut avoir le temps d'analyser finement l'origine des étudiants, les besoins en terme d'emplois, les accords de coopération qui existent déjà avec des universités étrangères...".

Depuis quelques jours, huit universités (Rennes-2, Lyon-2, Toulouse Jean-Jaurès, Nanterre, Angers, Aix-Marseille, Clermont-Auvergne, Rouen-Normandie) - sur un total de 72 - ont fait savoir qu'elles utiliseraient toutes les possibilités réglementaires existantes pour permettre aux étudiants extra-communautaires concernés de bénéficier du maintien du régime tarifaire actuellement appliqué.


(Lire aussi : Hausse des frais d'études dans les universités en France : des Libanais réagissent)


"Bricolage"
Un décret paru en 2013 permet en effet à une université d'exonérer de frais ses étudiants dans la limite de 10% des effectifs de l'établissement. Un quota susceptible d'être réévalué dans le cadre de la concertation en cours, pour permettre aux facultés d'appliquer ou non la hausse des droits d'inscription.

"Le report d'un an de la mesure nous permettrait de ne pas avoir recours à ce bricolage", plaide Mathias Bernard, président de l'université Clermont-Auvergne, dans le centre de la France. Il raconte que les services des relations internationales de son établissement ont été "assaillis" en décembre de demandes d'étudiants étrangers qui s'inquiétaient de leur avenir en France. Comme d'autres, son université les a rassurés. "Nous ne sommes pas opposés à une réflexion de fond sur l'accueil des étudiants étrangers mais il faut revoir le calendrier pour que la mesure ne s'avère pas contre-productive", juge M. Bernard.

"Prenons un an pour réfléchir", renchérit Olivier David, président de l'université Rennes-2, en Bretagne (ouest). "Et regardons ce que font les facs en matière d'accueil des étudiants étrangers car de nombreux services d'accompagnement existent déjà".

La mesure suscite aussi l'opposition de la plupart des syndicats étudiants. "Oui, il faut améliorer l'accueil des étudiants étrangers, mais pas en augmentant leurs frais car cela risque d'empêcher des milliers de jeunes de venir en France", souligne Orlane François, présidente du syndicat Fage.

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pas de guerre israélienne contre le Liban, mais les options régionales restent ouvertes, selon Nasrallah

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.