X

À La Une

L'invitation du "rival" du cheikh akl druze au sommet de Beyrouth crée des remous

Liban

La présidence de la République a répondu aux propos de Naïm Hassan, reconnu par l'Etat et soutenu par Joumblatt, qui a fustigé l'invitation de Nasreddine el-Gharib.

OLJ
21/01/2019

Le cheikh akl druze Naïm Hassan, reconnu par l'Etat et soutenu par le chef du PSP, Walid Joumblatt, a violemment critiqué lundi l'invitation par la présidence de la République aux séances du sommet économique arabe du cheikh druze Nasreddine el-Gharib, que l'émir Talal Arslane et le chef du parti Tawhid, l'ancien ministre Wi'am Wahhab, reconnaissent comme le leader spirituel de la communauté.

Pendant de longues années, l'élection du Conseil religieux druze et la succession du leader spirituel de cette confession, avaient provoqué des tensions entre MM. Joumblatt et Arslane, le chef du PSP refusant de reconnaître l'autorité spirituelle de Bahjat Ghaïth, qui avait été élu temporairement en 1991 après le décès de son prédécesseur. En 2006, alors qu'un nouveau cheikh akl devait être élu, Talal Arslane avait nommé le représentant spirituel de son propre clan, cheikh Nasreddine el-Gharib, malgré l'élection officielle par le conseil de cheikh Naïm Hassan, reconnu par l'Etat.

Dans un communiqué publié dans la journée, Naïm Hassan a dénoncé une "faute protocolaire" constituant une "violation des valeurs nationales et de la Constitution", mettant en cause "les tentatives de certains de saper le Pacte national qui rassemble les communautés religieuses libanaises". "Ce qui s'est produit durant le sommet économique arabe de Beyrouth, où l'invitation aux séances du sommet ne s'est pas limitée au chef religieux de la communauté, constitue une violation flagrante des valeurs nationales, de la Constitution, des lois et des coutumes, ainsi qu'une ingérence suspecte dans les affaires relatives à la communauté druze", indique ce texte, faisant porter la responsabilité de la situation au président de la République. Le ministre sortant de l'Education, Marwan Hamadé, membre du PSP, a exprimé son soutien au cheikh Akl.

La présidence de la République a répondu au communiqué du cheikh Akl. "L'invitation de quelque personnalité que ce soit, religieuse ou non, à un événement officiel, ne peut en aucune sorte être considérée comme une violation par la présidence de la République des valeurs et des conceptions nationales et, par extension, de la Constitution et des lois", indique ce texte publié par le bureau de presse de Baabda, affirmant son attachement au "respect et à la préservation de la Constitution et de l'application des lois", ainsi qu'à "l'unité des communautés libanaises et au respect de leurs représentants".

Le Tawhid a rapidement répondu au communiqué de Naïm Hassan. "La violation des coutumes et des valeurs a commencé au sein de la communauté lorsque le cheikh Naïm Hassan et ses affidés ont fait croire à une unanimité après avoir trafiqué la loi organisant les affaires de la communauté unitaire pour leur permettre de contrôler les affaires de la communauté et d'organiser des élections faussées", indique ce texte. La formation de M. Wahhab invite le cheikh Hassan à "cesser la politique d'amplification du conflit, comme s'il sentait que sa position était menacée et que la situation évoluait en sa défaveur". "Le président de la République n'accepte pas une telle situation, et c'est ce qui l'a poussé à inviter le cheikh Gharib", conclut le communiqué.


Jeudi, l’assemblée générale du Conseil druze s'était exceptionnellement réunie dans la Maison druze à Verdun sous la présidence de Naïm Hassan, et en présence notamment de Walid Joumblatt, qui avait déclaré que le conseil druze était "la seule plate-forme d’importance qui soit légitime". L’objectif essentiel de la tenue de l’assemblée générale était de réaffirmer la légitimité de l’institution du cheikh Akl, incarnée par Naïm Hassan à la suite du vote à la Chambre de la loi régulant les affaires de la communauté druze du 12 juin 2006. Cette loi a établi l’unicité de l’institution du cheikh Akl, mettant fin, dans un cadre légal, à la dualité des cheikhs Akl, l’un issu du clan yazbacki, l’autre du clan joumblatti. Le premier conseil druze élu en vertu de la loi de 2006 a choisi de désigner cheikh Naïm Hassan comme cheikh Akl. La légitimité du conseil druze et du cheikh Akl est contestée par le député Talal Arslane pour qui la loi de 2006 est une loi faite à la mesure du PSP et l’unicité du cheikh Akl une manière d’instituer le monopole de Walid Joumblatt. Plutôt que de participer au scrutin du conseil druze face au PSP, M. Arslane a choisi de s’en démarquer en reconnaissant solennellement la légitimité du cheikh Nassereddine Gharib.

Depuis l’élection de Michel Aoun à la présidence de la République, non appuyée par le PSP, ce clivage est devenu sujet à une violente instrumentalisation politique face au leadership de Walid Joumblatt. D’un côté, Talal Arslane ayant constitué un bloc avec des députés du Courant patriotique libre élus dans le Chouf, et avec la bénédiction du chef du CPL, fait pression sur le PSP sur la question de sa représentation au sein des institutions – même si ces tensions ont dégénéré en violences à Choueifate en mai dernier.



Lire aussi

Arslane vs Joumblatt : des siècles de lutte d'influence pour le leadership druze


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

C'est trop triste toutes ces divisions ... C'est presque désespérant.
Un sursaut des consciences est necessaire chez tous les dirigeants.
Arrêtons de démolir notre propre pays, la branche sur laquelle on est assis.
Pourtant ce n'est pas si compliquer à le comprendre.

L’azuréen

Le Liban est à plat et ils font du crépissage de chignons avec leur protocole à 2 $. Et il y en a qui sont dans les nuages intergalactiques en martelant qu’ils ont gagné. Ça c’est pour le contenant du sommet arabe. Pour son contenu on en retient quoi ? Mais rien du tout ! Circulez il n’y a rien à voir . Il n’y a pas un leader qui rachète les autres. . Triste époque !

Antoine Sabbagha

Encore litige tribal dans un Liban super confessionnel .

TrucMuche

Quelle tristesse, les problèmes s'accumulent et
sont créés au lieu de se résoudre, génial !

Eleni Caridopoulou

Même les druzes se disputent je me demande quelle coumunite est paisible.

LIBAN D'ABORD


à la suite du vote à la Chambre de la loi régulant les affaires de la communauté druze du 12 juin 2006. Cette loi a établi l’unicité de l’institution du cheikh Akl, mettant fin, dans un cadre légal, à la dualité des cheikhs


Une fois de plus UNE LOI VOTEE PAR LE PARLEMENT EST REMISE EN QUESTION PAR CERTAINS

FAITES COMPRENDRE A QUI DE DROIT QU'UNE LOI EST UNE LOI MALGRE SES DEFAUTS POSSIBLES

ENFREINDRE LA LOI POUR FAIRE PLAISIR AUX ALLIES DU CPL DANS LES ELECTIONS EST UNE HONTE

UN REGIME FORT NE DEVRAIT PAS S'ABAISSER A CE POINT
mais on peut le comprendre comme a dit M Bassil au sujet de la representation des dirigeants au sommet economique

TOUT EST PERMIS MAIS ON PEUT LE COMPRENDRE

COMPRENDRA QUI VOUDRA

AIGLEPERçANT

Le Liban doit évoluer et les changements ne peuvent etre complets si une refondation totale n'est pas mise en place.

On ne fait jamais du neuf avec du vieux.

Irene Said

Et voilà un nouveau neud...druze celui-là...parmi tous les autres de la grosse pelote, pour envenimer un peu plus l'atmosphère de notre pays !
Il est vrai que les trois derniers jours étaient trop paisibles pour être vraiment libanais !
Irène Saïd

Bery tus

MAIS PQ BON DIEU ALLER CHERCHER LES PBS EN INVITANT UNE PERSONNALITE (AVEC TOUT LE RESPECT QUE JE LUI DOIS) QUI N'EST PAS RECONNU PAR L'ETAT EN TANT QUE CHEF SPIRITUELLE D'UNE COMMUNAUTE ?!?

gaby sioufi

QUI PARMI LES "RESPONSABLES" LIBANAIS LANCE LES "INVITATIONS" A PART LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE , OU SON/SES MANDATAIRES ????

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.