X

À La Une

Trois morts, près de 50 blessés dans une énorme explosion accidentelle à Paris

France

Neuf personnes sont grièvement blessées et trente-sept à un degré plus léger, selon les autorités.

OLJ/AFP
12/01/2019

Une énorme explosion a fait trois morts, deux pompiers et une touriste espagnole, et près de 50 blessés samedi en plein coeur de Paris, dans un immeuble où des pompiers intervenaient pour une fuite de gaz.

Neuf autres personnes sont grièvement blessées et trente-sept à un degré plus léger, selon les autorités. "L'onde de choc particulièrement violente s'est propagée dans les quatre rues adjacentes sur environ 100 m", selon le commandant des pompiers Eric Moulin.

Dans la rue dévastée, une boulangerie et un restaurant situés au rez-de-chaussée de chaque côté du N. 6 de la rue de Trévise ont été totalement détruits, des immeubles ont eu les fenêtres soufflées, des voitures ont été retournées, détruites, calcinées, témoignant de la force de l'explosion, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Peu après l'explosion, plusieurs touristes hébergés dans les nombreux hôtels du quartier ont été évacués. Certains riverains ou vacanciners sortaient en robe de chambre ou finissaient de s'habiller précipitamment dans le rue.

Un homme pieds nus, l'air hagard, les cheveux blanchis par la poussière, était pris en charge par les secours. Une femme âgée, encore en pyjama et robe de chambre, a dû aussi utiliser une échelle de pompiers pour évacuer un appartement situé au 2e étage de l'immeuble.



Explosion pendant l'intervention

Le Parquet de Paris a annoncé la mort de deux sapeurs pompiers de 27 et 28 ans qui étaient sur place au moment de l'explosion, appelés pour cette fuite de gaz. A Madrid, le ministère des Affaires étrangères a annoncé le décès d'une touriste espagnole, qui voyageait avec son mari. Un autre Espagnol est parmi les blessés.

"A 8h37, nos sapeurs-pompiers sont intervenus (...) pour une fuite de gaz. Au moment de leur intervention, une dramatique explosion a eu lieu", a expliqué le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, qui s'est rendu sur les lieux, tout comme le Premier ministre Edouard Philippe, la maire de Paris Anne Hidalgo et le procureur de Paris Rémy Heitz.

"Nous sommes (...) sur une origine accidentelle, mais à ce stade nous n'excluons aucune hypothèse", a déclaré ce dernier à la presse. De nombreux Parisiens chauffent leur immeuble ou cuisinent grâce à un réseau de gaz de ville, mais les accidents sont très rares.

Signe du caractère exceptionnel de cet accident, qui a mobilisé quelque 200 pompiers, des hélicoptères de secours se sont posés sur la place de l'Opéra toute proche pour évacuer les victimes de cette spectaculaire explosion, qui s'est produite dans un immeuble du quartier touristique des Grands Boulevards, à proximité du musée Grévin.

Paris était déjà très largement quadrillé par un important dispositif sécuritaire pour contrôler les manifestations de "gilets jaunes" prévues samedi.


"La salle de bain est un trou"

"On était tous en train de dormir et là on entend un bruit, on a cru que c'était un séisme", raconte une adolescente dans une rue attenante à celle de l'explosion. "On est descendus et on a vu un immeuble en feu", ajoute son frère.

"Je dormais et j'ai été réveillée par l'effet de souffle", raconte Claire Sallavuard, qui habite dans l'immeuble où est survenue l'explosion. "Pour sortir de la chambre j'ai dû marcher sur la porte, les enfants étaient paniqués, ils ne pouvaient pas sortir de leur chambre", poursuit cette femme.

"Les pompiers nous ont conseillé de sortir mais la gaine de l'ascenseur a été soufflée, plus de rambarde, plus rien, et il y avait trop de fumée. Donc on s'est réfugié chez nos voisins au premier étage et les pompiers nous ont fait descendre par une échelle. Chez ces voisins il y a deux pièces qui n'existent plus, la salle de bains est un trou", explique-t-elle.

Une enquête a été ouverte pour identifier notamment l'origine précise du sinistre.

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

AIGLEPERçANT

Paris est maudit
Qu'on se le dit

Depuis le jour
Où on a perdu l'amour.

Kulluna Irada

On s'en fout.M.R

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Liban invité à Astana : une reconnaissance de la priorité du dossier des réfugiés syriens

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants