X

À La Une

Concentration record des gaz à effet de serre en 2017, s'inquiète l'ONU

Environnement

"Les données scientifiques sont sans équivoque. Si l'on ne réduit pas rapidement les émissions de gaz à effet de serre, et notamment de CO2, les changements climatiques auront des conséquences irréversibles et toujours plus destructrices pour la vie sur Terre", déclare le secrétaire général de l'Organisation météorologique mondiale. 

OLJ/AFP
22/11/2018

Les gaz à effet de serre, à l'origine du réchauffement climatique, ont franchi de nouveaux pics de concentration dans l'atmosphère en 2017, s'est inquiété jeudi l'ONU, qui appelle à agir d'urgence pour inverser la tendance.
"Les données scientifiques sont sans équivoque. Si l'on ne réduit pas rapidement les émissions de gaz à effet de serre, et notamment de CO2, les changements climatiques auront des conséquences irréversibles et toujours plus destructrices pour la vie sur Terre", a déclaré Petteri Taalas, secrétaire général de l'agence onusienne Organisation météorologique mondiale (OMM). "La période propice à l'action est sur le point de s'achever", a-t-il averti, à quelques jours de la COP24 sur le climat qui doit se tenir en décembre à Katowice en Pologne.

La communauté internationale doit y finaliser l'accord de Paris pour atteindre l'objectif de limiter le réchauffement climatique à moins de 2°C, voire à 1,5°C par rapport au niveau de la Révolution industrielle. L'accord incite les pays à revoir à la hausse leurs engagements, qui à ce stade conduisent le monde bien au-delà de 3°C.

"La tendance est inquiétante. Il y a une différence entre l'ambition et la réalité", a reconnu le professeur Pavel Kabat, directeur du Département de la recherche à l'OMM, lors d'une conférence de presse.
"On ne peut avoir des gens en bonne santé, des gens qui ont accès à la nourriture, à l'eau potable et à un air sain sans s'attaquer aux changements climatiques", a averti la secrétaire générale adjointe de l'OMM, Elena Manaenkova, soulignant que "le réchauffement de la planète est sans équivoque".

Dans une lettre ouverte envoyée jeudi aux Etats avant la COP24, la Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, Michelle Bachelet, a, elle, exhorté la communauté internationale à "prendre des mesures efficaces, ambitieuses et urgentes" pour contrer le réchauffement climatique: "des nations entières, des écosystèmes, des peuples et des modes de vie pourraient tout simplement cesser d'exister".

Selon l'OMM, les concentrations dans l'atmosphère de dioxyde de carbone (CO2), méthane (CH4) et protoxyde d'azote (N2O), trois gaz à effet de serre, ont encore progressé l'an dernier, pour atteindre des "nouveaux records" à l'échelle du globe. Et "rien n'indique un renversement de cette tendance, qui est pourtant le facteur déterminant du changement climatique, de l'élévation du niveau de la mer, de l'acidification des océans et d'une augmentation du nombre et de l'intensité des phénomènes météorologiques extrêmes", pointe l'OMM.


(Lire aussi : Jounieh parmi les cinq villes les plus polluées du monde arabe)


Pas de "baguette magique"

Les gaz à effet de serre captent une partie du rayonnement solaire traversant l'atmosphère, qui de ce fait se réchauffe. Ce phénomène, appelé "forçage radiatif" par les experts, s'est accru de 41% depuis 1990. Et le CO2 est de très loin le principal responsable de ce réchauffement.

"Le CO2 persiste pendant des siècles dans l'atmosphère et encore plus longtemps dans l'océan. Or, nous n'avons pas de baguette magique pour faire disparaître l'ensemble de cet excédent de CO2 atmosphérique", a indiqué Mme Manaenkova.

Sa concentration dans l'atmosphère a atteint 405,5 parties par million (ppm) en 2017, une hausse de 2,2 ppm inférieure à celle enregistrée en 2016 (+3,2 ppm), période pendant laquelle avait été observé un puissant épisode El Niño, qui avait entraîné des épisodes de sécheresse dans les régions tropicales et avait réduit la capacité des forêts et de la végétation à absorber le CO2.
"La dernière fois que la Terre a connu une teneur en CO2 comparable, c'était il y a 3 à 5 millions d'années: la température était de 2 à 3°C plus élevée et le niveau de la mer était supérieur de 10 à 20 mètres par rapport au niveau actuel", a souligné M. Taalas.

Le méthane, qui figure au deuxième rang des plus importants gaz à effet de serre persistants, a atteint aussi un nouveau pic en 2017, représentant 257% du niveau qu'il avait à l'époque préindustrielle.

Les experts ont aussi observé l'an dernier une recrudescence "inattendue" d'un puissant gaz à effet de serre réduisant la teneur en ozone, le CFC-11 (trichlorofluorométhane), dont la production est régie par un accord international visant à protéger la couche d'ozone.

Les concentrations de gaz à effet de serre dans l'atmosphère dépendent des quantités émises mais aussi des interactions complexes qui se produisent entre l'atmosphère, la biosphère, la lithosphère, la cryosphère et les océans. L'océan absorbe environ le quart des émissions totales et la biosphère un autre quart.


Lire aussi
Face au risque d'emballement climatique, le nouveau coup de semonce du GIEC

Des sites culturels célèbres, dont Tyr, menacés par le changement climatique en Méditerranée

Le 50e prix Nobel d'économie à deux Américains précurseurs de la croissance verte

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUELQUE DECENNIES DE PLUS ET L,ATMOSPHERE SERA IRRESPIRABLE. L,HOMME TUE LA TERRE ET SE SUICIDE !

Sarkis Serge Tateossian

Et malgré tout et au nom de l'argent roi, au nom du capitalisme sauvage et irraisonné on continue à réduire considérablement la superficie des forêts dans le monde, et utiliser l'énergie fossile, le pétrole comme seul et unique moyen de nos besoins....

On ne jure que par le pétrole ce produit qui empoisonne notre vie et notre planète.

Malgré les caprices des pays producteurs et malgré les guerres et les incertitudes...

Alors que la situation est devenue critique et les solutions existent pur le remplacer graduellement.

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

L’ennemi n° 1 (des Libanais)

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants