X

La Dernière

Le franbanais

Un peu plus
17/11/2018

Dans le cadre du Salon du livre francophone, L’Orient-Le Jour organisait une table ronde, rectangulaire certes, autour du franbanais et des libanismes dont notre peuple est particulièrement friand. Ces petites confusions de sens, ces emprunts lexicaux à la langue de Baudelaire, l’apparition de nouveaux mots mixant français et libanais, ces nouvelles formulations syntaxiques et la traduction littérale d’expressions idiomatiques font partie de notre langage. Et de notre identité.

Toutes les langues empruntent et récupèrent des mots appartenant aux autres. Chaque peuple en joue, les modifie. Les Américains donnent des rendez-vous, les Français aiment la dolce vita, et les Libanais… Les Libanais mélangent avec un talent indéniable le français et le libanais. Si cela est pour nous tout à fait naturel, c’est assez surprenant pour nos amis et autres collègues venant de l’Hexagone. Le bonjour revu et corrigé en bonjourak et autre bonjourein sonne assez étrangement. Deux fois bonjour, ma chérie, parce que tu le vaux bien.

Dans ce lexique personnel et propre aux Libanais, on trouve de tout donc. Des traductions littérales de l’arabe, des expressions travesties et des fautes de français à faire hérisser tous les cheveux de notre crâne. Les je n’ai pas ta patience, il est descendu aux élections, un jour oui un jour non, je peux te demander une question, 3 heures et demi cinq, à quelle heure tu pars au cinéma, tu as quitté ? où tu veilles ? sont des phrases insupportables, et pas seulement pour les puristes de la langue française et autres amoureux de Rimbaud.

Mais franchement, comment ne pas sourire quand on sait que la demoiselle de votre fils en classe de CM2 est adorable avec lui, alors que la masœur, elle est odieuse ? Comment ne pas sourire quand votre copine vous a dit qu’elle est coincée cette semaine parce qu’elle a un voyageur. Après tout, chacun fait c’qui lui plaît. Et si ça nous plaît de boire un gin basil avec un chalumeau, d’acheter une grosse de cigarettes avec 10 boîtes à l’intérieur, eh bien, faisons-le. Parce que nous sommes comme ça. Parce que nous utilisons une pile pour éclairer notre chemin lorsque le moteur est en panne, alors qu’on met des batteries dans la télécommande. Et oui, nous disons à vous quand on nous dit merci. On répond même bienvenue. On appelle tante les femmes d’une autre génération, on descend à Beyrouth, on estive à la montagne, on mâche des mastiques, on porte des blouses fleuries, on fait ses mains chez la manicuriste. Chacun son truc. Chacun sa façon de maîtriser (ou pas) la langue française. Ce n’est pas bien grave au final. Parce qu’on a aussi le don d’alléger des mots lourds de sens. De les transformer en fe3el comme on sait si bien le faire avec nos propres formules et proverbes. Nous savons mieux que n’importe quelle langue exprimer n’importe quelle sensation et ses nuances. Comme nous avons nos 3ab2a, comme 7lina ou marmar temmna ; comme tla2man 3a léyé, ou l’odeur de la zankha sur un verre mal lavé nous insupporte, nous savons aussi déprimer ponctuellement devant un film angoissant. Daprassné ne veut pas dire qu’on fait une dépression. Et si hastaret quand j’ai perdu mes clés, ça ne fait pas de moi une hystérique. Tout ne s’arrête pas à un suffixe comme le « ak » de pannak, le « é » de cousinté. Il suffit d’un exemple pour comprendre la capacité que les Libanais ont de tout décliner : le point mort. Bawmré l’siyyara. Sérieusement, qui peut transformer le neutral d’une voiture en action à part nous ? Qui peut se targuer que son ordinateur bawcal, que sa fille tmakyajit comme un camion volé ?

Il faut donc nous pardonner si on confond les mots, si on appelle une boîte à gants l’tableau, si on a cogné nos tamponet, si on dit les abat-jours au lieu des volets, si on porte des espadrilles et qu’on végète sur la véranda après avoir rangé notre chiffonnière. Et ma3lé si les enfants montent de classe, s’ils sont nés en quatre-vingt et un et s’ils se parentent. Tant que ça reste usité dans le langage. Tant que ce n’est pas à l’écrit. Et puis, on le sait, ce n’est pas en employant ce genre de mots, de locutions, en utilisant l’argot ou en disant maître à un serveur que ça va empêcher nos enfants d’exceller au bac et d’intégrer de grandes écoles en France. 3icha.


À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'Orient-Le Jour

Bonjour,
M. Khayat ne possède qu'une copie d'époque dactylographiée. La version originale de la thèse se trouve à la Bibliothèque nationale, à la Sorbonne. M. Khayat envisage de la rafraîchir et de la publier.
Merci pour votre intérêt.

Hindi Jean

Jean Pas de quoi s’excuser Médéa de ces joyeuses métissages du Français, après tout la langue anglaise s’est constituée au moyen âge sur le métissage des élites françaises et latines avec la langue de la population. Plus surprenantes sont les innovations formelles et sémantiques au départ du Français, comme l’adjectif psychosé « névrosé », ou la locution pédale de benzine « pédale d’accélérateur » etc..Bien d’autres trouvailles seraient à mettre en évidence, mais les libanais francophiles associent souvent leurs libanismes à des erreurs de français d’où cette autocensure qui dissimule une part importante de la créativité lexicale de cette francophonie au carrefour de nombreuses langues et cultures. Malgré tout, le français (franbanisé) reste le lien privilégié entre les forces vives de la société et n’empêche, comme tu l’as bien conclu, nos jeunes d’exceller au bac et d’intégrer les grandes écoles en france ?Hindi

Claudia G. Daoud

Comment pouvons nous avoir accès au mémoire de maîtrise par le comédien Samy Khayat concernant ce sujet?

Ziad Gabriel Habib

Aussi "je vais faire un peu le trottoir" et on se voit après:)

Le Faucon Pèlerin

Cela n'est pas du "franbanais", c'est du français militaire colonial des années 1913-14 que le ministère français de la Guerre apprenait aux troupes dites "sénégalaises" afin de se faire comprendre et de faire comprendre sur le front européen. Spécimen célèbre : Y'a bon !

LIBRE DE PARLER

alors c'est mieux de dire

LE PETIT DEJ
ON VA AU RESTO
TU VOIS A LA TELE LES ACTU?

En fait aujourdh'ui on ne parle meme plus on s'envoie des messages meme quand on est assi a la meme table pour diner



Abichaker Toufic

Il faudrait un peu moins de complaisance et beaucoup plus de sérieux dans l’apprentissage du français. Les fautes de grammaire et de syntaxe devraient être corrigées et non pas érigées en “régionalisme”, encore moins devenir une source de fierté.
Le tout petit Liban francophone n’est ni le Québec ni la Suisse romande ni la Wallonie.

Abichaker Toufic

Il faudrait un peu moins de complaisance et beaucoup plus de sérieux dans l’apprentissage du français. Les fautes de grammaire et de syntaxe devraient être corrigées et non pas érigées en “régionalisme”, encore moins devenir une source de fierté.
Le tout petit Liban francophone n’est ni le Québec ni la Suisse romande ni la Wallonie.

Le pont

Le mélange des langues n'est pas apprécié en dehors du Liban. Je ne pense pas qu'il faille vanter cet état de fait navrant. In fini, on cherche la facilité, mais on n'ose pas le dire. Cette façon de s'exprimer ne nous rend pas service en cas de déplacement à l'étranger.

Tina Chamoun

Wou sannferlou 3al sanferiène...

Chucri Abboud

Une étude sur ce sujet avait été présentée pour la prmière fois en guise de mémoire de maîtrise de lettres françaises par le comédien Samy Khayath dans les années 60 . Il serait intéressant de la relire , voire de la publier afin d'ajouter des informations précieuses à ce sujet . Je signale en passant que la pureté du français classique n'existe plus du tout dans le langage parlé des jeunes en France , et parler à la façon académique à Paris ou à Lyon serait considéré par les jeunes comme archaique . Ne critiquons donc pas notre argot libanais plein de saveurs délicieuses qui plaisent même aux puristes , car nos mots sont tendres et succulents aux oreilles des métropolitains , j'en ai l'expérience . Aucune de nos expressions ne saurait être considérée comme "insupportable" , comme le mentionne la chère Médéa . Nous avons une autre musique , et si remplie d'émotions , c'est tout !

Marie-Jo Abou Jaoude

Ktir mahdoumeh ?

Yves Prevost

Le franbanais fait partie du charme que présente le Liban aux yeux (et aux oreilles) des français. Il fait sourire et ajoute une certaine fraîcheur à la conversation: gardez-le!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Taëf et le nouveau rapport de forces...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué