Dernières Infos

Retour des réfugiés syriens : la SG publie les horaires de dépôts de demandes

Liban
OLJ
16/11/2018

La Sûreté générale libanaise a publié vendredi les horaires d'ouverture de ses bureaux qui accueillent les réfugiés syriens souhaitant faire une demande pour rentrer chez eux, dans le cadre des opérations de "retour volontaire" qu'elle organise en coordination avec le régime syrien.

Les réfugiés peuvent se rendre du lundi au vendredi, entre 14h et 17h durant les horaires d'hiver, et entre 15h et 18h durant les horaires d'été, dans ces bureaux .

Hier, la SG a annoncé que 779 réfugiés syriens étaient rentrés chez eux, dans le cadre des opérations de "retour volontaire" sur base de listes nominatives qu'elle communique au régime syrien, malgré des interrogations sur leur sécurité.

La semaine dernière, un autre groupe de 265 réfugiés avait quitté le Liban.

Ces départs de poursuivent malgré des interrogations sur la sécurité des réfugiés qui rentrent chez eux. Le ministre d’État sortant pour les Affaires des réfugiés, Mouïn Merhebi, avait affirmé il y a quelques jours que de nombreux réfugiés sont soumis à des exactions lors de leur retour en Syrie, certains étant tués et d'autres emmenés de force accomplir leur service militaire, mais le président Michel Aoun a assuré ne pas être au courant de telles informations.

Le Liban accueille quelque 1,3 million de réfugiés syriens ayant fui le conflit qui ravage leur pays depuis 2011, selon le directeur général de la SG, le général Abbas Ibrahim. Selon le Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés (UNHCR), un peu plus de 970.000 y sont enregistrés.

Fin septembre, le général Ibrahim avait affirmé à l’agence Reuters que 50.000 Syriens avaient pu regagner leur pays depuis le début de l’année, estimant qu’à ce rythme, le nombre de rapatriements pourrait atteindre 200.000 d’ici à un an.



À la une

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué