X

Moyen Orient et Monde

Salmane en tournée dans le royaume, une opération-séduction qui tombe à pic

Arabie saoudite

Riyad suit scrupuleusement les conseils d’une boîte de communication engagée à la hâte le 9 octobre dernier.

14/11/2018

À Riyad, l’offensive de charme a commencé. Début novembre, le roi Salmane annonçait ainsi en grande pompe une tournée dans plusieurs régions déshéritées du pays. Au programme, visite de tentes bédouines, annonces dans la région de Ha’il d’investissement pour un montant total de 7 milliards de riyals – parmi lesquels la pose de la première pierre, par le prince héritier Mohammad ben Salmane, de la première centrale nucléaire de recherche saoudienne – ainsi que la libération de prisonniers répondant de crimes financiers dont les montants n’excèdent pas le million de riyals. Une annonce faite par le roi Salmane en personne, lors de sa visite dans la région de Ha’il, qui abrite la tristement célèbre prison éponyme : « C’est l’équivalent de la prison de Mazzé en Syrie », note à ce propos un expert qui a requis l’anonymat.

Ce changement radical dans la politique de communication sur le plan interne est l’œuvre de l’entreprise Southfive Strategies, que dirige l’américain Jason Epstein, ancien dirigeant de la B’nai B’rith International, un lobby qui œuvre pour la sécurité et la pérennité d’Israël.

Le contrat avec Southfive Strategies a été signé dans la plus grande discrétion et à la hâte, deux jours après l’annonce par la Turquie, en octobre dernier, de l’ouverture d’une enquête sur le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, au siège du consulat saoudien d’Istanbul. Au même moment, d’autres prestigieux groupes de lobbying coupaient les ponts avec la famille régnante. Le Glover Park Group, fondé par d’anciens de la Maison-Blanche américaine et du Parti démocrate américain, a barré d’un trait de plume un contrat qui lui rapportait 80 000 dollars américains par mois, de même que le Harbour Group, fondé par l’ancien conseiller en communication de Bill Clinton. Le BGR Group, dont le siège social se situe à quelques encablures de la Maison-Blanche, s’est quant à lui délesté d’un contrat qui lui assurait 150 000 dollars par mois.


(Lire aussi : Meurtre de Khashoggi : L'enregistrement est véritablement épouvantable, dit Erdogan)


Depuis le 9 octobre, la Southfive Strategies a pour lourde tâche de « restaurer » l’image du roi Salmane et, surtout, de manière implicite et par transitivité, celle de son dauphin Mohammad. Ce dernier a vu son image sérieusement écornée sur le double plan local et international après l’assassinat du journaliste saoudien exilé aux États-Unis depuis 2017. Selon une source proche de la cour saoudienne, le dauphin suit désormais à la lettre les conseils prodigués par la Southfive. Celle-ci semble avoir fixé pour objectif de renforcer le capital sympathie du roi en lançant une tournée dans les régions les moins nanties du pays, notamment Qassim et Ha’il, dans le centre de la péninsule, puis dans la région est, communément appelée en Arabie Sharqiya et qui abrite une forte minorité chiite traditionnellement opprimée et réprimée par le pouvoir central. Dans le même temps, la photo du roi revient en force sur toutes les unes nationales. La presse annonçait en effet hier l’arrivée du roi dans le nord du pays, accueilli en grande pompe par les locaux. Les photos officielles se concentrent ainsi de manière délibérée sur celui qui doit désormais être perçu comme le seul véritable chef du royaume : le roi Salmane.

Une opération de séduction qui se déroule alors que les preuves d’une éventuelle implication de Mohammad ben Salmane dans l’assassinat de Khashoggi continuent d’être savamment distillées par les médias internationaux. Mardi, c’est le New York Times qui a dévoilé, pour la première fois, la teneur des propos contenus dans la conversation téléphonique via Skype qui a eu lieu quelques instants après le meurtre du journaliste au consulat saoudien d’Istanbul. L’un des meurtriers aurait en effet dit à son interlocuteur à l’autre bout du fil « dis à ton chef » – allusion possible au prince héritier – que la « mission » a été menée à bien.

La tournée du roi, censée donner un coup de fouet, sur le plan local, à son capital sympathie, déteindra-t-elle à l’international pour renforcer par là même, la légitimité de son dauphin ? Cela reste à voir.


Lire aussi
Après l’affaire Khashoggi, la revanche des ultrarigoristes saoudiens ?

Meurtre de Khashoggi : colère de la Turquie accusée de "jeu politique" par la France


Pour mémoire
Meurtre Khashoggi : des "nettoyeurs" envoyés à Istanbul pour effacer les preuves

Affaire Khashoggi : Riyad promet à l'ONU une enquête "impartiale"

Le corps de Khashoggi aurait été « dissous »

La fiancée de Khashoggi exige vérité et justice


À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

Nous regrettons tous, amoureux de la démocratie et de la liberté, la mort tragique, violente et injuste du journaliste Khashoggi. Cela ne doit jamais se répéter, soit.

Toutefois ce tragique événement a fait tomber le masque ... d'un Erdogan effendi rusé, malin et manipulateur ...

Une fois pour toute le monde arabe (mais aussi perse, j'en suis convaincu) a bien compris à quoi voulait jouer le pouvoir turc dans la région.

Il est claire pour tous (même si pour le moment certains pays arabes vont continuer leur coopération avec la Turquie d'Erdogan, tout ne peut se faire en un jour) que Erdogan n'a pas de bons intentions envers les arabes et chaque geste de sa part se paye ....et très cher !

Son double jeu (parfois triple) et son double ne fonctionne plus !

Une ruse de la diplomatie "ottomane" qui profitait du monde depuis des siècles ainsi :

Pour l'Europe ils expliquaient qu'ils sont laïcs et "humanistes" (la grosse foutaise et quel mensonge)
Et pour le monde musulman ils se présentaient comme les champions des musulmans (puisqu'ils tuaient sans compter des chrétiens ...) une lecture erronée de la religion

Et bien tout ceci est révolu !
L'Europe a bien saisi la leçon et le monde musulman aussi

L'affaire khashoggi n'est qu'un tout petit exemple!


L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

L,AFFAIRE KHASHOGGI AUCUNE REPERCUSSION EN SAOUDITE ET MBS S,EN SORT A COUPS DE BARILS DE PETROLE ET DES ACHATS D,ARMES... SEUL, BABA ERDO LE MINI SULTAN S,EN FAIT DE LA BILE CHAUDE DANS SON CALECON...

ACE-AN-NAS

Ça par contre c'est nouveau !

Opération séduction nous dit on , conseillé par une boîte en comm. qui milite pour la sécurité de l'usurpie ... de mieux en mieux ...3al..3al ..

Gebran Eid

LE ROBINET EST OUVERT À FOND....ILS ACHÈTE TOUT LE MONDE....

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué