Liban

Bahreïn : la condamnation d'opposants chiites prépare le terrain à une visite de Netanyahu, d'après le Hezbollah

Un portrait d'Ali Salmane, leader de l'opposition au Bahreïn, brandi pendant une manifestation à Manama le 29 mai 2016. Photo d'archives. AFP / MOHAMMED AL-SHAIKH

Le Hezbollah a critiqué dimanche la peine de prison à perpétuité à laquelle ont été condamnés le chef de l'opposition chiite à Bahreïn, Cheikh Ali Salmane, et deux de ses collaborateurs, Hassan Sultan et Ali al-Aswad, estimant que le timing de cette condamnation "prépare le terrain pour une visite" du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, à Manama.  

"Le Hezbollah stigmatise la condamnation à la perpétuité du cheikh Ali Salmane, chef de l'opposition du Bahreïn, et des deux anciens députés Hassan Sultan et Ali al-Aswad", déclare le parti chiite dans un communiqué. "Ces condamnations sont une expression sans équivoque de l'identité dictatoriale des responsables bahreïnis qui veulent terroriser le peuple et contrecarrer toute possibilité de réforme ou de changement démocratique", poursuit le texte. 

Le parti chiite estime encore que "le timing de cette condamnation prépare le terrain pour la visite du Premier ministre ennemi, Benjamin Netanyahu, à Manama et envoie un message de répression à tous les citoyens, les empêchant d'exprimer leur opposition à l'ennemi sioniste et leur refus de la normalisation des relations" entre les pays du Golfe et Israël. 

Ali Salmane, Hassan Sultan et Ali al-Aswad ont été condamnés en appel à la prison à perpétuité pour "intelligence" avec le Qatar, pays du Golfe boycotté par Manama et d'autres alliés de l'Arabie saoudite.
Arrêté en 2014, Ali Salmane purge déjà une peine de quatre ans de prison dans une autre affaire. Il a été condamné en juillet 2015 pour "incitation à la haine confessionnelle", dans un pays à majorité chiite dirigé par une monarchie sunnite.

La semaine dernière a été marquée par de nombreuses visites de responsables israéliens dans différents pays du Golfe, dont une rencontre entre le Premier ministre israélien et le sultan Qabous d'Oman. Parmi les pays arabes, Israël n'a à ce jour de relations diplomatiques qu'avec l’Égypte et la Jordanie. Mais M. Netanyahu, qui considère l'Iran comme la principale menace pour la sécurité d'Israël, promeut l'idée qu'une nouvelle convergence entre son pays et les États du Golfe pourrait mener à une reconfiguration diplomatique régionale plus favorable à l’État hébreu.


Le Hezbollah a critiqué dimanche la peine de prison à perpétuité à laquelle ont été condamnés le chef de l'opposition chiite à Bahreïn, Cheikh Ali Salmane, et deux de ses collaborateurs, Hassan Sultan et Ali al-Aswad, estimant que le timing de cette condamnation "prépare le terrain pour une visite" du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, à Manama.  

"Le...