Rechercher
Rechercher

Liban - Tractations

Les FL acceptent d’entrer au gouvernement, défaisant par la même occasion le nœud chrétien

Samir Geagea accuse certaines parties d’avoir voulu réduire la part de sa formation au sein du prochain cabinet, à défaut de pouvoir l’en évincer.

Le président des FL s’exprimant à l’issue de la réunion. Photos Aldo Ayoub

Le chef des Forces libanaises Samir Geagea a annoncé hier que sa formation a décidé de participer au prochain gouvernement, défaisant ainsi le nœud chrétien qui entravait, entre autres obstacles, la formation du cabinet.

« Le groupe de la République forte a décidé d’entrer au gouvernement en vue de poursuivre les objectifs qu’il s’est fixés lors des élections législatives, objectifs pour lesquels nous avons été jetés en prison et sommes tombés en martyrs », a déclaré M. Geagea au terme d’une réunion de deux heures tenue à Meerab, à laquelle ont participé les députés et ministres sortants FL, et d’anciens députés et ministres du parti, tandis que s’en sont absentés les députés Antoine Habchi (Békaa) et Imad Wakim (Beyrouth), et le ministre d’État sortant à la Planification Michel Pharaon.

M. Geagea a en outre déploré la volonté de certaines composantes politiques d’ « écarter » son parti ou de « réduire son poids » en lui attribuant des portefeuilles de « faible importance » en comparaison avec les ministères accordés aux autres partis. « Le retard mis dans la formation du cabinet est dû en grande partie à la volonté de certains de réduire le poids et la représentation des FL au sein du cabinet, à défaut de les en évincer », a-t-il estimé, attribuant cette attitude à « leur désir de faire payer aux ministres FL les actions qui ont permis de mettre en échec des marchés au sein du gouvernement sortant, notamment le marché de l’électricité ».

Le leader des FL a, dans ce cadre, fait état de la dernière proposition qui lui a été présentée, à savoir trois postes ministériels, le Travail, les Affaires sociales et la Culture, ainsi que la vice-présidence du Conseil, évoquant « une grande injustice » à l’encontre de son parti.

Un élastique

Et de comparer le lot qui est revenu à sa formation avec les parts des autres composantes. « Le bloc du président du Parlement Nabih Berry, dont la composition (17 députés) est proche de celle des FL (15 députés), a obtenu les ministères des Finances et de l’Agriculture, et d’autres probablement », a-t-il indiqué, notant « la grande importance que le ministère des Finances représente à lu seul ». « Quant au bloc du Hezbollah formé de 13 députés, il a obtenu le ministère de la Santé et probablement deux autres ministères, tandis que le courant du Futur, formé de 20 députés, a décroché, outre la présidence du Conseil des ministres, les ministères de l’Intérieur, des Télécommunications, et un ou deux autres ministères », a poursuivi M. Geagea, observant en outre que « le bloc de la Rencontre démocratique (joumblattiste), formé de 9 députés, a obtenu les ministères de l’Éducation et de l’Industrie, et le parti des Marada a obtenu le ministère des Travaux publics pour les 3 députés qui forment son bloc ».

Et de conclure par un commentaire sur la part du Courant patriotique libre : « Ils ont entre les mains un élastique qu’ils utilisent pour leurs calculs, en l’occurrence la part du président de la République », a affirmé M. Geagea. « Le groupe du CPL dispose d’un nombre de députés équivalant au double des députés FL, mais il n’atteint pas 10 fois ce chiffre », a-t-il ironisé, notant que le bloc aouniste « a acquis les ministères de le Défense, des Affaires étrangères, de la Justice, de l’Énergie et de l’Eau, et deux ou trois autres portefeuilles ».

« De sottes gens »

Revenant sur la part réduite des FL, M. Geagea a estimé que « la question ne réside pas uniquement dans les portefeuilles ministériels, mais plutôt dans la productivité et l’efficacité ministérielle », assurant que « les quotes-parts n’ont jamais été, pour le parti, un objectif ». « D’aucuns ont crié victoire en proclamant que les Forces libanaises sont faibles du moment qu’elles n’ont rien pu obtenir », a relevé le chef des FL, alors que, a-t-il dit, « le poids de représentation est celui que fournit le représentant ». « Ainsi, de nombreux présidents de la République et chefs de gouvernement se sont succédé, mais ces postes de responsabilité n’ont pas toujours eu le même impact », a-t-il observé, citant dans ce cadre Napoléon Bonaparte qui estimait que « les institutions sont ce qu’en font les hommes et non le contraire ».

Et de reprendre une autre citation française : « Il n’y a pas de sot métier, il y a de sottes gens », pour indiquer qu’ « il n’y a pas de portefeuilles ministériels maigres, mais des gens mesquins ».

M. Geagea a clôturé sa conférence de presse en rapportant la réponse de Winston Churchill, ancien Premier ministre du Royaume-Uni, à qui l’on avait demandé pourquoi il s’asseyait au bout de la table. « Le centre de la table est là où je m’assois. »

Le chef des Forces libanaises Samir Geagea a annoncé hier que sa formation a décidé de participer au prochain gouvernement, défaisant ainsi le nœud chrétien qui entravait, entre autres obstacles, la formation du cabinet. « Le groupe de la République forte a décidé d’entrer au gouvernement en vue de poursuivre les objectifs qu’il s’est fixés lors des élections législatives,...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut