X

Liban

Des facteurs extérieurs imposent aux combattants de Miyé w Miyé un nouveau cessez-le-feu

Camps palestiniens
OLJ
17/10/2018

Un accord de cessez-le-feu a été conclu hier dans le camp palestinien de Miyé w Miyé, à l’est de Saïda, après de violents combats entre factions palestiniennes et un bilan de deux morts et d’une vingtaine de blessés. Le calme est revenu dans le camp après l’annonce d’un accord conclu entre différents groupes palestiniens et en coordination avec l’armée libanaise, et qui consiste également en un retrait des éléments armés déployés dans les ruelles, afin d’assurer le retour des habitants qui avaient fui les combats.

Les violents affrontements avaient opposé des partisans du groupuscule palestinien islamiste Ansar Allah à d’autres du mouvement Fateh. Un premier accord de cessez-le-feu avait été conclu lundi soir mais n’a pas duré longtemps. Les affrontements au cours desquels des mitrailleuses et des roquettes ont été utilisées, ont repris durant la nuit et se sont poursuivis jusqu’à l’aube. Les balles ont atteint la ville de Saïda, ce qui a poussé certaines écoles à fermer leurs portes hier matin.

Selon une source bien informée, les deux groupes Ansar Allah et Fateh avaient l’intention de mener jusqu’au bout leur bataille. « Mais trois facteurs extérieurs sont entrés en jeu et le cessez-le-feu a été imposé aux combattants des deux groupes », affirme la source à L’Orient-Le Jour. « Tout d’abord, le camp de Miyé w Miyé se situant à proximité du village chrétien qui lui a donné son nom, les responsables et présidents de municipalités de la région avoisinante ont appelé le président de la République Michel Aoun et le président de la Chambre Nabih Berry à œuvrer pour un cessez-le-feu définitif », a-t-on révélé de même source.

« Parallèlement aux affrontements de Miyé w Miyé, des groupuscules islamistes affiliés à Bilal Badr ont tenté de déclencher des affrontements dans le grand camp voisin de Aïn el-Héloué pour empêcher le Fateh de ce camp de soutenir ses combattants à Miyé w Miyé, et par conséquent aider Ansar Allah à gagner la bataille », a-t-elle ajouté. Les autorités palestiniennes et les responsables à Saïda ont imposé le cessez-le-feu pour empêcher que des affrontements aient lieu à Aïn el-Héloué également, toujours selon la même source. Le troisième facteur serait le mécontentement des responsables à Saïda des conséquences de ces affrontements sur la sécurité des habitants de la ville.

« Ces trois facteurs extérieurs ont imposé aux deux groupes le cessez-le-feu. D’ailleurs la poursuite des batailles ne saurait se faire sans un soutien extérieur aux combattants, que ce soit sur le plan financier ou encore politique », a conclu la source.

La députée de Saïda Bahia Hariri a de son côté espéré que le cessez-le-feu sera définitif et que le calme sera rétabli dans le camp et dans son entourage. « J’appelle toutes les parties en conflit au dialogue au lieu du combat armé et à accorder la priorité à l’intérêt libanais et palestinien dans l’objectif de protéger les habitants du camp et de la ville », a-t-elle déclaré à la presse.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le compromis présidentiel et les dommages collatéraux

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants