X

Liban

Aoun : Macron souhaite, bien sûr, un gouvernement au Liban

Sommet d’Erevan
OLJ
13/10/2018

Le président Michel Aoun a eu un entretien de vingt minutes avec son homologue français, à Erevan, en Arménie, en marge du dix-septième sommet de la francophonie, à l’issue duquel il a affirmé qu’il était « en accord total sur tous les sujets » avec le président Emmanuel Macron, qui « soutient le Liban ».

Pour leur part, des sources diplomatiques occidentales ont indiqué à L’OLJ que l’entretien avait principalement pour but de signifier au chef de l’État l’urgence de former un gouvernement, notamment pour mettre en œuvre les réformes prévues dans le cadre de la Conférence de Paris, dite CEDRE. Le ministre sortant des Affaires étrangères, Gebran Bassil, et le conseiller diplomatique de M. Macron, Philippe Étienne, se sont joints par la suite à la réunion entre les deux chefs d’État. « Nous coopérons tout le temps ensemble en tant qu’amis », a déclaré M. Aoun à la presse à l’issue de l’entretien. Interrogé au sujet de la formation du gouvernement, il a répondu : « La formation du gouvernement est une affaire libanaise, mais M. Macron souhaite bien sûr qu’il y ait un gouvernement au Liban, notamment après la tenue des élections législatives. » « Nos positions sont en accord avec celles du président Macron, qui soutient le Liban, a-t-il ajouté. Mais je ne suis pas venu en Arménie pour discuter de la question du gouvernement. » Sur l’éventualité d’une prochaine rencontre avec le Premier ministre désigné, Saad Hariri, à son retour à Beyrouth, M. Aoun a affirmé que « M. Hariri est le bienvenu quand il le souhaite ».

Lorsqu’un journaliste a demandé à M. Aoun si M. Macron lui avait dit que la conférence dite CEDRE était en danger, M. Aoun a répondu : « Lorsque M. Macron fera une déclaration à ce sujet, vous le saurez. » Lors de cette conférence, tenue en avril dernier à Paris, la communauté internationale a promis une enveloppe de quelque 11 milliards de dollars pour soutenir l’économie libanaise, moyennant des réformes urgentes que le nouveau gouvernement devrait mettre en œuvre.Selon l’Agence nationale d’information (ANI, officielle), les présidents Macron et Aoun ont aussi discuté des menaces israéliennes et étaient d’accord sur la « nécessité d’œuvrer pour préserver une situation stable au Liban-Sud ». La question des réfugiés syriens a également été abordée. M. Aoun s’est ensuite entretenu avec le président tunisien, Beji Caid Essebsi. Ce dernier a salué les positions de M. Aoun et « son rôle dans le soutien de la cause arabe ». Il a également invité le chef de l’État libanais en Tunisie.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les messages internes de Nasrallah et leurs différentes interprétations

Pause verte de Suzanne BAAKLINI

Déchets : de l’urgence de sortir de l’improvisation et d’instaurer un vrai débat

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants