X

Idées

Revisiter la guerre du Liban : une nécessité et un défi

Histoire et mémoire
13/10/2018

Chercheuses, mais aussi et avant tout citoyennes, nous avons été amenées depuis plusieurs années à nous pencher, au hasard de nos travaux universitaires ou engagements respectifs, sur les thématiques liées à la guerre du Liban et aux problématiques de « sortie de guerre ». Deux parcours et regards différents qui ont notamment abouti sur le constat commun que de nombreux faits marquants et massacres n’ont pas eu leurs historiens – contrairement à d’autres, abondamment traités –, et risquent ainsi de disparaître progressivement de la mémoire collective. Certes, écrire et parler de la guerre reste un exercice difficile et délicat, voire tabou et presque périlleux dans un pays qui n’a pas encore assimilé son passé et n’a pas intégré l’histoire de ses conflits dans ses manuels scolaires... Il nous a donc semblé essentiel de travailler sur les mémoires de la guerre, comme objet d’histoire, dans le but de nous interroger sur un « travail de mémoire » ou une « pédagogie de la mémoire », selon l’expression de l’historien Samir Kassir, et qui devraient somme toute accompagner toute sortie de guerre, qui plus est civile. Un « travail de mémoire » qui doit nécessairement transiter par un « travail d’histoire », or ce dernier est plutôt négligé au Liban, à plus forte raison lorsqu’il s’agit du conflit de 1975-1990. Sans diagnostic historien des mémoires de cette guerre, des violences et des peurs, et donc des événements traumatiques et des représentations croisées qui l’ont par ailleurs alimentée, comment prétendre réussir une sortie de guerre viable et durable ? Comment parler d’un postconflit à l’ombre des tensions fortes et tenaces qui ne cessent de s’exercer sur le tissu social libanais, menaçant par là même de le fragmenter à l’infini? Autant de questions légitimes, d’autant plus que la sortie tronquée de guerre n’a pas été le produit d’une volonté commune des Libanais. Elle fut imposée en même temps qu’une amnistie générale et qu’une amnésie collective, en lieu et place d’un travail sur la mémoire.


Éviter « l’amnistie-amnésie »

C’est dire à quel point ouvrir au grand jour le dossier de la guerre du Liban et l’aborder sous le double prisme civique et académique demeure un défi. Pour le relever, nous avons invité de jeunes chercheurs en histoire, sociologie et sciences politiques à se joindre à nous pour présenter leurs travaux dans le cadre d’un colloque intitulé « La guerre du Liban (1975-1990) revisitée : histoire, après-guerre et mémoires », organisé avec le Centre d’études pour le monde arabe moderne rattaché à l’Université Saint-Joseph, les 5 et 6 octobre 2018. Cet événement a ainsi permis de livrer une réflexion multidisciplinaire autour du conflit qui propose un nouvel état des lieux de la recherche académique à partir de travaux récents et de sources inédites écrites et orales. Ces travaux ont été articulés autour de trois axes de recherche. Le premier est revenu sur des événements et faits peu connus ou totalement méconnus de la guerre du Liban. C’est ainsi que des événements historiques ont laissé leurs traces profondes dans l’histoire des localités et des régions, sans pour autant être mentionnés ou intégrés dans une histoire de la guerre, ou être connus à l’échelle nationale. Des acteurs, des victimes ou des communautés peuvent ainsi avoir le sentiment d’être des « oubliés » de l’histoire, et de voir leurs souffrances balayées d’un revers de la main. Dans le cadre du deuxième axe, des chercheurs se sont penchés, en marge des actes de guerre, sur des études de cas inédits et originaux telles que l’adoption illégale d’enfants, les établissements de santé, le rôle et la place des diplomates français, des officiers et hauts fonctionnaires dans le Liban en guerre. Quant au troisième axe, y ont été abordés des thèmes liés à la sortie de guerre aux mémoires concurrentes, dûment instrumentalisées et exploitées par les politiques. C’est ainsi que les enjeux de mémoire posent la question essentielle de la refondation d’une société après un conflit armé civil honteux et douloureux. Grâce à une multitude d’acteurs et de témoins, d’artistes, de cinématographes et de chercheurs, le Liban évite le piège, tant craint par Paul Ricoeur, de l’« amnistie-amnésie ».

Un piège également évité grâce à la soif de savoir transgénérationnelle, manifestée par une grande partie des 500 personnes venues assister à la présentation de ces travaux et échanger avec notre équipe pendant les deux jours du colloque. Toutes les générations étaient représentées, les jeunes de 17-18 ans, tout comme des témoins et des contemporains de la guerre, mais aussi des acteurs politiques et d’anciens combattants. Il s’est constitué ainsi une dynamique groupale cathartique qui a permis à tous ceux et celles qui voulaient s’exprimer de le faire, en toute liberté, afin de déconstruire les tabous de la guerre et de parvenir petit à petit à en dépassionner le débat et nous en émanciper ensemble.

Repenser la narration

Naturellement, certains acteurs de la guerre présents dans l’audience ont aussi pu être confrontés à cette occasion à leurs propres passions, appréhensions et ressentiments. Des appréhensions si puissantes qu’elles peuvent parfois conduire certains à continuer de penser qu’il est préférable, pour des raisons de « concorde civile » de ne pas « politiser » ou « contaminer » les universités avec ce type de débats. Cependant, l’essentiel des réactions et échos positifs reçus nous a convaincus du bien-fondé de la poursuite de cette démarche. Une démarche qui a par ailleurs permis de souligner à quel point il existe de nombreuses archives familiales et privées qui attendent encore d’être exploitées par les chercheurs. Ce qui nous conduit dès lors à réfléchir sur les modalités de la narration historique de la guerre, et l’intérêt de la repenser non plus nécessairement dans le cadre d’un récit global et unique, mais à travers la juxtaposition de plusieurs histoires de la guerre dans les mêmes ouvrages collectifs, afin de restituer à cet événement comme à sa mémoire leur dimension complexe et plurielle.

En définitive, cette manifestation scientifique n’est qu’une première tentative appelée à se renouveler et s’exporter dans d’autres institutions académiques et dans d’autres régions du Liban. Ce, non seulement pour donner un nouveau souffle à la recherche et aux initiatives archivistiques autour de ce fait historique majeur, mais aussi, et surtout, pour encourager un débat public et citoyen autour de ce passé douloureux, afin notamment d’éviter que les mécanismes d’enclenchement de la violence ne se reproduisent à nouveau. Car au Liban, pour inverser la célèbre formule de Clausewitz, c’est la politique qui est devenue la poursuite de la guerre par d’autres moyens.

Dima de CLERCK, Chercheuse associée à l’IFPO et enseignante en histoire à l’USJ et l’ALBA.

Carmen ABOU JAOUDÉ, Chercheuse associée au Cemam et enseignante en sciences politiques à l’USJ et l’USEK.


Lire aussi

Le 13 octobre 1990, la Syrie délogeait Michel Aoun de Baabda...

À la une

Retour au dossier "Idées"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

c'est uen excellente initiative … bravo peut etre que le libanais comprendra qu'il ne pourra pas échapper a une reconciliation GLOBALE afin de pouvoir former un peuple avec une vision et objectifs communs pour enfin créer une NATION

Eleni Caridopoulou

1991 je suis retournée au Liban c'était l'apocalypse, je voyais les soldats Syriens qui faisait le beau et le mauvais temps , ils m'ont arrêtée aussi je fais semblant de ne pas parler l'arabe et je présentais mon passeport Français , pas bien vu , je pense pas qu'ils ont compris quelque chose car c'était écrit ma date de naissance heureusement que mon nom de famille est grec, n'importe quoi avec ces syriens criminels

Sarkis Serge Tateossian

18 communautés confessionnelle. 18 cultures plus ou moins nuancées.
La somme de nos diffetences et nos similitudes sont en balance ...
Cette balance est symbolisée par la république libanaise.

Quand nos différences deviennent plus lourdes alors la république se met en danger et notre agressivité monte à la surface. C'est la guerre.

On à tout intérêt de regarder. La guerre en face et en tirer les leçons...
Pour ne jamais recommencer les mêmes erreurs.
L'amour de la patrie se cultive dans la famille, et l'école.

Ramez Hayek

Tant que nous n'avons pas encore compris que le pays qui s'appelle actuellement Liban à été depuis sa création en 1920 constamment divisé et clivé entre deux factions, nous serons incapable de comprendre notre passé commun et surtout de construire l'avenir
Le Liban a deux épines dorsales identiques à sa géographie
Il y a ceux qui l'on voulu comme patrie définitifve indissoluble et inassimilable à d'autres entités régionales et pour ce faire ont sacralisé sa terre et son indépendance depuis le début des temps
Ceux là constituent sa première épine dorsale la plus élevée
Et il y a ceux qui n'y voient qu'une partie d'un plus grand projet et qui souhaitent le rattacher à tous les courants de la région : egytiens, syriens, palestiniens, saoudiens et iraniens
Ceux là forment sa petite chaîne de montagne et ne voient dans ce pays qu'une étape
Et C'est la cause de tous nos malheurs et nos guerres

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

EH BIEN NON ! AVEC LES HAINES DE TOUTES SORTENT ET LEURS BRAISES MQUI COUVENT ENCORE CE SERAIT UNE TRES MAUVAISE IDEE DE PARLER DE LA GUERRE ET DES BARBARIES QUI S,Y SONT PASSEES ET DE REMUER LES PLAIES NON CICATRISEES ENCORE. EDUQUER LES DIVERSES TRIBUS POUR ESSAYER D,EN FAIRE UNE NATION DEVRAIT ETRE LE BUT !

Patrickchoueifaty@yahoo.fr

Pour vraiment recadrer la guerre au Liban, il faudrait ne plus l''appeler"guerre civile" .Il est vrai que les factions en action etaient de confession differentes mais les protagonistes etaient ailleurs et les buts differents: Implantation des palestiniens, croissant fertile, hegemonie syrienne, main-mise Iranienne, Intervention Israelienne, Et on appelle ca une guerre civile!!Autant appeler les guerres mondiales guerres civiles!!!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Avec le début de la prospection, le Liban face à de nouvelles perspectives

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

À table

Quatre mouloukhyés à goûter

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.