X

Moyen Orient et Monde

Asia Bibi, chrétienne pakistanaise, peut-elle échapper à la peine de mort ?

Éclairage

Le procès de cette mère de cinq enfants accusée de blasphème met le pays en ébullition.


13/10/2018

Après des années de détention dans une cellule de Multan, au Pakistan, un procès en dernier appel à la Cour suprême d’Islamabad a eu lieu ce lundi 8 octobre pour Asia Bibi, une chrétienne condamnée à mort pour blasphème en 2010. Depuis sa première condamnation, le jugement a été plusieurs fois différé en raison des tensions politiques suscitées par ce qui est devenu une véritable affaire d’État au Pakistan. Si trois juges sur dix-sept ont demandé lundi un délai supplémentaire avant de communiquer leur décision, c’est « maintenant une question de quelques jours », selon la journaliste Anne-Isabelle Tollet, porte-parole officielle de Asia Bibi et de sa famille, contactée par L’Orient-Le Jour.

L’histoire d’Asia Bibi, mère de cinq enfants, est devenue le symbole de la chasse au blasphème au Pakistan, dans un pays où l’islam est religion d’État. Le 14 juin 2009, en plein été dans le Penjab, elle cueille des baies pour nourrir ses enfants, en compagnie de plusieurs autres femmes majoritairement de confession musulmane – l’islam représentant 96 % de la population au Pakistan selon L’Observatoire de la liberté religieuse. La dispute explose lorsque ses voisines l’accusent de souiller l’eau d’un puits où elle est allée s’abreuver. Dans les échanges tendus qui suivent, un mot d’Asia Bibi, concernant le prophète Mahomet, aurait attiré l’attention, et s’ensuivent des accusations de blasphème à son égard. Dans son livre La mort n’est pas une solution, la journaliste Anne-Isabelle Tollet, qui a fait une longue enquête sur le sujet, dénonce un règlement de comptes personnel. « Cette paysanne analphabète chrétienne n’aurait jamais osé insulter le Prophète dans un pays à 96 % musulman », soutient-elle. Le blasphème peut être puni de mort au Pakistan. Introduites en 1986 dans le code pénal pendant une dictature souhaitant radicaliser le pays, les lois dites « du blasphème » sont une arme instrumentalisée par les extrémistes. Elles instaurent un crime suprême pour lequel ni enquête ni avocat ne peuvent suffire à se défendre et elles terrorisent l’ensemble de la société pakistanaise. Environ 300 personnes sont accusées chaque année, y compris des musulmans. Si Mme Tollet considère que la question du blasphème « est une affaire d’injustice et n’a rien à voir avec la discrimination à l’égard des chrétiens, selon Nasir Saeed, responsable de l’ONG Class qui s’occupe des chrétiens persécutés au Pakistan, interrogé par L’OLJ. Ces lois sont exploitées pour punir et se venger surtout contre les non-musulmans. »


(Pour mémoire : Le procès pour blasphème de la chrétienne pakistanaise Asia Bibi renvoyé)


« Ils risquent leur peau »

Depuis des années, les islamistes promettent le chaos si Asia Bibi était acquittée. Mercredi 10 octobre, un parti politique islamiste, Tehreek-e-Labaik Pakistan (TLP), a menacé les juges de la Cour suprême et a déclaré que « les musulmans pakistanais prendront les mesures adéquates face aux juges (…) et les conduiront à une fin horrible » s’ils innocentent Asia Bibi. Des milliers d’extrémistes ont défilé hier à Lahore, la deuxième ville du Pakistan, à l’appel du parti islamiste sous la devise « Pendez Asia aujourd’hui », alors qu’un autre groupe religieux, la Mosquée rouge, a présenté à la cour une pétition pour qu’elle ne puisse pas quitter le pays en cas de libération.

Selon Claire Lacroix, porte-parole de l’ONG Portes ouvertes qui défend les chrétiens persécutés dans le monde, interrogée par L’OLJ, « de violentes attaques contre les chrétiens sont à craindre de la part des extrémistes islamiques ». De telles menaces expliquent probablement le retard dans la décision des juges qui, selon M. Saeed, veulent « éviter de créer du désordre dans le pays ». Mme Tollet explique « qu’un juge qui innocente quelqu’un accusé de blasphème est, aux yeux des islamistes, un juge qui commet aussi un blasphème ». Les juges, tout comme l’avocat d’Asia Bibi, le musulman Saif ul Mulook, « risquent leur peau », ce qui a été prouvé précédemment par l’assassinat en 2011 de deux hommes politiques, le gouverneur du Penjab Salman Tasser et un ministre chrétien des minorités, Shahbaz Bhatti, qui avaient pris le parti d’Asia Bibi et remis en question les lois antiblasphème.

Anne-Isabelle Tollet est « plutôt optimiste » quant à la libération prochaine d’Asia Bibi, qui bénéficie du soutien de la communauté internationale. La journaliste a en effet porté son cas devant l’ONU et le Parlement européen, et a créé une association en son nom, le « Comité international Asia Bibi ». Ainsi, si le Pakistan souhaite continuer à bénéficier des financements de l’UE, son premier partenaire économique, le pays doit « envoyer un message d’ouverture en libérant Asia », selon la journaliste. Toutefois, pour Claire Lacroix, « il faut avoir beaucoup de foi pour croire qu’elle finira par être libérée » car le gouvernement pakistanais ne veut pas « perdre la face ».


Pour mémoire 

Au Pakistan, le calvaire des filles d'une chrétienne condamnée pour blasphème

Pakistan: la chrétienne Asia Bibi placée à l'isolement après des menaces

Asia Bibi élevée au rang de citoyenne d'honneur de la Ville de Paris

Asia Bibi demande la grâce présidentielle, remercie la maire de Paris


Lire aussi

Cinquième année de hausse des « persécutions » antichrétiennes dans le monde

Dans le monde, un chrétien sur 12 est victime de persécutions

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L’azuréen

Barbarie

L’azuréen

Barbarie

Talaat Dominique

encore des sauvages avec une religion de paix et d'amour

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

METTEZ CE PAYS BARBARE AU BANC DES NATIONS ! MAIS OU SONT LES N.U. ET LES PUISSANCES DEMOCRATIQUES POUR CHATIER DES PAYS AU TEL COMPORTEMENTS ?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants