Liban

Peu de chances de percées entre les deux voyages présidentiels

Décryptage
29/09/2018

Avec le retour du président de la République au Liban, après avoir participé à la 73e session de l’Assemblée générale des Nations unies à New York, les négociations pour la formation du gouvernement devraient être relancées. Une visite du Premier ministre désigné à Baabda est même prévue au cours des prochains jours. Mais en dépit de ces indices positifs, nul ne croit véritablement à la possibilité d’une percée qui aboutirait à la formation du gouvernement au cours des prochains jours. De plus, le chef de l’État s’apprête à se rendre à Erevan en Arménie pour participer au XVIIe sommet de la francophonie, au cours de la première quinzaine d’octobre. Ce qui laisse un délai assez limité pour parvenir à un accord avant cette date.

Selon des sources qui suivent le dossier, le leader druze Walid Joumblatt aurait récemment envoyé des signaux positifs, en laissant entendre aux milieux du courant du Futur qu’il serait prêt à accepter deux ministres druzes et un chrétien, réglant ainsi le problème posé par sa précédente exigence d’obtenir les trois ministres druzes du gouvernement de trente en gestation. Toujours selon les mêmes sources, M. Joumblatt aurait reçu des indications claires de la part du duo chiite Amal et Hezbollah, sachant qu’il misait fortement sur l’appui du président de la Chambre, qu’il n’est pas question de mettre le sort du gouvernement entre ses mains, en lui donnant les trois ministres druzes d’un gouvernement de 30 membres, comme il avait, pendant la période précédente, le sort du Parlement entre ses mains, grâce à son bloc parlementaire qui pouvait, selon ses décisions, transférer la majorité parlementaire d’un camp à l’autre et faire ainsi adopter les lois de son choix.

Tout en respectant la trêve médiatique conclue entre son camp et celui du CPL, M. Joumblatt a donc fait savoir aux autorités concernées qu’il serait prêt à faire cette concession importante pour faciliter la formation du gouvernement. À une condition toutefois : que les autres parties en fassent de même. En d’autres termes, « le nœud druze » comme l’appelle communément la presse, ne doit pas être réglé seul. Mais en concomitance avec les deux autres.

Les sources précitées font ainsi le lien entre la souplesse de M. Joumblatt et la soudaine visite du chef des Forces libanaises, Samir Geagea, au domicile du Premier ministre désigné, jeudi. Selon ces sources, le chef des Forces libanaises aurait décidé à la hâte de rencontrer le Premier ministre désigné pour lui transmettre un durcissement des positions de son parti, qui avait auparavant fait savoir qu’il acceptait d’obtenir quatre ministres dans une équipe de 30 à condition d’avoir trois portefeuilles « de poids » et aucun ministère d’État. Or, au cours de la rencontre suivie d’un déjeuner qui a eu lieu jeudi au domicile de Saad Hariri, Samir Geagea a précisé, toujours selon les mêmes sources, qu’il réclame désormais 5 ministres au lieu de quatre, s’il y a, dans la part des Forces libanaises, un ministère d’État. Ce qui constitue un recul après avoir affiché des positions plus souples. Au cours de la même rencontre, le chef des FL aurait aussi suggéré au Premier ministre désigné de convoquer le gouvernement démissionnaire à des réunions. Même si la Constitution l’interdit, cette démarche pourrait être justifiée par « les décisions urgentes » qu’il faut prendre et qui touchent au quotidien des Libanais. Ce serait en quelque sorte une procédure justifiée par la situation actuelle et calquée sur le principe « de la législation de nécessité » adoptée par le président de la Chambre pour convoquer des réunions parlementaires en l’absence d’un gouvernement en pleines fonctions. De fait, ces réunions pourraient être contestées car en temps normal, si les députés veulent mettre en cause un ministre ils ne peuvent que réclamer sa démission. Or, dans ce cas précis, elle est déjà présentée et les députés n’ont donc aucune prise sur les ministres. Mais tous les grands blocs politiques se sont mis d’accord pour que ces réunions parlementaires aient lieu en raison de l’urgence d’adopter certaines lois, liées à la conférence dite CEDRE et d’autres destinées à calmer la grogne populaire.

La proposition soumise par Samir Geagea à Saad Hariri est en principe dictée par la même logique, mais selon les sources qui suivent de près le dossier gouvernemental, elle a aussi une portée cachée en imposant une sorte de statu quo gouvernemental et en permettant en quelque sorte de contourner la démission obligatoire du gouvernement après la tenue des élections législatives. Si elle devait être adoptée, cette suggestion constituerait un coup porté au président de la République qui réclame la formation d’un gouvernement qui reflète les résultats des élections législatives, et au duo chiite, Amal et le Hezbollah, qui adopte la même position. Sous prétexte de prendre des « décisions nécessaires et urgentes » sur certains dossiers qui ne peuvent plus attendre, il s’agirait, selon des sources proches du CPL, de créer un nouveau fait accompli qui passe outre les résultats des dernières législatives et retarde « le nouvel élan du mandat Aoun », attendu après la formation du gouvernement.

La proposition devrait en tout cas être discutée par les différentes parties politiques. Mais après l’optimisme suscité par la souplesse de Walid Joumblatt, les obstacles font leur réapparition et selon les sources qui suivent de près le dossier gouvernemental, sauf imprévu, il ne devrait pas y avoir de gouvernement au cours des deux prochaines semaines.


Lire aussi

Aoun à « L’OLJ » : Lier le retour des réfugiés à une solution politique, c’est du suicide

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UN ASTROLOGUE UN JOUR SE LAISSA CHOIR
AU FONDS D,UN PUITS. ON LUI DIT : PAUVRE BETE,
TANDIS QU,A PEINE A TES PIEDS TU PEUX VOIR,
PENSES-TU LIRE AU-DESSUS DE LA TETE ?

LAFONTAINE

MAKE LEBANON GREAT AGAIN

BRAVO
La francophonie est surement plus importante que de former un gouvernement aux yeux de plusieurs

Je ne comprend pas pourquoi tous les partis veulent des portefeuilles puisque de toute facon les lois sont votees par le parlement et chacun aura son mot a dire a ce momment et la vrai majorite parlera

La seule solution c'est d'oublier ce fameux "union nationale" dans un cabinet et de mettre des technocrates non partisans des partis pour etudier la situation et proposer au parlement des lois qui pourront alors passees ou etre rejetees

POURQUOI FAUT IL QUE L'EXECUTIF SE COMPOSE DE MEMBRES DU LEGISLATIF? LE PEUPLE A ELU DES PARLEMENTAIRES PAS DES MINISTRES

La formation de ce genre de ministere prendrait moins qu'une semaine pour etudier les competences des gens a choisir ET EVIDEMENT IL N Y AURA PLUS MEME BESOIN D'UN MINISTERE DE LA CORRUPTION ( PARDON CONTRE LA CORRUPTION ) a moins de vouloir revenir sur les dossiers recents et moins recents

Mais qui veut perdre le gateau meme si le Liban souffre?

Gebran Eid

MADAME HADDAD POSSÈDE UNE CHÊNE ILLIMITÉE DE SOURCES. DES SPÉCIALISTES ACHARNÉS EN POLITIQUE DE TOUT GENRE. ILS SONT PRÊTS EN PERMANENT JOUR ET NUITS POUR LUI INFORMER DE TOUT ET SUR TOUT CE QUI SE PASSE DANS LES RÉUNIONS À HUIS CLOS. C'EST FORMIDABLE NON ? SVP CHÈRE MADAME, DEMANDEZ À VOS RESSOURCES SI PROCHAINEMENT AOUN VA POUVOIR FORMER À SA FAÇON UN GOUVERNEMENT MAJORITAIRE AVEC SA FAMILLE ET LE HEZBOLLAH ? POUR QUE LES PEU DE PATRIOTES QUI RESTENT PUISSENT FOUTE LE CON DE CE PAYS, PRENNENT LA FUITE AVANT QUE ÇA SOIT TROP TARD POUR EUX.

Honneur et Patrie

Pour le XVIIè sommet de la Francophonie à Erevan deux Airbus A330 suffisent. Outre les parlementaires arméniens et leurs proches, viennent les quotas du chef de l'Etat, du chef du Gouvernement, du chef du Parlement, de Gébran Bassil, de Brahim Kanaan et des autres députés du CPL et leurs amis, cousins, cousines, voisins, voisines etc.
Total 227 personnes seulement.
Quant au gouvernement, le Liban peut attendre. Avec ou sans gouvernement le Trésor Public n'appartient qu'à ceux qui en disposent.

AIGLEPERçANT

Admirable analyse de Scarlett ! Votre plume arrive à démêler les pelotes de laine et nous rend plus intelligent encore . Merci et permettez une bise sur chaque joue pour ce week-end que je vous souhaite paisible .

Irene Said

Actuellement les "percées" chez nous sont:

la corruption qui augmente, bien visible partout

le manque de volonté de nos Nos 1,2 et 3 d'y changer quelque chose, car chacun d'eux tire le char du Liban dans la direction voulue par ceux qui les commandent et tirent les ficelles

Donc, rien de nouveau à prévoir comme prochaines percées...si !!!
encore un voyage super-important pour l'avenir du Liban: le sommet de la francophonie à Erevan en Arménie...
Au fait, combien de francophones prévus dans l'avion ?
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

BLOCAGE : GENDRISSIMO-BEAUPERIEN ! FAUT BIEN S,Y REFERER TRES CHERE MADAME SCARLETT HADDAD SI VOTRE PLUME SE LIBERE DE VOTRE PARTI PRIS...

Zovighian Michel

Afin de contourner le plan machiavélique de Saad Hariri, le President n'a qu'à signer le décret de la formation d'un gouvernement en acceptant diminuant sa part d'un ministère. Le President doit choisir entre 1) réussir son mandat et 2) un ministre de plus mais sans gouvernement.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants