X

Économie

Prêts subventionnés au logement : Bou Assi se réunit avec l’ABL

Immobilier
OLJ
29/09/2018

Le ministre sortant des Affaires sociales, Pierre Bou Assi, a rencontré hier le président de l’Association des banques du Liban (ABL), Joseph Torbey, pour étudier les pistes envisageables pour entretenir les mécanismes de subventions des prêts au logement sur le « long terme ».

Le ministre a rappelé que le déblocage par le Parlement cette semaine de 100 milliards de livres libanaises (66,3 millions de dollars) sur le budget 2018 pour subventionner une année d’intérêts sur des nouveaux prêts accordés via l’Établissement public de l’habitat (EPH) était une mesure d’urgence et qu’il fallait encore trouver un compromis financièrement viable pour financer une politique de logement social. Une équation qui est d’autant plus difficile à mettre en œuvre dans un contexte de « hausse des taux d’intérêt dans la région », a souligné M. Bou Assi.

Discussions dans les prochaines semaines

La BDL a suspendu entre octobre 2017 et mars 2018 les deux mécanismes à travers lesquelles elle permettait aux banques de financer les intérêts sur les prêts au logement, principalement en livres (le premier en leur permettant de mobiliser une partie de leurs réserves obligatoires, le second en leur prêtant des fonds à taux réduits). Une partie des sommes mobilisées à travers ces mécanismes servait à financer des prêts souscrits via l’EPH dont la mission est d’aménager le coût des crédits immobiliers souscrits auprès des banques par des ménages aux revenus modestes La BDL a répété que cette suspension survenue suite à l’explosion de la demande fin 2017 dans le sillage après l’adoption du relèvement de la grille des salaires de la fonction publique était temporaire et visait à juguler le flux de liquidités injecté dans l’économie et son impact sur l’inflation. Elle a en outre confirmé cette semaine qu’elle débloquerait en 2019 une nouvelle enveloppe de prêts subventionnés, dont une partie sera dédiée au secteur immobilier, devenu dépendant de ces aides au fil des années.

Les fonds débloqués mardi doivent en principe permettre à l’EPH de financer une partie des 500 à 600 dossiers déjà déposés mais dont le traitement a été suspendu. La répartition des fonds doit faire l’objet de discussions dans les prochaines semaines entre la commission des Finances et du Budget, le ministère des Finances, la Banque du Liban (BDL) et l’EPH. Avant la suspension des dispositifs de la BDL, l’EPH validait en moyenne 5 000 dossiers par an, pour des prêts en livres à près de 4 % plafonnés à moins de 180 000 dollars visant à acheter une résidence principale.

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le compromis présidentiel et les dommages collatéraux

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants