Liban

Chaos à l'AIB : Jreissati répond au secrétariat général de la présidence du Conseil

Le ministre libanais sortant de la Justice, Salim Jreissati. Photo Ani

Le ministre libanais sortant de la Justice, Salim Jreissati, a reproché dimanche au secrétariat général de la présidence du Conseil (secrétariat du Premier ministre) d'alimenter la polémique autour de la panne du système informatique qui avait paralysé vendredi l’aéroport international de Beyrouth pendant plusieurs heures.

"La présidence du gouvernement est tenue par la Constitution de rédiger les projets de décrets qui sont en veilleuse et devrait éviter de perdre du temps à se quereller avec des ministres", a déclaré M. Jreissati dans un communiqué publié dans la la journée, dénonçant un "précédent".

Samedi, M. Jreissati avait critiqué la promesse du Premier ministre Saad Hariri de débloquer les 88 millions de dollars nécessaires au développement des capacités d’accueil de l’aéroport, affirmant que financer l'AIB alors qu'il est accusé de manquements n'est pas acceptable. Réagissant aux propos du ministre sortant, le secrétariat général de la présidence du Conseil a publié un communiqué samedi soir dans lequel il affirme que les montants qui pourraient être dépensés actuellement pour investir dans l'AIB ne devraient pas dépasser les 18 millions de dollars.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, une panne qui avait touché le système informatique de l'AIB avait provoqué la pagaille, tous les vols ayant été retardés et des centaines de personnes se sont retrouvées coincées de longues heures dans les couloirs de l'aéroport. Les directeurs de l'AIB et de l'aviation civile avaient mis en cause le programme informatique utilisé par la société SITA, dont une nouvelle version n'avait pas démarré après le remplacement de l'ancien système.


Le ministre libanais sortant de la Justice, Salim Jreissati, a reproché dimanche au secrétariat général de la présidence du Conseil (secrétariat du Premier ministre) d'alimenter la polémique autour de la panne du système informatique qui avait paralysé vendredi l’aéroport international de Beyrouth pendant plusieurs heures.

"La présidence du gouvernement est tenue par la...