X

Campus

L’UPT, vingt ans au service de la culture et de la société

Bilan

Ouverte à tous, l’UPT innove cette année en collaborant avec l’association Include.

Carole AWIT | OLJ
25/08/2018

Loin de s’adresser à une élite, les cours proposés par l’Université Pour Tous, fondée il y a vingt ans par Mounir Chamoun, peuvent intéresser tous ceux qui ont envie d’apprendre, indépendamment de leur âge, de leur milieu social et de leur niveau d’études. Proposant chaque année des programmes adaptés au niveau et aux attentes du public, l’UPT attire dans ses différentes filières à Beyrouth, au Liban-Sud, à Jbeil et à Dubaï, un nombre croissant d’auditeurs, aux parcours différents, animés par le désir d’apprendre auprès d’enseignants renommés, professeurs de faculté, chercheurs ou spécialistes du terrain.

« L’UPT œuvre à la démocratisation de la culture, privilégie la pensée et l’épanouissement de l’homme et participe à la convivialité en donnant l’occasion à des personnes, venues d’horizons différents, de se retrouver ensemble pour des moments d’échange qui développent leurs qualités d’ouverture, de tolérance, de bienveillance, de respect, de relation à l’autre et au monde », explique Gérard Bejjani, directeur de l’UPT depuis 2009. Vingt années au service de la pensée, de la culture, de l’homme et de la société ont permis à l’UPT de se développer pour pouvoir proposer dans ses différentes filières une large panoplie de cours. Pour l’année 2018-2019, les auditeurs auront le choix entre plus de 60 cours parmi lesquels figurent le cinéma, la littérature, la philosophie, la psychologie, la mythologie, l’histoire, l’histoire de l’art, les sciences sociales (droit, économie, politique), les langues (anglais, espagnol, grec), les ateliers d’écriture, le théâtre, la politique, le life coaching, la santé, l’informatique, l’aromathérapie, la peinture, le dessin, la sculpture, la mosaïque, le vitrail, la photographie et la couture. « À travers cet apprentissage pluridisciplinaire, l’UPT se dévoue au service de l’homme et de la cité, pour donner à chacun l’occasion de s’épanouir à travers la pensée, l’apprentissage, le savoir ou la voie artistique, et d’établir une relation à autrui », précise M. Bejjani. En plus du français, certains cours peuvent être dispensés en arabe et en anglais. Une attestation de suivi est délivrée aux auditeurs en fin d’année.


(Lire aussi : L’UPT, l’Université de la seconde chance)


Formation inclusive

Ouverte à tous, l’UPT innove cette année en collaborant avec l’association Include. « Nous proposerons un programme de formation inclusive inédite au Liban pour les jeunes à besoins spécifiques qui n’ont pas eu la chance d’avoir leur place jusqu’ici à l’université. Par le biais de ce projet novateur et prometteur, l’UPT souhaite soutenir ces jeunes, quels que soient leurs difficultés ou leurs besoins, afin qu’ils aient droit à une formation professionnelle qui leur permette d’avoir une vie active et sociale, et, surtout, qui leur rende leur dignité », explique Gérard Bejjani. Ce programme de neuf mois a pour objectif d’orienter les jeunes, âgés de plus de 15 ans et ayant des besoins particuliers, à choisir une profession dans un cadre universitaire inclusif en identifiant leurs capacités et en développant leurs compétences et leur créativité. Ces cours, de 8 à 10 étudiants maximum, sont assurés par deux formateurs : un orthopédagogue et un assistant stagiaire.

Les inscriptions à l’UPT sont ouvertes du lundi 3 septembre au vendredi 26 octobre 2018. Les droits d’inscription se calculent en fonction du nombre d’heures par cours ou par atelier. Le catalogue des cours est à consulter sur le site

https://www.usj.edu.lb/upt



À la une

Retour à la page "Campus"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Guerre du Yémen : ce qu’en dit un houthi de passage au Liban...

Un peu plus de Médéa AZOURI

Visconti et les lahem baajine

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué