Rechercher
Rechercher

Liban

Arrêt sur image : Quand on laisse les flammes se propager...


L’incendie est resté allumé durant deux jours, avec des interventions tardives et insuffisantes de la Défense civile.

La saison des incendies est là, mais la négligence, elle, n’a pas changé… Non seulement les mesures prises sont toujours insuffisantes, mais les mises en garde et les appels des gens restent souvent sans écho.
Une habitante du village de Zaraoun, Metn, en a fait l’amère expérience. Des incendies dans la localité voisine de Qaaqour ont ravagé de grands espaces boisés, et de nombreux appels à la Défense civile n’ont donné lieu qu’à une intervention tardive, plusieurs heures plus tard, selon cette habitante qui a requis l’anonymat. Elle assure que la réponse qu’elle a obtenue de la municipalité fait état d’incendies déclenchés de manière volontaire, accidentelle ou pas, probablement de personnes voulant collecter des pignons de pins et désirant se débarrasser des herbes hautes. L’histoire n’est malheureusement que trop commune.
 « Pourquoi personne ne fait rien quand tout le monde est au courant de telles pratiques dangereuses et non contrôlées ? » s’insurge-t-elle, décrivant un véritable spectacle de désolation laissé par les flammes qui ont fait des ravages durant deux jours, ravivées régulièrement par les vents forts. « Il reste si peu d’espaces verts dans ce pays, et pourtant, il y a très peu d’intérêt à les conserver, comment cela est-il possible ? » se demande-t-elle, révoltée. Une question que se posent les Libanais depuis de nombreuses années, et qui reste indéfiniment sans réponse…


La saison des incendies est là, mais la négligence, elle, n’a pas changé… Non seulement les mesures prises sont toujours insuffisantes, mais les mises en garde et les appels des gens restent souvent sans écho.
Une habitante du village de Zaraoun, Metn, en a fait l’amère expérience. Des incendies dans la localité voisine de Qaaqour ont ravagé de grands espaces boisés, et de...

commentaires (1)

Plus les jours passent, plus on recule...

NAUFAL SORAYA

06 h 51, le 13 août 2018

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Plus les jours passent, plus on recule...

    NAUFAL SORAYA

    06 h 51, le 13 août 2018