Charbel Garibeh et Stéphanie Sayar

Charbel Garibeh et Stéphanie Sayar, designers, 31 ans

04/08/2018

C’est un duo de cœur lié par des émotions tissées depuis les bancs de la fac. Leur sensibilité commune personnelle et professionnelle a évolué jusqu’à devenir une signature, un Sayar & Garibeh fusionnel, synonyme pour eux de complémentarité, mais aussi de liberté. Unis dans la vie et pour la vie par « une même longueur d’onde », ils se connaissent et s’aiment depuis 12 ans, sont mariés depuis 4 ans et carrément inséparables depuis le premier jour. Jamais l’un sans l’autre, leur réflexion démarre au réveil, pour ne finir que tard la nuit dans un dialogue ininterrompu qu’ils trouvent à la fois amusant et nécessaire. Leur passion pour la création et pour l’objet les absorbe. Ils disent, en chœur, qu’ils y pensent tout le temps.
Avec un master en architecture d’intérieur de l’Université libanaise – ils se classent à tour de rôle major de promotion –, le couple démarre sa carrière chacun dans un bureau d’architecture, avant de se mettre ensemble, cette fois-ci professionnellement. Il déteste les horaires et les contraintes, elle a la nostalgie de ces ateliers de travail qu’ils fréquentaient en étudiants inspirés. En 2011, ils (re)créent un lieu et une ambiance en continuité avec cette période. Les artistes qui le fréquentent viennent s’essayer à la céramique, la peinture, l’art en général et en particulier. Le groupe se dissout peu à peu, chacun part dans son métier. Stéphanie Sayar et Charbel Garibeh restent et se l’approprient entièrement. Il devient un atelier de réflexion et d’expérimentation.

Ici plus qu’ailleurs
Car le design est arrivé à eux par hasard pour devenir une évidence. Des idées, ils en ont à la pelle, des sketches qu’ils gardent et ressortent au besoin. Ainsi, c’est en recevant des amis qu’ils éprouvent l’envie de créer des plats de kebbé bel saniyé, en marbre incisé du motif de la kebbé, puis leur propre service d’assiettes, également en marbre, modulables grâce à des cerceaux en cuivre. « Pourquoi trois assiettes quand une seule suffit et prend la taille désirée ? » pensent-ils. Six prototypes d’assiettes sont présentés à la Ventura Lambrate de la Design Week de Milan en 2014, et Charbel et Stéphanie ne connaissent rien encore au vocabulaire des designers, à la technique d’exécution. Ils découvrent qu’ils ont du talent et que leurs objets, à peine dévoilés, reçoivent tous les suffrages. Dubaï puis le Salon Maison & Objet suivront, l’année d’après. Le couple présente Flue, un bougeoir en marbre pour 3 bougies. Une première commande tombe pour le Four Seasons Hotel de New York. Ils passent à la vitesse supérieure, tout en ressentant, pour chaque travail, l’émotion, l’angoisse et le bonheur des premières fois. Starch Foundation les repère à son tour avant que House of Today ne les porte vers une reconnaissance internationale. Ils osent des pièces plus grandes. Leur Great Egret Chair, une chaise à bascule épurée, inspirée du flamand, les Gentlemen Tables et la Juggle Table illustrent bien l’aboutissement d’un travail de recherche et d’expérimentation.
Faire du beau, de l’utile, mais aussi utiliser des matériaux qu’ils apprivoisent, tels des sculpteurs : le marbre, la porcelaine, le laiton ou encore le verre soufflé.   Chérine Maghrabi Tayeb, fondatrice de House of Today, leur donnera les ailes dont ils ont besoin. C’est avec elle qu’ils iront à la rencontre d’artisans producteurs en Italie et qu’ils exposeront à Design Miami. Ils y introduiront une nouvelle matière, la mousse, qui fait partie de leurs essais et de cette envie de se rapprocher d’un travail plus tactile, plus artistique, à la limite de la sculpture, en collaboration et en harmonie avec des artisans locaux. L’objectif de Sayar & Garibeh se précise : montrer que nos designers locaux sont à la hauteur des professionnels dans le monde et que la production, ici, est souvent plus facile qu’ailleurs, surtout au niveau des prototypes.
De plus en plus impliqués dans l’univers du design, leurs meubles sont toujours produits en édition limitée, Stéphanie et Charbel poursuivent, en duo évidemment, leurs interventions dans des projets d’architecture d’intérieur.

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.