X

Moyen Orient et Monde

Le président US entame une visite au Royaume-Uni dans un climat polémique

OLJ
13/07/2018

Donald Trump est arrivé hier au Royaume-Uni où l’attendent de nombreuses manifestations et a déjà mis les pieds dans le plat en critiquant Theresa May au sujet du Brexit. Interrogé à Bruxelles à l’issue d’un sommet de l’OTAN, le président américain a dit douter que les propositions de la Première ministre britannique sur la future relation commerciale avec l’UE, exposées hier, correspondent au vote des Britanniques en faveur d’un départ de l’UE. « Je ne sais pas si c’est ce pour quoi ils (les Britanniques) ont voté. Les gens ont voté pour rompre » les liens avec l’UE, a commenté le président américain. Les propositions du gouvernement « répondent au vote des Britanniques », a répliqué Theresa May un peu plus tard.
La visite du président américain va porter en particulier sur les liens commerciaux avec Londres, qui souhaite ardemment signer un accord de libre-échange avec Washington après le Brexit prévu fin mars 2019. Outre le commerce, les échanges porteront sur le Brexit, la Russie et le Proche-Orient.
Donald Trump a assisté hier après-midi à une cérémonie militaire, avant de participer avec son épouse Melania à un dîner en présence de représentants du monde économique au palais de Blenheim, imposante résidence de campagne près d’Oxford. Le couple devait passer la première nuit à Winfield House, résidence de l’ambassadeur américain située dans Regent’s Park, à Londres, où M. Trump s’attardera peu pendant sa visite.
Plusieurs manifestations sont prévues contre sa venue, notamment à Londres. D’autres rassemblements sont organisés à travers le Royaume-Uni, le plus massif étant attendu cet après-midi à Trafalgar Square, où des dizaines de milliers de personnes devraient dénoncer la politique migratoire de Trump, son « sexisme » et son « déni » du changement climatique. Un ballon géant représentant Trump en couche-culotte flottera aussi dans le ciel près du Parlement. Interrogé sur ces manifestations avant son départ à Londres, Donald Trump a rétorqué que les Britanniques « (l)’aiment beaucoup » et « sont d’accord avec (lui) sur l’immigration ». « Je crois que c’est pour cela que le Brexit s’est produit », a-t-il ajouté. Selon un sondage YouGov publié hier, 77 % des Britanniques ont une opinion défavorable du dirigeant.

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

L’ennemi n° 1 (des Libanais)

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants