Rechercher
Rechercher

Liban

Mines et sous-munitions : Les deux tiers du Liban-Sud nettoyés

Des soldats libanais participant à un exercice de déminage, en 2011. Mahmoud Zayyat/AFP

Douze ans après la guerre de l’été 2006 entre le Hezbollah et Israël, le Liban-Sud demeure miné. L’armée de l’État hébreu avait à l’époque bombardé le Liban avec des bombes à sous-munitions. À la fin des hostilités, quelque six millions de petites bombes (des sous-munitions) n’avaient pas explosé. Aujourd’hui, et après l’intervention de plusieurs équipes de déminage sous la houlette des Nations unies au début et de la direction du bureau de l’armée libanaise pour la lutte contre les mines antipersonnelles plus tard, environ deux millions de bombes à sous-munitions sont toujours présentes dans cette région. Il faut ajouter à cela les nombreuses mines israéliennes datant d’avant 2000, année du retrait des troupes de l’État hébreu de la bande frontalière. Malgré le déminage des champs agricoles, la frontière est toujours minée et elle le restera jusqu’à une éventuelle paix dans la région. Jusqu’à présent 57 personnes ont péri à cause des mines antipersonnelles au Liban-Sud.
Le bureau de l’armée libanaise pour la lutte contre les mines antipersonnelles œuvre actuellement pour le déminage de nombreux villages au Liban-Sud. Le travail dans deux localités a été possible grâce à un don du Japon.
Jusqu’à présent, 67 % du territoire du Liban-Sud a été nettoyé des mines et des bombes à sous-munitions. Les dons de la communauté internationale étaient plus nombreux auparavant. Avec ses 38 millions d’euros octroyés au cours des années écoulées, l’Union européenne demeure le plus important donateur.

Douze ans après la guerre de l’été 2006 entre le Hezbollah et Israël, le Liban-Sud demeure miné. L’armée de l’État hébreu avait à l’époque bombardé le Liban avec des bombes à sous-munitions. À la fin des hostilités, quelque six millions de petites bombes (des sous-munitions) n’avaient pas explosé. Aujourd’hui, et après l’intervention de plusieurs équipes de...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut