X

Campus

À l’USF, « la recherche interdisciplinaire au service de la société »

CONFÉRENCES

L’Université Sainte-Famille de Batroun a organisé sur son campus, le 9 juin, une journée riche en interventions dédiée à la recherche.

Carole AWIT | OLJ
15/06/2018

En organisant une journée dédiée à la recherche, l’Université Sainte-Famille a souhaité mettre à l’honneur le travail de ses enseignants-chercheurs et étudiants tout en permettant à l’auditoire de faire une incursion privilégiée dans l’univers de la recherche à l’USF.

« La recherche est l’un des aspects les plus importants qui couronnent l’apprentissage académique. Elle est facteur d’innovation et de créativité, toutes deux étant au service du progrès de l’individu et de l’humanité. La parole est aujourd’hui aux jeunes et le maître mot est l’action, une volonté toute simple qui, finalement, a toujours fait avancer le savoir universitaire, le progrès scientifique, la solidarité humaine et le développement social », a déclaré, en début de journée, le professeur Najib Zakka, vice-recteur aux affaires académiques, à la recherche et au développement à l’USF. Illustrant l’interdisciplinarité de la recherche menée au sein des trois facultés, Nour Mammari, Antoine Zakka et sœur Noura el-Khoury Hanna, coordinateurs respectifs des facultés de santé, gestion et pédagogie, ont abordé les thématiques et modalités de recherche à l’USF, avant de laisser la parole aux jeunes qui ont pu présenter fièrement leurs travaux de recherche pour l’année académique 2017-2018.


(Lire aussi : Des étudiants de l’USF à la découverte du système éducatif français)


« Moment de partage et de réflexion »
Six étudiantes de licence et de master ont exposé des travaux de fin d’études variés, souvent menés en groupe, tout en testant leur capacité de vulgarisation devant le public qui a pris connaissance du savoir-faire et du dynamisme qui animent ces jeunes.

Élige Élias, en licence d’orthopédagogie, a mis en lumière l’impact de l’utilisation de plusieurs stratégies d’enseignement des mathématiques chez les élèves ayant une déficience intellectuelle légère. Rosette el-Alam, en master professionnel de management, a évoqué l’influence de l’intelligence émotionnelle sur la satisfaction au travail, en présentant dans son mémoire une étude de cas de cinq entreprises de construction à Batroun. Anastasia Gerges, en licence de physiothérapie, a démontré l’importance de l’application d’un programme de physiothérapie dans le traitement de la dysménorrhée primaire chez la femme.

Trois projets de licence en laboratoire médical ont également été exposés. Amata Mouhawess a d’abord présenté une étude du polymorphisme du gène MMP-9 chez les patients atteints de schizophrénie et présentant une infection toxoplasmique. Martine Richa a ensuite comparé l’activité antibactérienne des savons à base d’huiles essentielles fabriqués par Khan el-Saboun à celle des savons vendus sur le marché libanais. Patricia Assaf s’est enfin attardée sur l’association entre le psoriasis vulgaire et le polymorphisme du gène codant pour le facteur de nécrose tumorale alpha chez la population libanaise.À l’issue des présentations, l’Association libanaise pour l’avancement scientifique (LAAS) et l’association Rotary International ont offert des chèques et des médailles aux étudiantes impliquées dans ces travaux de recherche pour les récompenser des efforts fournis tout au long de l’année.

Le public a pu également se renseigner sur l’évolution de la recherche dans le monde arabe grâce à une intervention du Dr Adnan Halabi, et assister enfin à une table ronde intitulée « Recherche et perspectives d’avenir » animée par François Mabille, secrétaire général de la Fédération internationale des universités catholiques, Marwan Rached, directeur de la société IDOL et représentant de la société allemande Zeiss, et Marwan Zoghbi.

« Cette journée a été un moment particulier de partage et de réflexion collective autour des sujets qui ont mis en lumière la stratégie adoptée par notre université qui œuvre, avec ses partenaires, pour le développement durable de la société et de l’environnement et pour promouvoir la qualité de la recherche et de l’enseignement supérieur », a noté sœur Hilda Chelala, rectrice de l’USF. Cette dernière a tenu à remercier la Fédération internationale des universités catholiques (FIUC), la LAAS, la délégation du projet E-Taleb, Erasmus+ et les sociétés IDOL et Zeiss dont le soutien sans faille a permis à la jeune université de se développer dans les domaines de l’enseignement, de la recherche et de la publication scientifique.

En effet, grâce à un partenariat avec E-Taleb et Erasmus+, l’Université Sainte Famille de Batroun a pu inaugurer, à l’issue de cette journée, une salle d’excellence dédiée à l’enseignement à distance et un espace de réflexion. Sœur Chelala a également annoncé qu’en septembre 2018, en collaboration avec les sociétés IDOL et Zeiss, un département d’optique et d’optométrie verra le jour au sein de la faculté de santé de l’USF.



À la une

Retour à la page "Campus"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Au-delà du ton violent, Nasrallah et Hariri maintiennent entrouverte la porte des négociations...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué