X

Moyen Orient et Monde

« Damas est sûre. La Syrie va bien ! »

Reportage

Légèreté et soulagement dans la capitale syrienne, désormais sous le contrôle total du régime.

OLJ
23/05/2018

Devant la célèbre mosquée des Omeyyades, Ibrahim Mehrez prend ses amis en photo avec son téléphone portable et poste un cliché sur Instagram, exultant de joie : « Damas est sûre. La Syrie va bien ! »
Après l’annonce lundi par l’armée syrienne de la reprise des dernières poches que les jihadistes du groupe État islamique contrôlaient à Damas, les habitants de la capitale ont ressenti un énorme soulagement. Avec cette reconquête et celle – en avril, aux dépens de groupes rebelles – de la totalité de la Ghouta orientale, vaste région près de Damas, le régime de Bachar el-Assad contrôle toute la capitale et ses environs pour la première fois depuis 2012.
« J’ai 21 ans et un tiers de ma vie a été rythmé par la guerre. Mon adolescence a commencé au moment où tout le reste est devenu compliqué », dit Ibrahim Mehrez, déambulant dans les dédales de la vieille ville. « Mais maintenant que les tirs d’obus et les opérations militaires se sont arrêtés, j’ai l’impression qu’une nouvelle histoire est en train de s’écrire pour moi, une nouvelle vie », confie-t-il.
Sur les artères principales reliant le centre de Damas aux quartiers sud, des affiches du président Assad ont été placardées. « Et le lion a triomphé », peut-on lire en arabe, en référence au nom de famille du chef de l’État syrien. Dans l’ensemble, Damas a été épargnée par les destructions massives dont ont souffert d’autres villes syriennes depuis le début en 2011 du conflit, qui a fait plus de 350 000 morts et des millions de déplacés et réfugiés. Mais des années durant, les habitants ont vécu en état d’alerte permanent, au son de l’aviation et des bombardements du régime, et inquiets des roquettes tirées régulièrement par les rebelles sur des quartiers résidentiels de la capitale.

Toast à la victoire
Lundi soir, aux nombreux points de contrôle érigés dans Damas, les soldats, qui d’ordinaire vérifient nerveusement les papiers d’identité, faisaient le V de la victoire, saluant chaleureusement les voitures.
Dans son restaurant situé dans la vieille ville, Nawwar Dayyoub (41 ans) prépare une soirée de danse et de chant, « un toast à la victoire », affirme-t-il, s’empressant d’envoyer des invitations électroniques à ses meilleurs clients. « Nous devons finir tous les préparatifs avant jeudi (demain). La fête cette semaine aura un goût spécial », ajoute-t-il. Une télévision diffuse en boucle des chants patriotiques à la gloire de l’armée. L’un des clients, Ammar Khalil, regarde fixement une carte de la Syrie sur son téléphone portable, pointant les zones du pays récemment reprises par le gouvernement. « Vous pouvez maintenant partir de Damas en direction de Homs en passant par Hama, si vous avez envie, puis vous diriger vers Tartous et Lattaquié (sur la côte), sans avoir peur des terroristes », soutient le jeune homme de 23 ans.
Depuis septembre 2015 et l’intervention militaire de son allié russe, le régime syrien a multiplié les victoires face aux rebelles et aux jihadistes, à qui il attribue indifféremment le nom de « terroristes ». Le régime a désormais la main sur plus de 55 % du territoire, mais les provinces d’Idleb et de Deraa continuent de lui échapper, et les Kurdes syriens contrôlent de vastes zones dans le nord-est du pays. La guerre en Syrie, qui a éclaté après la répression sanglante de manifestations pacifiques en faveur de réformes, s’est complexifiée au fil des ans avec l’implication de groupes jihadistes et de puissances étrangères.

Tout a changé
Zein Mansour, originaire de la ville de Jableh, est arrivé à Damas lundi et se dit très surpris du calme régnant. La dernière fois qu’il s’était rendu dans la capitale, il y a environ six semaines, l’offensive de l’armée contre la Ghouta entrait dans sa phase finale. « La situation était terrible, avec les bombardements, les morts, la guerre, se remémore le jeune homme de 20 ans. Mais aujourd’hui, tout a changé, je peux aller où je veux. »
Près de la mosquée des Ommeyades, un groupe d’hommes est attablé dans un café, jouant au backgammon et échangeant des points de vue passionnés sur les informations du moment. « Une phase de la guerre est terminée », affirme Faraj Sfarjalani (48 ans). « Mais la réalité est qu’il reste d’autres phases importantes (à gérer) dans cette guerre, liées aux situations économique et sociale » du pays, conclut-il.

Maher AL-MOUNES/AFP

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Pierre Hadjigeorgiou

Dévastée comme elle je doute qu'elle va mieux, mais si ca peut faire plaisir a certains, eh bien soit! La vraie question est pour combien de temps? C'est ce que nous appelions au début de la guerre "un round". A quand le prochain? Les armes vont plus ou moins se taire et les trois larrons, régime, Iran et Russie vont se retrouver face à face dans une guerre de contrôle de l'état Syrien comme jamais vu. C'est alors que nous allons rigoler! Ils oublie aussi la présence militaire de la Turquie qui se veut avoir aussi un rôle... Jolie salade Russe... a suivre!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA MOITIE DE LA SYRIE, SOUS LA BOTTE DU REGIME, SEMBLE ALLER MIEUX POUR L,INSTANT EN ATTENDANT LE COMMENCEMENT DU SECOND TOUR DU MATCH AVEC TOUTES SES DANGEREUSES CONSEQUENCES... ET LES DEPARTS QUI SONT PROGRAMMES PAR TRUMP ET AGREES DANS LA CONNIVENCE AVEC POUTINE !

RE-MARK-ABLE

Un titre pareil peut rendre malade , voir même tuer ceux qui annonçaient il ya 8 ans de cela que le héros BASHAR allait partir en 2 semaines .

Le pire de tout ils continuent à nous annoncer le printemps des couloeuvres chaque jour que DIEU fait .

gaby sioufi

TITRE ON NE PEUT PLUS ETONNANT :
LA SYRIE VA BIEN ?
VRAIMENT ?
PT'T ON VOULAIT ECRIRE LA SYRIE VA UN TOUT PTI PEU MIEUX ?
NON ? VOUS Y TENEZ SERIEUSEMENT , ELLE VA BIEN ?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué